Photo : Gilles Boutin - Archives

Par l’entremise de sa page Facebook, Dessercom, l’entreprise qui assure les services ambulanciers à Lévis, a réagi à la déclaration d’une porte-parole du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS). Cette dernière réagissait alors au lancement d’une pétition lancée par des représentants de la communauté lévisienne afin de réclamer l’octroi d’une ambulance supplémentaire sur le territoire lévisien.

D’abord, Dessercom affirme que le plus récent octroi d’ambulance à Lévis a été accordé par le MSSS avant le dépôt du rapport de la coroner qui a enquêté sur la mort de Hugo St-Onge, cet ambulancier qui est mort chez lui en 2017 d’un arrêt cardio-respiratoire en attendant une ambulance. Dans sa déclaration du 11 mai, la porte-parole affirme que le MSSS a ajouté l’ambulance en 2018 «à la suite du tragique événement».

«Concernant le décès du paramédic Hugo St-Onge, l’enquête du coroner a été réalisée après l’ajout des 168 heures/semaine (NDRL : une ambulance sept jours sur sept) que le MSSS a octroyé en 2017. Malgré cet ajout, la coroner Langlois, lors du dépôt de son rapport, a précisé que la couverture ambulancière à Lévis devait toujours être améliorée, même en tenant compte de ces ajouts déjà faits. En effet, son rapport a été présenté en juillet 2020. Alors que le CISSS de Chaudière-Appalaches recommandait l’amélioration de la desserte ambulancière à Lévis, le MSSS n’a autorisé que l’ajout de 16 heures/semaine le 4 mai 2021. Nous estimons qu’un ajout de 168 heures/semaine est un seuil minimal pour bien servir la population», a déclaré l’entreprise lévisienne dans son message publié sur Facebook.

Du même souffle, Dessercom estime qu’un bémol doit être apporté à la statistique du temps de répondre aux appels les plus prioritaires (de catégorie 0), qui est en moyenne de neuf minutes à Lévis selon le MSSS.

«Le temps de réponse moyen de neuf minutes auquel fait référence le MSSS est calculé à partir de l’affectation du véhicule. Donc, tant que le répartiteur à la centrale 911 n’a pas trouvé une ambulance disponible pour répondre à l’appel, il n’affecte pas l’ambulance. Ainsi, ce laps de temps est laissé de côté dans le calcul, alors que toutes ces minutes comptent pour le patient qui attend l’ambulance. S’il en prend 9 minutes à la centrale pour affecter l’appel et 10 minutes aux paramédics pour se rendre sur les lieux, le temps de réponse n’est donc plus de 9 minutes, mais bien de 19. C’est ce qui est d’ailleurs arrivé dans le cas de la mort de Hugo St-Onge. Dans le rapport du coroner, on mentionne un délai de 9 minutes entre l’appel au 911 et l’affectation de l’ambulance, puisque toutes les autres ambulances du territoire étaient déjà occupées sur des appels. Il aura donc fallu 21 minutes avant que l’ambulance arrive, malheureusement trop tard», a soutenu l’entreprise.

Ainsi, Dessercom a remercié les instigatrices de la pétition et elle a profité de l’occasion pour réitérer sa demande pour le déploiement d’une neuvième ambulance à Lévis. «Pour la sécurité de notre population, la desserte ambulancière à Lévis doit absolument être améliorée», a-t-elle conclu.

Les plus lus

Lévis ne veut pas que ses citoyens s’ennuient cet été

C’est le 2 juin dernier que la Ville de Lévis a dévoilé la programmation de l’édition 2022 de Cet été, je parcours Lévis. Grâce à un investissement de plus de 1 M$, la municipalité offrira plus de 200 activités sur 30 sites répartis à travers la ville lors de la belle saison.

Plusieurs occasions pour célébrer le Québec

Avec la reprise des activités dans la société, les occasions de souligner la Fête nationale du Québec seront nombreuses dans le Grand Lévis, les 22, 23 et 24 juin prochains.

Programmation dévoilée pour le Festibière de Lévis

En vue de sa quatrième édition qui se déroulera du 30 juin au 3 juillet au quai Paquet, le Festibière de Lévis a dévoilé la programmation détaillée de sa mouture 2022, le 6 juin.

Une rue qui n’est pas désirée à Saint-Étienne

Plusieurs citoyens de Saint-Étienne-de-Lauzon ne comprennent toujours pas pourquoi un passage piétonnier projeté dans le quartier des Peintres sera remplacé par la Ville de Lévis par une rue qui prolongera la rue Cézanne. Plus de 350 citoyens ont signé une pétition demandant à la municipalité de faire marche arrière dans ce dossier.

École anglophone à Lévis : début de la construction

La première pelletée de terre de l’école anglophone, située sur le chemin du Sault à Saint-Romuald, a eu lieu le 17 juin. Quelques porte-parole de la Commission scolaire Central Québec (CSCQ) en ont profité pour faire un discours, et donner des détails sur le dossier.

La Fête de la famille misera sur des classiques

Après une pause forcée de deux ans en raison de la pandémie, la Fête de la famille de Lévis sera de retour au centre communautaire de Saint-Rédempteur (1325, rue de Saint-Denis), les 10, 11 et 12 juin. Lors de la 13e édition de l’événement lévisien, les familles de la région pourront profiter de plusieurs activités qui amuseront autant les petits que les grands.

Le ministère de l'Environnement prend une ordonnance contre une bleuetière de Saint-Étienne

Le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) a annoncé, le 13 juin qu’il a pris une ordonnance à l’égard de Bleuetière Duroy, un établissement de Saint-Étienne-de-Lauzon.

Palmarès des pires routes de CAA-Québec : des artères lévisiens s'y retrouvent

Comme à son habitude, CAA-Québec a tenu son traditionnel palmarès des pires routes du Québec ce printemps. L'organisme a dévoilé, le 8 juin, ses classements finaux et plusieurs rues lévisiennes s'y retrouvent.

Québec veut en finir avec les véhicules sur la traverse Québec-Lévis

Le gouvernement Legault pense à remplacer par des navettes fluviales destinées aux cyclistes et piétons, les navires actuels qui arriveront en fin de vie dans dix ans.

Chronique historique - Une énigme historique de temps de guerre

Un article de journal du 1er juillet 1915 nous raconte la découverte à Lévis en juin 1915 d’un mystérieux dépôt de dynamite près du parc Shaw, site actuel de la Terrasse du Chevalier-De Lévis. À moins d’avis contraire, cette histoire reste, encore aujourd’hui, à résoudre.