Photo : Courtoisie – Magali Lopez

Ancienne directrice générale de la Ressourcerie de Lévis, Magali Lopez a décidé, cet automne, de se lancer dans une nouvelle aventure pour diminuer le taux de déchets ultimes : TextiVert. Grâce à cet organisme à but non lucratif (OBNL) basé à Saint-Henri, elle propose une nouvelle option pour récupérer les textiles et les revaloriser.

C’est à la suite de son départ volontaire de la Ressourcerie de Lévis, l’été dernier, que Magali Lopez a décidé de plancher plus concrètement sur une idée qui lui trottait derrière la tête depuis un certain temps. Après plusieurs mois de réflexion ainsi que la levée de certaines interdictions liées à la récupération des textiles par le gouvernement provincial, elle a décidé de proposer un projet spécifiquement dédié à la récupération et à la revalorisation de ces matières. En septembre, TextiVert naissait.

«Je trouvais cela dommage qu’on ne puisse faire plus au sein de notre société pour récupérer les textiles. J’ai parlé de mon idée à plusieurs personnes et j’ai pu trouver plusieurs partenaires très intéressés à ce qu’on récupère davantage les textiles. Il y a de quoi à faire à ce niveau pour réduire notre taux de déchets ultimes», a expliqué Mme Lopez, lors d’une entrevue téléphonique avec le Journal.

Pour atteindre cet objectif, Magali Lopez veut miser sur la collaboration avec les différents intervenants concernés, dont les organismes communautaires, les services d’entraide et les ressourceries. «Notre but chez TextiVert, ce n’est aucunement de les concurrencer. Nous ne voulons pas marcher sur les plates-bandes de Pierre, Paul et Jacques», a souligné la fondatrice de l’OBNL.

Faire une différence

Grâce aux alliances que TextiVert veut nouer avec des organisations, Magali Lopez espère atteindre les différents objectifs qu’elle s’est fixés avec la création de l’OBNL. D’abord, comme le fait notamment Écolivres à Lévis, TextiVert misera sur l’intégration socioprofessionnelle et embauchera des personnes handicapées.

L’entreprise d’économie sociale ouvrira également, en février 2023, une «friperie solidaire» de 2 000 pieds carrés dans le quartier Pintendre, dans l’un des locaux de l’édifice de Teronet situé sur la route du Président-Kennedy. L’établissement vendra les vêtements et chaussures récupérés afin d’obtenir des sous pour son budget. Aussi, Magali Lopez veut nouer des partenariats avec des intervenants sociaux et des organismes communautaires pour que TextiVert leur donne des vêtements qui pourront être récupérés à cette friperie avant d’être remis à des personnes en difficulté épaulées par ces derniers.

Pour l’an prochain, TextiVert veut également acquérir une effilocheuse à textile. Avec cet équipement, l’OBNL pourra récupérer des textiles souillés ou déchirés et les revendre à des fournisseurs. D’ailleurs, TextiVert recherche des locaux qui pourront accueillir cette imposante machine et l’espace de triage.

Enfin, l’OBNL aura un volet éducatif. Grâce à des vidéos, des articles Web, des activités et des ateliers, TextiVert veut encourager les citoyens à mieux consommer et à redonner une seconde vie aux textiles. «Le but avec TexiVert, c’est vraiment de mettre en place une économie circulaire pour les textiles», a partagé Mme Lopez.

Un grand intérêt

À peine lancées, les activités de l’OBNL basée à Saint-Henri semblent déjà voguer vers un beau succès. TextiVert offre ses services dans plusieurs MRC de la Chaudière-Appalaches, mais aussi dans les régions du Bas-Saint-Laurent, de Charlevoix et de Portneuf.

«Le gaspillage vestimentaire est un réel enjeu national. Par exemple, au Bas-Saint-Laurent, ce sont des dizaines de sacs de vêtements qui se retrouvent chaque semaine dans les lieux d’enfouissement. On reçoit des demandes de partout», a illustré Magali Lopez.

Pour en savoir plus sur TextiVert, vous pouvez consulter le www.facebook.com/textivert.

