Le Service d’entraide Bernières-Saint-Nicolas est à la recherche de nouveaux locaux afin de déménager avant la fin juin. CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE

Le Service d’entraide Bernières-Saint-Nicolas est à la recherche de nouveaux locaux et de financement à la suite d’un avis de non-renouvellement de l’entente d’occupation qui les liait avec le Conseil de fabrique de la paroisse de Saint-Nicolas-de-Lévis. L’organisme à but non lucratif (OBNL) a reçu une lettre le 22 décembre dernier leur demandant de quitter les locaux du sous-sol de l’église de Saint-Nicolas qu’ils occupent depuis 35 ans, le 31 décembre dernier.

En effet, à la suite d’une inspection de l’église faite par la Régie du bâtiment du Québec, le Conseil de fabrique de la paroisse de Saint-Nicolas-de-Lévis s’est vu imposer des travaux de conformité moyennant 30 000 $. Les marguillers ont alors demandé au Service d’entraide, locataire d’une section des locaux situés au sous-sol de l’église, d’assumer une partie de la facture, soit un montant d’environ 23 000 $.

Devant l’incapacité d’assumer des coûts «aussi élevés et injustifiés», selon le président du conseil d’administration (CA) du Service d’entraide, Ronald Blanchet, l’OBNL a dû faire appel à la Ville de Lévis afin de relocaliser une partie de ses activités à la demande du Conseil de fabrique de la paroisse.

Le Service d’entraide offre différents services aux familles des secteurs de Saint-Nicolas et Bernières, dont un comptoir familial où l’organisme vend vêtements et objets à bas prix, un comptoir alimentaire, une popote roulante, un service de transport-accompagnement pour les rendez-vous médicaux, l’aide matérielle pour la rentrée scolaire, l’aide au financement pour les camps de jour et plusieurs autres.

Ainsi, l’OBNL en est venu à une entente temporaire avec le Conseil de fabrique et la Ville. La Ville a temporairement relocalisé le comptoir familial au chalet du parc Jean-Dumets jusqu’au mois de juin, puisque le camp de jour reprendra ses activités, tandis que le comptoir alimentaire ainsi que les bureaux administratifs sont toujours dans le sous-sol de l’église.

Des relations peu facilitantes

 Depuis les quatre dernières années, M. Blanchet déplore les relations difficiles et peu facilitantes que l’organisme entretient avec le Conseil de fabrique de la paroisse. Celui-ci demande un loyer désormais, l’a doublé depuis deux ans, l’espace occupé de l’organisme a été réduit de moitié et les locations de salles coûtent cher. «On nous met des bâtons dans les roues, tout simplement», se désole le président du Service d’entraide.

Le Service d’entraide de Bernières-Saint-Nicolas vient en aide à plus d’une cinquantaine de familles dans le besoin à l’aide de son comptoir alimentaire. «On s’est fait dire qu’il n’y avait pas de gens dans le besoin dans le secteur de Saint-Nicolas. Avec les nouveaux HLM et la coopérative, il y en a de plus en plus. On est les mieux placés pour affirmer que c’est un besoin», explique la coordonnatrice de l’organisme, Francine Dufort.

Mettre en branle un nouveau projet

Pour le moment, le CA du Service d’entraide est encore à la recherche de quelques pistes de solution et rencontrera la Ville dans les prochaines semaines.

«On souhaite mettre en place un plan d’affaires avec la Ville, contacter nos collègues qui ont réussi à agrandir ou se relocaliser comme à Charny ou Breakeyville et lancer une campagne de financement. Puis, trouver avec la Ville une opportunité de se relocaliser entre le village de Saint-Nicolas et le secteur Normandie», partage le président.

Bien que difficile, cette relocalisation est vue comme une opportunité pour les membres de l’organisme qui compte une quarantaine de bénévoles. 

