Côte du Passage à Lévis, rue où le bureau du Travailleur de Lévis était situé. Photo : Courtoisie

La numérisation des archives historiques permet de redonner vie à des publications partiellement oubliées. C’est le cas du journal ouvrier Le Travailleur de Lévis qu’il est maintenant possible de consulter en ligne, le sortant ainsi des limbes de l’histoire et lui donnant par le fait même une deuxième vie.

Par Claude Genest – Collaboration spéciale

Le 19 février 1890 paraît à Lévis un nouveau journal au nom intriguant, soit Le Travailleur de Lévis. Il fait partie des nombreuses feuilles souvent éphémères qui ont ponctué l’histoire de la presse écrite du 19e siècle à Lévis. Une compilation réalisée par l’historien Yves Hébert et publiée dans La Seigneurie de Lauzon en 2012 (Brève histoire de la presse régionale à Lévis) a établi à 41 le nombre de journaux qui sont nés à Lévis entre 1850 et 1930, et Le Travailleur de Lévis en fait partie.

Propriété de Félix Pichette, le journal paraît d’abord le mercredi et aspire à devenir un quotidien, ce qu’il tente en juin 1890 pendant quelques jours avant de redevenir un hebdomadaire qui paraît le samedi à partir du 13 septembre 1890. Son contenu est bien présenté, varié et il se présente comme étant «tout à fait indépendant», mais, dans les faits, il est résolument libéral au niveau politique appuyant Wilfrid Laurier à Ottawa, Honoré Mercier à Québec et William Ewart Gladstone en Angleterre. Outre sa ligne partisane, il est périlleux de dégager une influence profonde sur le développement de Lévis à cause de la brièveté de son existence, car il ferme ses portes dès 1892.

Il appert toutefois que cet hebdomadaire a popularisé un élément important de l’identité de Lévis, soit l’appellation de Lévisiens et de Lévisiennes. Le samedi 27 juin 1891 est publié un article non signé qui s’intitule Causerie Lévisienne. Texte dithyrambique s’il en est un, l’auteur déclare d’entrée de jeu qu’il «aime Lévis» et qu’il veut le dire «sans restriction». Texte poétique aussi, l’auteur anonyme y consacre un passage aux «lectrices», dont il laisse un souvenir sous forme d’un poème. Au terme de son texte dédié à la «femme sociale de Lévis», il ajoute la phrase suivante. «Nous connaissons les Danoises, les Italiennes, les Espagnoles, les Anglaises, les Vénitiennes, les Montréalaises, les Québécoises, les Françaises; pourquoi n’aimerions-nous pas les Lévisiennes?»

La question est posée et les «Lévisiennes» réagissent rapidement. En effet, on apprend dans l’édition suivante du 4 juillet 1891 que plusieurs lectrices ont envoyé des lettres afin de féliciter la feuille «d’avoir trouvé un substantif pour qualifier ceux qui vivent à Lévis». Comme souligne le journal, «nous disons bien Parisien pour les gens de Paris, pourquoi ne dirions-nous pas Lévisiens ou Lévisiennes pour les gens qui vivent à Lévis?». Plus encore, le rédacteur du Travailleur encourage le lectorat du journal de «populariser» le nom «harmonieux de Lévisiens». Le journal met l’épaule à la roue dès le numéro suivant du 11 juillet avec un autre article qui porte le titre «Aux touristes lévisiens et lévisiennes», popularisant ainsi sa propre idée. 

Le Travailleur de Lévis a-t-il raison dans sa prétention d’être à l’origine de Lévisiens et Lévisiennes? Si non, que la personne qui pense le contraire se lève, avec preuve historique à l’appui bien sûr, car les historiens et historiennes le savent, l’histoire n’est jamais définitive.

Les plus lus

Un visage bien connu de la Traverse disparaît

Bien connu des usagers de la traverse Québec-Lévis et des visiteurs réguliers du Vieux-Lévis et du secteur de la Traverse, Marcel Aubin est décédé le 21 juillet dernier à l'âge de 85 ans.

La microbrasserie L’Ironie du 13 inaugure ses installations

La microbrasserie lévisienne, L’Ironie du 13, a inauguré ses locaux, le 14 juillet dernier, et est prête à recevoir sa clientèle dans ses installations en plein cœur du parc industriel de Saint-Romuald. Les cinq copropriétaires ont obtenu leur permis de brasseur le 17 juin dernier et déjà sept bières brassées entièrement à Lévis figurent au menu.

La situation ne s’améliore pas à l’urgence de l’Hôtel-Dieu

Comme depuis plusieurs mois, l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis continue d’être bondée et sa capacité est dépassée, même pendant les semaines estivales. Plusieurs éléments expliquent cette tempête parfaite qui donne un nouveau coup dur aux soignants de l’établissement lévisien.

De Lévis au Bic avec Bruno Blanchet

Le comédien et auteur, Bruno Blanchet, entamait un parcours à pied de la gare fluviale de Lévis au parc national du Bic près de Rimouski, le 9 juillet dernier.

Sensibiliser les jeunes au transport actif

Kinésiologue et passionné de cyclisme, Jean-Gabriel Turgeon a créé le programme Vert une vie active, dont l’objectif est d’initier les participants au vélo et de les sensibiliser à l’environnement. À Lévis, les jeunes du Camp de jour Rive-Sud et du Patro vont profiter de cette initiative.

Chronique historique - La quarantaine des bestiaux de la Pointe-Lévis

Des documents enfouis dans les dédales administratifs contiennent des informations parfois surprenantes sur des éléments de l’histoire des localités. À preuve, un rapport du ministère de l’Agriculture du Canada, daté du 31 octobre 1901, nous brosse une esquisse historique intéressante de la quarantaine des bestiaux de la Pointe-Lévis.

Objectif 300 000 $

C’est en présence de plusieurs élus, de membres de la communauté de Saint-Nicolas et de plusieurs de ses bénévoles que le Service d’entraide de Bernière-Saint-Nicolas (SEBSN) a lancé une campagne de financement, le 1er juin dernier. Tenue sous la présidence d’honneur de Jacques Demers, président-directeur général des Productions horticoles Demers, l’initiative, dont le coup d’envoi a été donné aux...

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 13 juillet 2022

Les membres du Chœur du Cégep de Lévis remercient chaleureusement les généreux donateurs et les spectateurs du concert-bénéfice pour l’Ukraine, tenu sous la direction de Carole Legaré. Un montant de 4 500 $ a été remis à la Fondation Canada-Ukraine. Au moins 450 personnes ont assisté à cet événement mémorable.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 20 juillet 2022

L’entreprise lévisienne Transit a offert au Comptoir alimentaire Le Grenier un ordinateur portable d’une valeur de 1 400 $. Rappelons que Transit est en activité depuis 1971 et est la plus importante entreprise de distribution de pièces automobiles dans l’est du Canada. Sur la première photo, de gauche à droite, on peut voir Rachel Leblanc, directrice des ressources humaines chez Transit, Stéphane...

Projet immobilier à Saint-Lambert : la municipalité rassure les citoyens

Une assemblée publique de consultation sur le projet de résolution 145-22 a eu lieu le 19 juillet au Centre municipal de Saint-Lambert. Lors de cet événement, les porte-parole de la municipalité ont tenu à répondre à plusieurs questions qu'avaient les citoyens.