CRÉDIT 1RE PHOTO : VILLE DE LÉVIS CRÉDIT AUTRES PHOTOS : ÉRICK DESCHÊNES

C’est en compagnie du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, que la ministre responsable de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, a annoncé, le 26 avril, que 9 M$ seront investis par le gouvernement provincial et la Ville de Lévis dans un projet de réaménagement de la pointe Benson, soit le secteur situé à proximité de l’usine de traitement d’eau potable de Saint-Romuald.

Québec accordera 7 M$ pour le projet Pointe Benson, alors que la part de la Ville sera de 2 M$. Le concept d'aménagement vise à mettre en valeur le paysage fluvial, tout en rendant hommage au patrimoine de Lévis.

Le projet désiré par la Ville depuis deux ans, qui bénéficiera de l'expertise de la Commission de la capitale nationale, prévoit la réalisation d'un parc-promenade comportant des éléments d'interprétation historique et archéologique pour témoigner de la vie des Premières Nations, de la colonisation française sur la rive sud, ainsi que de la présence du Régime anglais.

Concrètement, le stationnement asphalté du site sera complètement réaménagé, le lien cyclo-pédestre vers le parc de l’Anse-Benson sera amélioré, l’accès au site archéologique du manoir Wade sera planifié et amélioré et le béton de surface du mur de soutènement existant sera refait.

De plus, des éléments signalétiques de l'histoire y seront intégrés, de même qu'un sentier de découverte. La pointe Benson s'inscrit parmi les plus importants complexes archéologiques au Québec, le site portant 9 500 ans d’occupation humaine. En effet, il est l'une des premières terres d'accueil de la colonisation française sur la rive sud. Des fouilles ont également révélé des occupations amérindiennes et une quantité importante d'artéfacts. 

Selon l’échéancier établi, les travaux seront réalisés en 2020-2021, pour une ouverture du site en 2022. Notons que le projet sera suivi d’autres phases «secondaires» qui permettront notamment la mise en valeur des vestiges du manoir Wade.

Pointes contre les libéraux

 Fiers de dévoiler les esquisses du futur qui «deviendra un lieu de rassemblement pour les gens de la région», Geneviève Guilbaut et Gilles Lehouillier ont profité de l’occasion pour s’en prendre à l’ancien gouvernement libéral. Selon eux, il aurait négligé Lévis.

«C’est une belle annonce très porteuse pour les gens de Lévis et de la Rive-Sud. Elle est également hautement symbolique puisqu’elle confirme la ferme volonté de notre gouvernement de tirer un trait définitif sur l’exclusion apparente de Lévis, par le précédent régime libéral, à l’égard de son rôle clé dans le rayonnement de notre magnifique région», a souligné Mme Guilbault, lors d’un point de presse à l’hôtel de ville de Lévis.

«Nous voulons remercier la ministre pour cette aide magnifique, premier geste concret posé à Lévis (pour démontrer que Lévis est complémentaire à Québec et participe au rayonnement de la Capitale-Nationale). Je tiens à saluer cette première historique», a ajouté plus tard M. Lehouillier en guise de conclusion.

Les plus lus

Le déconfinement de 1918 à Lévis

Dans une chronique publiée dans le Wall Street Journal du 30 avril dernier, la chroniqueuse américaine Peggy Noonan constate qu'il n'est pas facile d'analyser les conséquences de la pandémie de grippe espagnole de 1918. Qu'en est-il pour Lévis?

COVID-19 : nouvelles mesures prises par Lévis

Plusieurs services de la Ville ont été modifiés pour répondre aux besoins des Lévisiens. Un rappel a également été fait sur les équipements ouverts et les consignes à respecter.

Un virus créé par les humains? Faux

La théorie selon laquelle le SRAS-CoV-2 serait issu de manipulations génétiques a fait l’objet de plusieurs rumeurs depuis le début de la pandémie. La plus récente souligne une soi-disant similitude avec le virus responsable du sida, ce qui démontrerait sa création en laboratoire. Pourtant, des milliers d’analyses de son génome, à travers le monde, conduisent à une origine naturelle. Le Détecteur ...

L'après-pandémie de 1918 à Lévis

Après un mois d'octobre 1918 catastrophique à Lévis avec au-delà de 50 décès et le quart de la population infectée par la grippe espagnole, la vie courante reprend de manière étonnamment rapide par la suite. À peine deux mois plus tard, soit le 28 décembre, Pierre-Georges Roy rapporte que l'église Notre-Dame «est littéralement remplie» pour les «imposantes funérailles» de l'épouse d'Onésime Carrie...

COVID-19 : un nouveau cas confirmé à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir qu'un autre Lévisien a reçu, au cours des 24 dernières heures, un résultat positif à la suite d'un test de dépistage du nouveau coronavirus.

Quatre nouveaux cas d'infection au coronavirus à Lévis

Quatre nouveaux cas confirmés de la COVID-19 ont été constatés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Tous ces cas touchent des Lévisiens.

COVID-19 : trois nouveaux cas confirmés à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, lundi, que trois Lévisiens ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : deux cas confirmés de plus à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir, mardi, que deux Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

Un saut dangereux au parc des Chutes-de-la-Chaudière

Malgré la dangerosité de ce qu'il qualifie de «cascade», qui aurait pu entraîner de graves blessures voire la mort, un jeune homme s’est filmé en train de sauter de la passerelle du parc des Chutes-de-la-Chaudière. Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) met en garde toute personne tentée de reproduire ce saut qui met la vie de son auteur en péril.

COVID-19 : trois nouveaux cas à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, jeudi, que trois autres Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.