Les plus lus

Incendie mortel à Lévis

Un aîné de 88 ans est décédé à la suite d'un incendie survenu dans une maison du quartier Lévis, en fin de journée mercredi.

Vivre la magie de Noël à Pintendre

Bien connu dans la région pour ses sapins et ses décorations de Noël disponibles dans les quincailleries, Sapins Goupil bonifie cette année sa gamme de services en vue du temps des Fêtes. Grâce à son nouveau village de Noël, les gens de la région pourront s’imprégner de l’ambiance de la fête familiale tout en pouvant aller couper eux-mêmes leur sapin chez le producteur établi à Pintendre.

Des vestiges lévisiens à Sainte-Claire

Depuis près de 70 ans, une partie de l’histoire de Lévis se retrouve dans un édifice commercial de Sainte-Claire, dans Bellechasse. Depuis les années 50, des anciennes pièces du pont Garneau, qui permettait d’enjamber la rivière Chaudière près de la marina de Saint-Romuald, font partie de la structure du bâtiment qui abrite les activités d’Isolation Morin et Jos Morin.

Loïc Mathieu travaille de nouveau à faire une différence

Pour une troisième année, Loïc Mathieu, un adolescent lévisien, poursuit sa quête de contenants consignés afin de faire un beau cadeau au Centre de pédiatrie sociale de Lévis (CPSL) lors de la Guignolée du Dr Julien. Jusqu’à maintenant, il a pu réunir environ 5 000 $ pour l’organisme grâce à sa collecte et il n’entend pas s’arrêter d’ici décembre.�

PREM 2023 : 24 nouveaux médecins de famille en Chaudière-Appalaches

C’est en septembre dernier que le ministère de la Santé et des Services sociaux dévoilait les plans régionaux d’effectifs médicaux (PREM) pour la prochaine année. En Chaudière-Appalaches, ce sont 24 nouveaux médecins de famille, dont 16 nouveaux facturants et 8 déjà en pratique, qui viendront prêter main-forte au système de santé régional.

Vers un débrayage à la STLévis

N’étant pas régis par la Loi sur les services essentiels et sans convention collective depuis quelques mois, les quelque 110 chauffeurs de la Société de transport de Lévis (STLévis) prévoient mener une grève de 24 heures, le lundi 14 novembre prochain.

Une première victoire pour Dubreuil

Le patineur de vitesse longue piste lévisien, Laurent Dubreuil, prenait part aux épreuves du 500 mètres, 1 000 mètres et sprint par équipe à Heerenveen, aux Pays-Bas, dans le cadre du circuit de la Coupe du monde, qui se déroulait du 18 au 20 novembre derniers. Bien qu’il ait joué de malchance à l’épreuve du 1 000 mètres, le Lévisien s’est bien repris et a remporté l’or au 500 mètres.

Problèmes d’eau au Domaine Val-des-Bois : les résidents devront quitter d’ici la fin 2024

En raison de problématiques reliées aux infrastructures d’eaux potable et usée, les 14 maisons mobiles du Domaine Val-des-Bois devront être expropriées d’ici la fin 2024. À bout de solutions, la Ville de Lévis a présenté cette «difficile» décision aux résidents du parc de maisons mobiles lévisiens et s’engage à acquérir les terrains ainsi que fournir de l’aide financière et psychologique à ces fam...

Opération Nez rouge : le satellite de Lévis reprend du collier

Le satellite lévisien de l’Opération Nez rouge reprendra ses activités à la fin du mois de novembre a annoncé Alliance-Jeunesse, l’organisme qui a pris en charge l’organisation du service cette année, accompagné de Pierre Boulanger, administrateur à la Caisse Desjardins de la Chaudière, Stéphanie Caron, porte-parole du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL), Geneviève Guillemette, coordonna...

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 16 novembre 2022

Lors du Gala des Fidéides 2022 organisé par la Chambre de commerce et d'industrie de Québec, le Groupe Boucher Sports a remporté le prix dans la catégorie Commerce de détail et e-commerce ainsi que le prestigieux prix « Moyenne-grande Entreprise de l’année. Bravo à Martin Boucher, un entrepreneur lévisien, et à toute son équipe pour cette autre belle réussite. (1ere photo)