CRÉDIT : CAPTURE D’ÉCRAN

Lors de leur conférence de presse respective ce 24 mars, les premiers ministres du Québec et du Canada, François Legault et Justin Trudeau, ont tenté de rassurer Canadiens et Québécois sur les conséquences de la crise causée par la pandémie de coronavirus et sont revenus sur les mesures prises par les gouvernements pour aider citoyens et entreprises, une aide qu’ils souhaitent voir acheminer au plus vite.

Ce mardi, 1 013 cas de personnes testées positives à la COVID-19 étaient confirmés au Québec, soit une augmentation de 385 cas.

Il y a 67 personnes atteintes par le virus qui sont hospitalisées (22 malades de plus qu’au précédent bilan), dont 31 sont en soins intensifs (11 personnes de plus qu’hier). Le nombre de décès est stable à 4.

Présentement, 2 500 personnes sont en attente d’un résultat au test et 12 200 personnes ont reçu un résultat négatif dans la province.

«C’est normal d’être stressé, a reconnu François Legault. La priorité pour les trois prochaines semaines, c’est d’éviter la contagion. Ce sont des mesures fortes pour que ça dure le moins longtemps possible.»

«Ce n’est pas pour rien qu’on a dit trois semaines, on espère que c’est la période pendant laquelle on va voir une stabilisation.»

À l’attention des personnes atteintes par la COVID-19 qui sont à la maison, le premier ministre a indiqué qu’elles doivent rappeler les services de santé si leur état se détériore. «Il faut que ces gens téléphonent pour être pris en charge et avoir une réévaluation.» «On ne les laisse pas en plan», a ajouté la ministre de la Santé Danielle McCann qui invite ceux qui en ont besoin à appeler leur médecin ou une clinique de santé.

Les soupers, «la pire chose à faire»

«La pire chose qu’on peut faire», a alerté François Legault, c’est organiser des soupers avec ses amis ou sa famille. «On se reprendra une fois que ça sera fini.» Si François Legault exclu pour l’instant de recourir à des amendes, il compte sur la «bonne foi» de chacun et le respect des consignes. 

Dans les situations de garde partagée des enfants, il a recommandé que l’enfant reste «idéalement avec le même parent», même si le plus important est de respecter les consignes.

Concernant les visites de logement en vue d’un déménagement, elles sont fortement déconseillées et à éviter «autant que possible». Les entreprises de déménagement sont toutefois maintenues parmi les services essentiels en cas de nécessité.

Le premier ministre est aussi revenu sur la liste des entreprises et services essentiels annoncée hier, en assurant que le gouvernement du Québec est «en train d’ajuster le tire». Notamment pour le secteur des alumineries, il a admis «qu’il faut garder une activité minimale pour que les usines puissent repartir le 14 avril».

Le Québec doit «garder sa marge de manœuvre»

À la suite de la rencontre entre le premier ministre canadien et les ministres des provinces tenue hier et la possibilité du gouvernement canadien d’utiliser la loi sur les mesures d’urgence, François Legault estime que son adoption serait «prématurée». Il considère que le Québec doit pouvoir adopter toutes les mesures nécessaires et «garder la marge de manœuvre et la flexibilité pour mettre en place des mesures rapidement».

Faire sa part demande Trudeau

Un peu plus tôt, le premier ministre canadien avait affirmé que «la durée de cette crise sera déterminée par les choix que nous faisons aujourd’hui. Si les gens ne suivent pas les lignes directrices, nous allons évoquer des mesures beaucoup plus robustes».

Concernant l’aide aux Canadiens, il a dit vouloir prendre des mesures qui vont «assurer un acheminement rapide des fonds». «Nous reconnaissons que les gens sont inquiets, c’est un défi massif pour le gouvernement d’acheminer autant d’argent à autant de monde.»

Justin Trudeau estime que la loi sur les mesures d’urgence est un «dernier recours». «Nous allons protéger nos valeurs démocratiques», a-t-il assuré. La chambre des communes sera rappelée pour adopter les mesures d’urgence annoncées par le gouvernement et les discussions se poursuivent avec les partis d’opposition.


Les plus lus

COVID-19 : Lévis est la région la plus touchée de la Chaudière-Appalaches

Puisque le ministère de la Santé a donné son autorisation pour dévoiler cette donnée, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) peut maintenant dévoiler le nombre de cas confirmés par MRC. Selon le dernier bilan du CISSS-CA, avec 82 cas confirmés, Lévis est la région de la Chaudière-Appalaches la plus touchée par la pandémie.

Deux nouveaux cas de coronavirus en Chaudière-Appalaches

Dans son plus récent bilan du nombre de cas confirmés de la COVID-19 dans la province, publié à 15h dimanche, le gouvernement du Québec a dévoilé que deux nouvelles personnes souffrent du nouveau coronavirus en Chaudière-Appalaches.

Lévis et la grippe espagnole en octobre 1918

La ville de Lévis fut durement éprouvée par l’épidémie de grippe espagnole en 1918. Un parcours rapide des incontournables Dates Lévisiennes de Pierre-Georges Roy nous permet de mesurer l’ampleur du drame.

COVID-19 : l'état de la situation dans la région à 20h

Aucun nouveau cas confirmé n’a été comptabilisé en Chaudière-Appalaches, ce 17 mars. Dans la région, quatre personnes sont atteintes du Coronavirus. Le gouvernement du Québec a annoncé des mesures financières. À Lévis, de nouvelles consignes ont été données aux utilisateurs du transport en commun et par plusieurs organisations.

Coronavirus : c'est quoi l'isolement volontaire?

Le gouvernement du Québec recommande fortement à tous les voyageurs revenant dans la province de se placer en isolement volontaire de 14 jours pour éviter la propagation de la COVID-19. Mais qu'est-ce qu'on entend par isolement volontaire? Voici ce que les autorités provinciales et fédérales demandent concrètement aux voyageurs.

Une clinique de dépistage de la COVID-19 à Charny

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches a ouvert, ce matin, une clinique de dépistage à l'auto de la COVID-19 au Centre Paul-Gilbert, à Charny.

Des employés du CRDITSA inquiets

Des employés oeuvrant au siège social du Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et en troubles du spectre de l'autisme (CRDITSA) du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), situé dans le complexe du Collège de Lévis, vivent dans l'inquiétude depuis quelques jours en raison d'un cas de contamination à la COVID-19.

Coronavirus : la situation dans la région à 20h

L'annonce plus tôt aujourd'hui de la mise en place de certaines restrictions par le gouvernement du Québec, dont l'interdiction de tenir des événements à l'intérieur réunissant plus de 250 personnes, en lien avec la crise du coronavirus a provoqué plusieurs bouleversements dans la région. Voici un résumé de ce que vous devez savoir.

La grippe espagnole et les autres épidémies à Lévis

Dans un premier article publié en ligne le 29 mars, on a constaté que la petite ville de Lévis fut fortement touchée par la grippe espagnole en 1918 avec quelque 51 morts et 2 484 personnes infectées en deux semaines sur une population de seulement 10 057 habitants. Il s’agit d’un bilan très lourd qui s’apparente aux tribulations de plusieurs autres villes québécoises, canadiennes et américaines.

Quatre cas confirmés de la COVID-19 au Manoir Liverpool

La Direction de santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a confirmé, le 27 mars, qu'un foyer d'infection à la COVID-19 s'est déclaré mercredi dernier au Manoir Liverpool, une résidence pour personnes âgées de Saint-Romuald.