Sur les deux premières photos : Une partie de la structure du commerce de Sainte-Claire est composée d’anciennes poutres en acier du pont Garneau. Sur les photos suivantes : Quelqu'uns des autres trésors de la famille Morin. �Photos : Érick Deschênes

Depuis près de 70 ans, une partie de l’histoire de Lévis se retrouve dans un édifice commercial de Sainte-Claire, dans Bellechasse. Depuis les années 50, des anciennes pièces du pont Garneau, qui permettait d’enjamber la rivière Chaudière près de la marina de Saint-Romuald, font partie de la structure du bâtiment qui abrite les activités d’Isolation Morin et Jos Morin.

Rappelons d’emblée que le pont Garneau a été inauguré en 1890 et permettait d’enjamber la rivière Chaudière afin de relier Saint-Romuald et Saint-Nicolas jusqu’à son démantèlement dans les années 50. C’est alors que l’infrastructure lévisienne est littéralement entrée dans l’histoire de la famille de Benoît Morin, le copropriétaire d’Isolation Morin avec sa conjointe Stéphany Shink.

«Mon oncle André Dutil, un ingénieur, mon oncle Claude Morin, un dessinateur, et mon père Yvan Morin, un homme d’affaires, ont entendu parler que le gouvernement provincial cherchait une entreprise pour démolir le pont Garneau. Avec leur compagnie de construction de ponts et de ponceaux, ils ont soumissionné pour un dollar afin d’obtenir le contrat (et récupérer les pièces d’acier de la structure), mais c’est finalement un M. Larochelle de Saint-Prosper qui a obtenu le contrat. Mon père ou mon oncle Claude est allé voir M. Larochelle lorsqu’il a amorcé les travaux et il lui a proposé d’acheter pour un dollar du pied linéaire les bonnes parties des poutres en acier du pont», s’est rappelé Benoît Morin, lors d’une entrevue avec le Journal le 2 novembre.

La proposition a été acceptée par M. Larochelle et il a déposé les pièces achetées par la famille Morin lorsqu’il passait par Sainte-Claire afin de retourner à Saint-Prosper. Par la suite, les frères Morin ont récupéré une partie des poutres d’acier pour la construction de la structure de leur quatrième magasin, le bâtiment qui accueille toujours les installations du magasin Jos Morin et d’Isolation Morin. Dans cet établissement, Yvan Morin vendait à l’époque des meubles ainsi que des tracteurs Massey-Harris (qui est devenu Massey-Ferguson).

«Le magasin a été construit en 1955. Les fondations avaient été coulées et ils ont pris les poutres d’acier pour faire la structure qui soutient le plancher du rez-de-chaussée. C’est vraiment solide. Ça a été conçu pour que l’édifice puisse avoir trois étages et mon père a même pu stationner une voiture qui était le prix d’un concours pour son magasin de meubles à l’intérieur du bâtiment près de la vitrine. Le magasin est bâti sur du solide et c’est toujours spécial pour moi de me retrouver à l’intérieur d’un édifice qui contient des parties d’un ancien pont», a partagé M. Morin.

Une caverne d’Ali Baba

Si Benoît Morin se concentre désormais sur ses activités d’isolation et de vente de poêles à bois et de pièces pour ces derniers, il poursuit avec sa conjointe la collection familiale d’éléments liés à l’histoire. Maquette géante du Titanic construite à l’époque par son père, maquette de l’un des porte-avions canadiens et pièce d’un avion américain qui s’est écrasé à Saint-Charles-de-Bellechasse en 1942 ne sont que quelques éléments du petit musée construit par la famille Morin se trouvant à l’intérieur du magasin de Sainte-Claire.

En plus des vestiges du pont Garneau, le magasin Jos Morin abrite aussi un autre élément faisant partie de la petite histoire de Lévis, soit un poêle à bois de la fonderie Carrier-Laîné. Cette entreprise établie dans le secteur de la Traverse a été l’un des plus importants manufacturiers lévisiens au cours du 19e siècle.

Les plus lus

Incendie mortel à Lévis

Un aîné de 88 ans est décédé à la suite d'un incendie survenu dans une maison du quartier Lévis, en fin de journée mercredi.