Pour Nicole Tanguay, secrétaire-trésorière et responsable du comptoir familial, de plus grands locaux permettraient un déploiement des activités du Service d’entraide. «Si on se retrouve dans nos propres locaux, on voudrait organiser d’autres services qu’on ne peut pas faire ici à cause du manque d’espace et de commodités. Comme la cuisine collective ou des cafés-rencontres afin de briser l’isolement», fait-elle part.

Dans le cadre de sa relocalisation, le Service d’entraide Bernières-Saint-Nicolas est à la recherche d’entreprises ou donateurs voulant leur venir en aide. Pour contacter l’organisme, consultez la page Facebook de l’organisme ou téléphonez au 418-831-8160.

Les plus lus

Les commerçants du Vieux-Lévis se mobilisent pour Noël

À la suite de l’annonce de l’annulation du Marché de Noël du Vieux-Lévis via la page Facebook de l’événement, le 8 novembre dernier, un mouvement initié par les commerçants se trame dans le vieux quartier de la ville.

Pas de marché de Noël dans le Vieux-Lévis cette année

Sur sa page Facebook, le Marché de Noël du Vieux-Lévis a annoncé, le 8 novembre, que l'événement n'aura pas lieu en 2019.

Cocité Lévis : un plan de 315 M$ sur la table

Comme rapporté par le Journal en juin dernier, l’entreprise Humaco Stratégies a procédé au dévoilement de ses plans pour Cocité Lévis, son projet immobilier et commercial à la tête des ponts en bordure du fleuve Saint-Laurent et de la route Marie-Victorin à Saint-Nicolas, le 7 novembre.

Le folk poétique de James Forest à découvrir au VBP

Accompagné de son plus fidèle compagnon de route, sa guitare, l’auteur-compositeur-interprète James Forest sera de passage le 15 novembre, dans l’ambiance intimiste de la salle de Saint-Romuald.

La Ville de Lévis présente ses investissements majeurs à venir

Projet phare du nouveau programme triennal d’immobilisations, une centrale incluant le poste de police, la cour municipale et les services juridiques sera construite pour un coût total de 53 M$. Dans ce PTI 2020-2021-2022, la Ville de Lévis consacre aussi près d’un tiers des 401,2 M$ d’investissements inscrits aux infrastructures municipales, dont 71,3 M$ pour le réseau d’aqueduc et d’égouts ainsi...

La CDVL ne sera pas en mesure d’organiser le Marché de Noël

On pouvait lire sur la page Facebook du Marché de Noël du Vieux-Lévis, le 8 novembre dernier, que l’activité organisée par la Corporation de développement du Vieux-Lévis (CDVL) en collaboration avec le Centre de pédiatrie sociale de Lévis (CPSL) n’aurait pas lieu cette année.

Le service d’entraide de Saint-Nicolas se relocalise

Après plusieurs mois de recherche, le Service d’entraide Bernières-Saint-Nicolas a finalement réussi à trouver deux locaux pour relocaliser ses activités.

La FPMQ demande l’équité au sein des corps policiers

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FMPQ) a demandé à la ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault, de mettre fin à l’iniquité dans le financement des services policiers entre les corps de police municipaux et les municipalités desservies par la Sûreté du Québec (SQ), le 27 octobre dernier.

Transit agrandira ses installations de Lauzon

L’entrepôt lévisien de Transit grouillera d’activités au cours de la prochaine année. En effet, le distributeur en gros de pièces automobiles de Lévis triplera la superficie de son centre situé dans le parc industriel de Lauzon, un projet sur trois ans estimé entre 15 et 18 M$.

Richard Turgeon tire sa révérence

En décembre, Richard Turgeon, conseiller aux projets spéciaux et thanatologue au Groupe Garneau ainsi qu’ancien propriétaire de Gilbert & Turgeon, prendra sa retraite. Ce sera la conclusion d’une carrière de 46 ans où le Lévisien a supporté de nombreuses familles du quartier Lévis dans leur processus de deuil. Portrait d’un homme de cœur qui aura marqué de son empreinte la ville, autant au niveau ...