Les recueils ont été présentés lors d'une soirée de lancement le 7 juin. Photos : Courtoisie

De la page blanche au livre imprimé entre leurs mains, les élèves de quatrième secondaire de l’École secondaire les Etchemins (ESLE) ont vécu toutes les étapes de la création d’un texte et d’un recueil. Un projet pas comme les autres, où sortir du cadre et être imaginatif faisait partie du défi.

Une idée, la leur. Ils l’ont choisie, puis l’ont racontée. À leur façon et hors de toutes contraintes scolaires. Ils ont décidé du genre du texte, d’un fil conducteur et se sont mis à écrire. 

Accompagnés par l’écrivaine professionnelle, Mélissa Verreault, les élèves de quatrième secondaire de l’ESLE se sont glissés dans la peau d’un auteur et ont découvert toutes les ficelles de la profession. 

«Être écrivain, c’est un métier. Ça s’apprend, il y a des techniques. Ce n’est pas juste de l’inspiration et un feeling. Il y a une méthode et une expertise qui se développent au fil du temps», partage Mélissa Verreault, qui souhaite sensibiliser les jeunes à la réalité des écrivains. 

«On vit dans une société où c’est souvent incompris, on pense que ce sont des gens qui vivent de leur hobby, qu’ils sont bien chanceux, que leur passe-temps leur rapporte de l’argent», ajoute-t-elle. 

Et, si les jeunes se sont confrontés aux étapes de l’écriture et au travail nécessaire pour mettre leurs idées en mots, ils ont aussi découvert le plaisir de la création. 

Hors du cadre scolaire, les jeunes découvrent «à quel point ils sont capables, ils ont des idées, ils sont imaginatifs et créatifs», souligne l’écrivaine, qui a observé qu’en sortant des obligations, des devoirs et de la pression des bonnes notes pour passer à la prochaine étape, certains élèves se sont mis à aimer ça, écrire.

«L’idée, c’est de se réaliser soi, comme individu créateur. Il y en a plusieurs qui ont eu des flashes et ont réalisé qu’ils avaient eu du fun. Ce qui est une aberration pour un ado de découvrir qu’il a du fun en faisant du français», s’amuse l’écrivaine.

Pour la deuxième année, le projet lancé par l’enseignante de français, danse et art dramatique à l’ESLE, Marie-Mai Tardif, s’est déroulé de novembre à avril. C’est à la suite d’un atelier d’écriture avec Mélissa Verreault, que l’enseignante a imaginé pousser l’idée plus loin. 

Écrire sur la génération Z

À partir de la thématique de la génération Z, seule contrainte à leur créativité, les jeunes ont écrit un texte qu’ils pouvaient raconter à leur façon. Une fois la rédaction terminée, ils ont utilisé une méthode d’autorévision pour élaborer une deuxième version. 

«Est-ce qu’ils ont utilisé le bon système verbal, le bon narrateur ? Est-ce que le genre du texte correspond à l’idée ?», illustre Marie-Mai Tardif. 

Après cette première révision, les textes des 87 élèves de la cohorte ont été lus par Mélissa Verreault  qui les a aussi rencontrés un à un pour leur partager ses commentaires et ajuster le texte avec eux. C’est qu’en faisant parler les élèves de leur texte, ils sont capables de donner plus de précisions, constate l’enseignante. L’objectif : améliorer la clarté et en finir avec les phrases ainsi que les termes flous.
«Quand j’ai écrit ma première version, pour moi, c’était clair, tout était parfait, parce que dans ma tête ça marchait. Mais après avoir rencontré Mélissa, j’ai vu ce qu’il y avait à retravailler et qu’il n’y a rien de parfait quand on écrit une première fois», explique Lydia Louis-Seize, qui s’est rendu compte des multiples étapes «pour arriver à faire un texte qui a beaucoup de sens et qui est clair». 

La création de trois recueils 

Une fois les textes achevés et corrigés, les jeunes sont passés à l’étape de la conception du livre et ont travaillé en groupe sur la première de couverture, l’ordre des textes ou encore la table des matières. Une étape d’apprentissage de la collaboration qui a donné naissance à trois recueils imprimés et présentés lors d’un grand lancement à l’ESLE, le 7 juin, en présence des jeunes auteurs et de leur famille. 

