CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE

En préparation des prochaines négociations pour de nouvelles conventions collectives qui viennent à échéance le 31 mars 2020, les syndicats des employés de soutien des commissions scolaires de la Chaudière-Appalaches et de la Capitale-Nationale ont lancé une tournée de consultation auprès de leurs membres.

À la suite de cette tournée, les syndicats ont constaté un essoufflement marqué auprès des employés de soutien. Qu’ils soient éducateurs spécialisés, concierges, surveillants d’élèves, préposés aux élèves handicapés, travailleurs auprès du service de garde, de la bibliothèque ou au soutien administratif, tous s’entendent pour dire que les conditions de travail sont de plus en plus difficiles et même hostiles.

En effet, le nombre d’actes de violence auprès du personnel n’a jamais été aussi élevé. «C’est sûr que le fait que nos employés n’ont pas beaucoup d’heures fait en sorte qu’ils ne font qu’éteindre des feux plutôt que faire de la prévention. Il nous manque cette étape pour que les intervenants auprès des élèves fassent un travail efficace. On ne pourra jamais la réaliser si nous n’avons pas plus d’heures à donner à ces employés», affirme Annie Charland, présidente du secteur scolaire de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN).

Les représentantes des syndicats des employés de soutien des commissions scolaires des Découvreurs, de la Côte-du-Sud et des Appalaches constatent que la moitié de leurs membres ne peuvent travailler qu’une vingtaine d’heures ou moins à cause des budgets serrés des établissements scolaires publics.

Des conditions de travail de plus en plus difficiles

«On dénote un essoufflement chez le corps enseignant, mais aussi chez les employés de soutien, mais ça, on en parle moins. Ce qu’on demande, c’est un réinvestissement massif du ministère de l’Éducation pour diminuer la précarité d’emplois, offrir des postes à temps plein et le support nécessaire pour permettre un meilleur suivi auprès des élèves», lance Josée Chamberland, présidente du syndicat du personnel de soutien à la Commission scolaire des Appalaches.

Annie Charland a constaté que cette réalité est partagée non seulement entre les régions de la Chaudière-Appalaches et de la Capitale-Nationale, mais dans l’entièreté de la province.

Cette situation devient de plus en plus apparente et problématique selon la présidente du syndicat du personnel de soutien à la Commission scolaire les Découvreurs, Isabelle Larouche. «Quand on commence à perdre des employés qui ont 10, 12, 15, 18 ans d’expérience auprès de notre commission scolaire et qui ont de bonnes conditions de travail, c’est là qu’on s’inquiète. Certains se sentent désabusés par le système parce qu’ils n’ont pas de ressources et décident de quitter», ajoute-t-elle.

Le Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches représente plus de 3 000 employés de soutien sur son territoire. Les syndicats déposeront leurs demandes de négociation le 30 octobre prochain. Mme Charland souhaite que les employés de soutien des commissions scolaires ne soient pas oubliés dans le prochain budget du gouvernement caquiste.

Leurs demandes seront précises et concises rassure la présidente du secteur scolaire de la FEESP-CSN. «On ne se cachera pas que depuis qu’il y a eu des coupures importantes dans les commissions scolaires, ce sont les employés de soutien qui en ont souffert les premiers. Nos membres sont inquiets, car on ne sait pas ce qui va se passer avec ce nouveau gouvernement qu’on ne connait pas du tout. C’est certain qu’on aimerait aller chercher un meilleur salaire pour nos membres. On perd des employés, car le privé offre des salaires bien plus concurrentiels», conclut-elle.

Les plus lus

Une première québécoise à Lévis

En septembre, Lévis sera l’hôte du premier festival au Québec ayant pour thème l’autosuffisance alimentaire, le Festival d’autosuffisance alimentaire du Peuplier.

Déferlante de bombes pour Sean Paul au Festivent

L’heure était aux retrouvailles vendredi soir, au Festivent, alors que le rappeur jamaïcain Sean Paul débarquait en ville pour une deuxième fois en cinq ans sur la scène Loto-Québec, après son spectacle en 2014. Le chanteur n’a pas lésiné pour rendre cette soirée mémorable.

Le Marché populaire mobile, une initiative solidaire

Depuis cinq étés déjà, l’organisme communautaire Le Filon a mis sur pied le Marché populaire mobile, un camion qui permet aux citoyens de bénéficier d’un «système alimentaire juste et équitable» et de fruits et légumes locaux à prix modiques.

La Ville en a assez des retards dans la collecte de déchets

Bien au fait des longs retards quant à la collecte de déchets domestiques sur son territoire, la Ville de Lévis a pris action en officialisant son mécontentement par voie de communiqué, le 16 août dernier. Jusqu’à maintenant le fournisseur responsable de la collecte, Sani-Terre Environnement, a reçu plus de 16 000 $ en amendes par la Ville.

Le viaduc de Saint-Rédempteur enfin ouvert

La nouvelle infrastructure routière reliant maintenant Saint-Rédempteur et Saint-Nicolas, qui était attendue depuis plus de 30 ans par la population, devrait permettre aux automobilistes de passer moins de temps sur la route.

Le Festivent s’agrandit pour accueillir plus de monde

Le Festivent a dévoilé une nouvelle scénographie pour sa scène principale. Sur le deuxième site, la superficie d’accueil a été doublée. Le festival lévisien se tiendra du 31 juillet au 4 août.

Développer son leadership pour la communauté

Benjamin Bolduc, originaire et résident de Saint-Nicolas, aspire à un métier en finance. Le jeune cégépien de 18 ans a participé au Youth Ambassadors Program organisé par l’ambassade des États-Unis à Ottawa. Ce dernier a eu l’occasion de voyager pendant 3 semaines aux États-Unis avec un groupe de 13 Canadiens, le 17 juillet dernier.

Lévis, ville de choix pour la famille?

En 2019 et pour une première fois en trois ans, la ville de Lévis ne figure plus parmi les 10 premières positions du classement des «Meilleures communautés au Canada pour les familles» établi par le magazine canadien Maclean’s.

Se payer un rêve de jeunesse pour une bonne cause

Le Pro-Am Gagné-Bergeron est cette joute de hockey où une vingtaine de joueurs amateurs auront l’opportunité de partager la glace avec une vingtaine de joueurs professionnels afin d’amasser des fonds pour Le Pignon Bleu, Leucan, la Fondation Philippe Boucher, la Fondation Maurice Tanguay et la Fondation Simple Plan. L’événement se déroulera au Centre Vidéotron, à Québec, le 8 août prochain. Joël A...

Lévis obtient le financement pour son transport collectif

Le projet de transport collectif de Lévis ira de l’avant avec l’octroi du financement pour sa réalisation par les gouvernements canadien et québécois. À terme, 4,5 km de voies seront aménagés sur le boulevard Guillaume-Couture.