CRÉDIT : MYRIAM TREMBLAY-BERNIER

Depuis septembre, Marc-André Bégin, un étudiant en génie mécanique originaire de Lévis, a amorcé des études de doctorat au réputé Massachusetts Institute of Technology (MIT) grâce à l’obtention d’une prestigieuse aide financière américaine, la bourse Fulbright.

Rappelons d’emblée qu’existant depuis 1946, le programme de bourses Fulbright, parrainé par le gouvernement américain, a pour objectif de développer des collaborations internationales entre tous les milieux universitaires, allant du génie mécanique aux sciences humaines. Programme frappé du sceau de l’excellence, les boursiers Fulbright, au nombre de 360 000 depuis 1946, sont très renommés. Pas moins de 53 d’entre eux ont reçu un prix Nobel.

D’ailleurs, dans l’histoire récente du programme, environ 10 % des candidats reçoivent des bourses. Ainsi, lorsque Marc-André Bégin a su en avril dernier qu’il était l’un des boursiers Fulbright, l’étudiant originaire de Lévis ne pouvait cacher sa joie.

«J’étais très fier. J’étais content de cette reconnaissance. Je suis content de pouvoir apporter mes apprentissages aux États-Unis comme c’est l’objectif de la bourse Fulbright», a-t-il partagé.

Améliorer la fluidité des mouvements avec les exosquelettes

Concrètement, la reconnaissance permet au diplômé de l’Université de Sherbrooke de pouvoir compter sur une aide financière de 15 000 $ pour les 9 premiers mois de son doctorat d’une durée d’environ 3 ans au MIT. Et jusqu’à maintenant, l’étudiant ne regrette aucunement d’avoir saisi cette opportunité.

«Recevoir cette chance m’ouvrira des portes, j’en suis certain. C’est une expérience hors du commun. Je suis entouré de gens avec des curriculum vitae vraiment impressionnants. Dava Newman, une ancienne administratrice de la NASA, fait partie de l’équipe du labo, et Jeffrey Hoffman, un des professeurs que je côtoie, est un ex-astronaute. Ce sont des leaders et des exemples à suivre. La communauté étudiante est aussi très active. C’est passionnant d’étudier avec des gens autant passionnés dans ton domaine», a résumé le jeune homme de 25 ans.

Grâce à ces ressources, l’étudiant originaire de Lévis peut se consacrer à son projet de doctorat : définir et améliorer les interactions entre les humains et les exosquelettes (appareil motorisé visant à redonner de la mobilité à un humain ou augmenter ses capacités).

«La plupart des exosquelettes existants utilisent un algorithme de contrôle spécialisé pour réaliser des activités précises comme marcher. Les chercheurs comprennent encore mal comment on peut créer la chimie nécessaire entre un exosquelette et un humain pour alterner entre plusieurs activités comme marcher, courir, s’arrêter puis sauter, par exemple. Pourtant, c’est justement ce que l’utilisateur quotidien d’un exosquelette chercherait à faire. Le Saint Graal pour moi serait de réussir à incorporer une mesure chiffrée de fluidité dans un contrôleur qui s’adapterait à l’humain pour rendre le mouvement plus fluide, plus naturel», a expliqué celui qui désire évoluer dans le domaine universitaire à la fin de son doctorat.

Toujours une pensée pour Lévis

Malgré qu’il étudie désormais à Boston, Marc-André Bégin revient sur une base régulière dans la région afin de voir ses proches, dont sa conjointe. Des retours qui lui permettent aussi de constater l’impact positif qu’ont eu plusieurs membres de la communauté lévisienne sur son parcours.

«Ça peut peut-être paraître quétaine, mais mes parents m’ont toujours soutenu lors de mes études et ils ont beaucoup influencé mon parcours. J’ai également fait mes études secondaires au Juvénat Notre-Dame et l’un de mes professeurs à cette école, Daniel Breton, a eu un grand impact sur mon choix de carrière en science et en génie», a conclu le boursier Fulbright.

Les plus lus

Une première québécoise à Lévis

En septembre, Lévis sera l’hôte du premier festival au Québec ayant pour thème l’autosuffisance alimentaire, le Festival d’autosuffisance alimentaire du Peuplier.

Déferlante de bombes pour Sean Paul au Festivent

L’heure était aux retrouvailles vendredi soir, au Festivent, alors que le rappeur jamaïcain Sean Paul débarquait en ville pour une deuxième fois en cinq ans sur la scène Loto-Québec, après son spectacle en 2014. Le chanteur n’a pas lésiné pour rendre cette soirée mémorable.

Le Marché populaire mobile, une initiative solidaire

Depuis cinq étés déjà, l’organisme communautaire Le Filon a mis sur pied le Marché populaire mobile, un camion qui permet aux citoyens de bénéficier d’un «système alimentaire juste et équitable» et de fruits et légumes locaux à prix modiques.

La Ville en a assez des retards dans la collecte de déchets

Bien au fait des longs retards quant à la collecte de déchets domestiques sur son territoire, la Ville de Lévis a pris action en officialisant son mécontentement par voie de communiqué, le 16 août dernier. Jusqu’à maintenant le fournisseur responsable de la collecte, Sani-Terre Environnement, a reçu plus de 16 000 $ en amendes par la Ville.

Le viaduc de Saint-Rédempteur enfin ouvert

La nouvelle infrastructure routière reliant maintenant Saint-Rédempteur et Saint-Nicolas, qui était attendue depuis plus de 30 ans par la population, devrait permettre aux automobilistes de passer moins de temps sur la route.

Le Festivent s’agrandit pour accueillir plus de monde

Le Festivent a dévoilé une nouvelle scénographie pour sa scène principale. Sur le deuxième site, la superficie d’accueil a été doublée. Le festival lévisien se tiendra du 31 juillet au 4 août.

Développer son leadership pour la communauté

Benjamin Bolduc, originaire et résident de Saint-Nicolas, aspire à un métier en finance. Le jeune cégépien de 18 ans a participé au Youth Ambassadors Program organisé par l’ambassade des États-Unis à Ottawa. Ce dernier a eu l’occasion de voyager pendant 3 semaines aux États-Unis avec un groupe de 13 Canadiens, le 17 juillet dernier.

Lévis, ville de choix pour la famille?

En 2019 et pour une première fois en trois ans, la ville de Lévis ne figure plus parmi les 10 premières positions du classement des «Meilleures communautés au Canada pour les familles» établi par le magazine canadien Maclean’s.

Se payer un rêve de jeunesse pour une bonne cause

Le Pro-Am Gagné-Bergeron est cette joute de hockey où une vingtaine de joueurs amateurs auront l’opportunité de partager la glace avec une vingtaine de joueurs professionnels afin d’amasser des fonds pour Le Pignon Bleu, Leucan, la Fondation Philippe Boucher, la Fondation Maurice Tanguay et la Fondation Simple Plan. L’événement se déroulera au Centre Vidéotron, à Québec, le 8 août prochain. Joël A...

Lévis obtient le financement pour son transport collectif

Le projet de transport collectif de Lévis ira de l’avant avec l’octroi du financement pour sa réalisation par les gouvernements canadien et québécois. À terme, 4,5 km de voies seront aménagés sur le boulevard Guillaume-Couture.