Avec la nouvelle section de son entrepôt de Lauzon d’une superficie de 100 000 pieds carrés, Stéphan Guay et son équipe entendent bien que Transit poursuive sa croissance. Photo : Érick Deschênes

Si la pandémie a affecté plusieurs entreprises de la région, la crise sanitaire n’a pas freiné la croissance de Transit. Le distributeur de pièces automobiles de Lauzon a connu en 2021 la meilleure année de son histoire et l’entreprise lévisienne entend bien continuer sa croissance.

«Nous nous sommes très bien tirés d’affaire en 2021 et le contexte pandémique nous a avantagés, contrairement à d’autres entreprises. En raison de la pénurie de véhicules neufs, les gens conservent leur véhicule et ils n’ont pas le choix de le réparer. Les consommateurs achètent donc davantage de pièces automobiles, ce qui explique en partie notre excellente performance l’an dernier», a d’emblée expliqué Stéphan Guay, le président de Transit, lors d’une entrevue avec le Journal.

En plus d’avoir connu d’excellentes ventes, l’année 2021 a permis à l’entreprise lévisienne de procéder à une importante acquisition afin de diversifier son catalogue. Transit a acheté, en mars 2021, Unitool, un important manufacturier et distributeur d’outils basé à Montréal.

«Cela fait un an qu’Unitool a joint notre famille et nous sommes bien contents de la transaction. Ça va bien. Cette acquisition nous a permis d’ajouter une gamme de produits que nous n’offrions pas auparavant, d’une marque bien connue. Tout le monde a un outil Unitool dans le fond de son coffre d’outils», a partagé le président de l’entreprise qui a un budget annuel d’un peu plus de 60 M$.

Continuer sur le bon chemin

Si Transit prévoit qu’uniquement au niveau organique elle enregistrera une augmentation de 10 % de ses ventes auprès des détaillants qui lui font confiance au Canada, l’entreprise lévisienne veut poursuivre sur sa bonne lancée. Et pour augmenter ses ventes cette année, le distributeur de pièces automobiles de Lauzon a récemment décidé d’attaquer le marché de la vente en ligne aux États-Unis, en s’implantant sur les plateformes Amazon et eBay.

«Le marché Web aux États-Unis pour les pièces automobiles est un marché de 70 G$. Et le taux de croissance de ce marché est de 16 % par année au cours des prochaines années. On voulait donc être proactifs et éviter de regarder passer le train. Nous avons connu un beau départ. Comme nous sommes également le manufacturier de la très grande majorité des pièces que nous distribuons, nous pouvons nous attaquer à ce marché. Si nous n’étions pas le manufacturier de 95 % de nos produits, nous n’aurions jamais pu nous attaquer à ce lucratif marché», a souligné Stéphan Guay.

De précieuses ressources à conserver

Rappelons que pour faire face à la croissance de ses activités, Transit a également agrandi au cours des deux dernières années ses installations dans le parc industriel de Lauzon, faisant passer sa superficie de 50 000 à 150 000 pieds carrés. Pour concrétiser ce projet, l’entreprise a investi 14 M$.

Le quart de la nouvelle surface est réservé au projet d’automatisation et de robotisation de l’entreprise, ce qui nécessite un investissement de 8 M$ de la part de Transit. Projet en cours afin d’améliorer l’efficacité et la compétitivité du distributeur, la robotisation fait également partie des efforts dernièrement consentis par Transit afin de conserver les quelque 80 employés de ses installations de Lauzon en rendant leur travail moins physique.

Accès aux services d’un mécanicien aux installations de Lauzon pendant leur journée de travail, espaces communs plus conviviaux ainsi que généreuses augmentations de salaire ont aussi été déployés par Transit afin d’inciter ses travailleurs à demeurer chez elle.

«Pour faire face à la croissance, nous avons embauché de nouvelles ressources, mais nous avons également mis en place une stratégie de rétention du personnel. La compétition est forte en Chaudière-Appalaches pour dénicher des talents. En mai 2021, on sentait qu’il fallait qu’on fasse quelque chose pour ne pas suivre la parade, mais la mener. On a donné de grosses augmentations, qui correspondaient à plus ou moins 10 %, surtout pour les travailleurs de l’entrepôt. Ça nous aide pour la rétention. C’est important pour moi de devancer les coups. Donc, au début de 2022, quand on a vu que l’inflation prenait des proportions importantes, nous avons consenti une augmentation générale de 5 % en février. Ce sont des décisions extrêmement coûteuses, mais je le vois plutôt comme un investissement. C’est beaucoup plus coûteux perdre deux ou trois employés qui possèdent de l’expérience», a conclu Stéphan Guay.