«Ça devient un projet personnel. Les élèves le font pour eux, parce qu’ils savent que ça va laisser une trace. Un devoir ou un examen, on le fait, on a la note. Mais là, le livre imprimé, ils vont le garder longtemps. Dans cinq, dix ou vingt ans, ils vont retomber dessus et ça va leur rappeler des bons souvenirs. Comme un album de finissants, ça va les replonger dans cette époque de leur vie», souligne Mélissa Verreault. 

Fières du travail accompli, Lydia Louis-Seize et Marine Boisvert trouvent que publier leur texte dans un recueil est «une expérience que chaque élève devrait vivre. Ça donne de l’importance à ce qu’on a écrit». Et de conclure, «ça m’a fait chaud au cœur. Le voir, le prendre dans ses mains, le feuilleter. C’est vraiment beau».  

Les plus lus

Lévis ne veut pas que ses citoyens s’ennuient cet été

C’est le 2 juin dernier que la Ville de Lévis a dévoilé la programmation de l’édition 2022 de Cet été, je parcours Lévis. Grâce à un investissement de plus de 1 M$, la municipalité offrira plus de 200 activités sur 30 sites répartis à travers la ville lors de la belle saison.

Le président de la SHB est le candidat conservateur dans Bellechasse

Comme l’a dévoilé il y a quelques semaines La Voix du Sud, le président de la Société historique de Bellechasse (SHB), Michel Tardif, sera le candidat du Parti conservateur du Québec (PCQ) dans Bellechasse lors des élections provinciales cet automne. Le chef de cette formation politique, Éric Duhaime, en a fait l’annonce lors d’une conférence de presse à Saint-Anselme, le 2 juin.

Plusieurs occasions pour célébrer le Québec

Avec la reprise des activités dans la société, les occasions de souligner la Fête nationale du Québec seront nombreuses dans le Grand Lévis, les 22, 23 et 24 juin prochains.

Programmation dévoilée pour le Festibière de Lévis

En vue de sa quatrième édition qui se déroulera du 30 juin au 3 juillet au quai Paquet, le Festibière de Lévis a dévoilé la programmation détaillée de sa mouture 2022, le 6 juin.

École anglophone à Lévis : début de la construction

La première pelletée de terre de l’école anglophone, située sur le chemin du Sault à Saint-Romuald, a eu lieu le 17 juin. Quelques porte-parole de la Commission scolaire Central Québec (CSCQ) en ont profité pour faire un discours, et donner des détails sur le dossier.

La Fête de la famille misera sur des classiques

Après une pause forcée de deux ans en raison de la pandémie, la Fête de la famille de Lévis sera de retour au centre communautaire de Saint-Rédempteur (1325, rue de Saint-Denis), les 10, 11 et 12 juin. Lors de la 13e édition de l’événement lévisien, les familles de la région pourront profiter de plusieurs activités qui amuseront autant les petits que les grands.

Québec veut en finir avec les véhicules sur la traverse Québec-Lévis

Le gouvernement Legault pense à remplacer par des navettes fluviales destinées aux cyclistes et piétons, les navires actuels qui arriveront en fin de vie dans dix ans.

Projet UMANO : inauguration d’une piste multiroulante

Le Groupe CSB a officiellement inauguré une piste multiroulante publique ce matin, sur le chemin des Forts à Lévis. Cette installation qui fait partie du projet immobilier UMANO, est unique en son genre à Lévis et les envions.

Décès de Monique Labrecque : la coroner recommande une meilleure couverture ambulancière à Lévis

Le Bureau du coroner a déposé, le 22 juin dernier, le rapport de Me Geneviève Thériault concernant le décès de la Lévisienne Monique Labrecque, dans la soirée du 24 mai 2020. Dans son rapport, la coroner recommande au Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) ainsi qu’au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) «de compléter promptement l’évaluat...

40 nouveaux spectacles programmés à L’Anglicane

La programmation 2022-2023 de L’Anglicane a été dévoilée lors du lancement de saison le 25 mai dernier. Une quarantaine de nouveaux spectacles s’ajoutent au calendrier de la salle lévisienne. Chanson, théâtre, humour, musique, jeune public, la sélection proposée s’annonce riche et variée.