Vivre la magie de Noël à Pintendre

Bien connu dans la région pour ses sapins et ses décorations de Noël disponibles dans les quincailleries, Sapins Goupil bonifie cette année sa gamme de services en vue du temps des Fêtes. Grâce à son nouveau village de Noël, les gens de la région pourront s’imprégner de l’ambiance de la fête familiale tout en pouvant aller couper eux-mêmes leur sapin chez le producteur établi à Pintendre.

Des vestiges lévisiens à Sainte-Claire

Depuis près de 70 ans, une partie de l’histoire de Lévis se retrouve dans un édifice commercial de Sainte-Claire, dans Bellechasse. Depuis les années 50, des anciennes pièces du pont Garneau, qui permettait d’enjamber la rivière Chaudière près de la marina de Saint-Romuald, font partie de la structure du bâtiment qui abrite les activités d’Isolation Morin et Jos Morin.

Loïc Mathieu travaille de nouveau à faire une différence

Pour une troisième année, Loïc Mathieu, un adolescent lévisien, poursuit sa quête de contenants consignés afin de faire un beau cadeau au Centre de pédiatrie sociale de Lévis (CPSL) lors de la Guignolée du Dr Julien. Jusqu’à maintenant, il a pu réunir environ 5 000 $ pour l’organisme grâce à sa collecte et il n’entend pas s’arrêter d’ici décembre.�

PREM 2023 : 24 nouveaux médecins de famille en Chaudière-Appalaches

C’est en septembre dernier que le ministère de la Santé et des Services sociaux dévoilait les plans régionaux d’effectifs médicaux (PREM) pour la prochaine année. En Chaudière-Appalaches, ce sont 24 nouveaux médecins de famille, dont 16 nouveaux facturants et 8 déjà en pratique, qui viendront prêter main-forte au système de santé régional.

Vers un débrayage à la STLévis

N’étant pas régis par la Loi sur les services essentiels et sans convention collective depuis quelques mois, les quelque 110 chauffeurs de la Société de transport de Lévis (STLévis) prévoient mener une grève de 24 heures, le lundi 14 novembre prochain.

Une première victoire pour Dubreuil

Le patineur de vitesse longue piste lévisien, Laurent Dubreuil, prenait part aux épreuves du 500 mètres, 1 000 mètres et sprint par équipe à Heerenveen, aux Pays-Bas, dans le cadre du circuit de la Coupe du monde, qui se déroulait du 18 au 20 novembre derniers. Bien qu’il ait joué de malchance à l’épreuve du 1 000 mètres, le Lévisien s’est bien repris et a remporté l’or au 500 mètres.

Problèmes d’eau au Domaine Val-des-Bois : les résidents devront quitter d’ici la fin 2024

En raison de problématiques reliées aux infrastructures d’eaux potable et usée, les 14 maisons mobiles du Domaine Val-des-Bois devront être expropriées d’ici la fin 2024. À bout de solutions, la Ville de Lévis a présenté cette «difficile» décision aux résidents du parc de maisons mobiles lévisiens et s’engage à acquérir les terrains ainsi que fournir de l’aide financière et psychologique à ces fam...

Opération Nez rouge : le satellite de Lévis reprend du collier

Le satellite lévisien de l’Opération Nez rouge reprendra ses activités à la fin du mois de novembre a annoncé Alliance-Jeunesse, l’organisme qui a pris en charge l’organisation du service cette année, accompagné de Pierre Boulanger, administrateur à la Caisse Desjardins de la Chaudière, Stéphanie Caron, porte-parole du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL), Geneviève Guillemette, coordonna...

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 16 novembre 2022

Lors du Gala des Fidéides 2022 organisé par la Chambre de commerce et d'industrie de Québec, le Groupe Boucher Sports a remporté le prix dans la catégorie Commerce de détail et e-commerce ainsi que le prestigieux prix « Moyenne-grande Entreprise de l’année. Bravo à Martin Boucher, un entrepreneur lévisien, et à toute son équipe pour cette autre belle réussite. (1ere photo)