CRÉDITS : AUDE MALARET (photo 1) et VILLE DE LÉVIS

L’aménagement de voies réservées sur près de 5 kilomètres du boulevard Guillaume-Couture commencera à l’automne 2021 pour une mise en service prévue d’ici 2025. Le coût total du projet se chiffre à 87,9 M$, bien plus que l’évaluation de 55 M$ présentée en 2017 par la Ville.

L’ajout de voies réservées aux autobus situées en bordure de la chaussée est l’option retenue par la Ville de Lévis pour son projet de transport en commun sur le boulevard Guillaume-Couture, plutôt que des voies axiales placées au centre de la chaussée.

Comme prévu, les nouvelles voies seront situées entre le chemin du Sault et la rue de Mercure, à Saint-Romuald, ainsi qu’entre les routes du Président-Kennedy et Monseigneur-Bourget, les tronçons où se situe actuellement la congestion. Ce projet vise en effet à améliorer la fluidité «pour tous les usagers de la route». Les quatre voies existantes pour les automobilistes seront conservées.

Plus cher que prévu

Les aménagements coûteront 87,9 M$ (50 M$ financés par le Québec, 27,3 M$ par le Canada et 10,6 M$ par la Société de transport de Lévis), au lieu des 55 M$ prévus en 2017. Dans son projet déposé en 2017 au ministre des Transports, la Ville envisageait alors deux scénarios : la solution latérale évaluée à 55 M$ et la solution axiale à 79 M$.

Un écart de coût qui s’expliquerait, selon la directrice du bureau de la mobilité Marie-Lise Côté, par une estimation préliminaire établie pour la seule réalisation des voies réservées, alors que l’actuel projet comprend également les différentes installations, tels que la piste cyclable ou l’aménagement paysager. 

C’est pour leurs coûts d’entretien et de déneigement plus faibles que les voies latérales ont été choisies. Cette implantation facilite également la circulation des automobilistes et celle des piétons plus «intuitive», puisque les abribus sont implantés du même côté que les trottoirs.

Les arrêts seront situés après les feux de circulation, afin de synchroniser le passage des autobus avec la lumière verte et laisser la voie libre aux automobilistes qui tournent.

Un temps de parcours réduit

Grâce à l’installation de feux intelligents et prioritaires pour les autobus «qui vont permettre une meilleure synchronisation», il faudra «5 à 14 minutes de moins» à un autobus pour aller du Cégep de Lévis-Lauzon au chemin du Sault aux heures de pointe, selon la Ville.

La fréquence des Lévisiens, qui passent toutes les 15 à 30 minutes actuellement, augmentera. «Aux heures de pointe, on vise un service toutes les 7,5 minutes et 15 minutes en dehors», a affirmé le maire.

De plus, la Ville prévoit d’implanter des abribus «mieux adaptés aux besoins des usagers». Les aires d’attentes seront «plus spacieuses et sécuritaires». Placés en retrait, les trottoirs côtoieront une piste cyclable située en bordure de la chaussée. Cette voie pour les vélos sera d’abord aménagée sur les mêmes tronçons que les voies réservées, puis s’étendra dans une autre phase à tout le boulevard Guillaume-Couture.

Des travaux échelonnés de 2022 à 2025

Après la fin des études en mars prochain, le bureau de la mobilité planchera sur les plans et les devis, avant de commencer la construction à l’automne 2021.

«De 2022 à 2025, les travaux vont se poursuivre en phases pour s’assurer qu’on ne bloque pas la circulation dans l’ensemble de la Ville. La mise en service va être graduelle au cours de cette période», a précisé sa directrice. Finalement, l’électrification du réseau sera mise en place.

Quant à la route des Rivières, le gouvernement québécois devrait présenter ses plans au cours de l’année prochaine. «Le ministère des Transports est maintenant rendu à l’étape d’avant-projet pour la route 116. C’est une excellente nouvelle», s’est réjoui Gilles Lehouillier.

L’état d’avancement du projet de transport en commun a été présenté à la population le 6 novembre à 19 heures, au Centre de congrès et d’expositions de Lévis. La consultation publique sera en ligne dès le 7 novembre à http://ville.levis.qc.ca/mobilite.

Les plus lus

Le déconfinement de 1918 à Lévis

Dans une chronique publiée dans le Wall Street Journal du 30 avril dernier, la chroniqueuse américaine Peggy Noonan constate qu'il n'est pas facile d'analyser les conséquences de la pandémie de grippe espagnole de 1918. Qu'en est-il pour Lévis?

COVID-19 : nouvelles mesures prises par Lévis

Plusieurs services de la Ville ont été modifiés pour répondre aux besoins des Lévisiens. Un rappel a également été fait sur les équipements ouverts et les consignes à respecter.

Un virus créé par les humains? Faux

La théorie selon laquelle le SRAS-CoV-2 serait issu de manipulations génétiques a fait l’objet de plusieurs rumeurs depuis le début de la pandémie. La plus récente souligne une soi-disant similitude avec le virus responsable du sida, ce qui démontrerait sa création en laboratoire. Pourtant, des milliers d’analyses de son génome, à travers le monde, conduisent à une origine naturelle. Le Détecteur ...

L'après-pandémie de 1918 à Lévis

Après un mois d'octobre 1918 catastrophique à Lévis avec au-delà de 50 décès et le quart de la population infectée par la grippe espagnole, la vie courante reprend de manière étonnamment rapide par la suite. À peine deux mois plus tard, soit le 28 décembre, Pierre-Georges Roy rapporte que l'église Notre-Dame «est littéralement remplie» pour les «imposantes funérailles» de l'épouse d'Onésime Carrie...

COVID-19 : un nouveau cas confirmé à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir qu'un autre Lévisien a reçu, au cours des 24 dernières heures, un résultat positif à la suite d'un test de dépistage du nouveau coronavirus.

Quatre nouveaux cas d'infection au coronavirus à Lévis

Quatre nouveaux cas confirmés de la COVID-19 ont été constatés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Tous ces cas touchent des Lévisiens.

COVID-19 : trois nouveaux cas confirmés à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, lundi, que trois Lévisiens ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : deux cas confirmés de plus à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir, mardi, que deux Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

COVID-19 : trois nouveaux cas à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, jeudi, que trois autres Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

COVID-19 : trois nouveaux cas à Lévis

Dans son plus récent bilan sur l'évolution de l'épidémie de la COVID-19 dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir que trois autres Lévisiens ont été infectés par le nouveau coronavirus.