Les plus lus

La «Grande Dame de la Barricade» s’éteint

Figure de proue et copropriétaire du légendaire Bar La Barricade, Johanne Carrier nous a malheureusement quittés à l’âge de 63 ans, le 24 avril dernier. Personnage iconique du Vieux-Lévis, la dame de la mythique institution vieille de bientôt 50 ans située sur la côte du Passage laissera une empreinte indélébile dans le cœur de tous ceux qu’elle a croisés.

Une figure économique connue candidate du PCQ à Lévis

Le chef du Parti conservateur du Québec (PCQ), Éric Duhaime, a dévoilé, le 19 mai, la candidate qui représentera ses couleurs dans la circonscription de Lévis à la prochaine élection provinciale prévue à l’automne prochain. Ainsi, l’ancienne conseillère municipale et femme d’affaires lévisienne, Karine Laflamme, tentera d’obtenir la confiance des Lévisiens.

Première réussie pour Country Storm

Tenue du 5 au 7 mai à Saint-Étienne-de-Lauzon, la première édition de Country Storm a été couronnée de succès.

La boutique du QUARTIER ouvrira bientôt ses portes

Nouveau projet développé par Mon Quartier de Lévis, la boutique du QUARTIER ouvrira bientôt ses portes pour la première fois. Dès le 3 juin, les visiteurs du Vieux-Lévis pourront s’arrêter au 78, côte du Passage afin de découvrir les entrepreneurs retenus qui donneront vie à ce commerce d’un nouveau genre.

Aménagement : Lévis présente un nouveau schéma «porteur d’avenir»

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, ainsi que le président de la commission consultative d’urbanisme et d’aménagement et conseiller municipal du district Saint-Jean, Guy Dumoulin, ont dévoilé, le 29 avril, les détails entourant le Schéma d’aménagement et de développement de Lévis révisé. Dans le projet de schéma révisé adopté par le conseil municipal le 25 avril, l’administration Lehouillier ve...

Offrir un bouquet de fleurs pour faire connaître une mission

Fleuriste McNeil a décidé cette année de se rallier derrière la cause de la Maison de soins palliatifs du Littoral (MSPL) et vendra le Bouquet du Littoral à l’occasion de la fête des Mères afin d’amasser des fonds pour l’organisme qui accompagne les malades en fin de vie.

L’hypersexualisation de la femme renforcée par les codes vestimentaires?

Le code vestimentaire d’établissements scolaires favoriserait-il l’hypersexualisation de la femme? La réponse serait oui selon Marianne Tremblay et Rose Simard, deux élèves de secondaire cinq à l’École secondaire les Etchemins (ESLE) de Charny. Dans le cadre de leur cours d’entrepreneuriat, elles ont entamé des démarches afin de faire changer la réglementation à ce sujet.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 4 mai 2022

Le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), en collaboration avec Culture Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, lance ses appels de candidatures pour le Prix du CALQ – Artiste de l’année dans la Capitale-Nationale et le Prix du CALQ – Artiste de l’année en Chaudière-Appalaches. En décernant ces prix, le CALQ poursuit son objectif de reconnaissance publique en démontrant son appui au...

Un homme s’extirpe des flammes à Pintendre

Une maison a été la proie des flammes sur le chemin des Sables, à Pintendre, dans la nuit de samedi à dimanche. Un homme qui se trouvait à l’intérieur a été grièvement blessé en s’échappant du domicile.

Chronique historique - Les anglophones de Lévis

En septembre 2020, le Journal de Lévis publiait un article nous apprenant qu’une école primaire de langue anglaise s’installera à Lévis en 2022. Sujet intriguant s’il en est un, l’histoire de la Rive-Sud comporte des pages qui relatent de manière éparse la présence d’une communauté anglophone qui a laissé des traces significatives et partiellement oubliées.