Kevin Pelletier, Patrick Morin et Dave Ricard sont les hommes derrière la Distillerie des Appalaches. CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

La vague des microdistilleries qui frappe le Québec depuis quelques mois touche également Lévis. La Distillerie des Appalaches a lancé ses opérations dans le parc industriel de Lauzon.

C’est grâce à une association conclue il y a un an entre Dave Ricard, gestionnaire et stratège, Kevin Pelletier, un expert dans la transformation et l’exportation du sirop d’érable, et Patrick Morin, maître distillateur possédant une formation en sciences des aliments, que le projet a pu voirle jour.

«Nous avons une volonté de faire mieux. Il y a beaucoup d’alcools intéressants qui ont poussé au Québec et certaines entreprises ont pavé la route pour favoriser la croissance. Nous sentions qu’il y avait encore un tour de roue à faire quand on regarde ce qui se passe ailleurs dans le monde, en Europe et aux États-Unis», a expliqué Dave Ricard, sur l’origine du projet.

La Distillerie des Appalaches a récemment obtenu son permis de fabricant de la Régie des alcools, des courses et des jeux, document nécessaire pour pouvoir amorcer de la distillation au niveau commercial. D’ailleurs, le premier lot de son gin est en production. Également, la Société des alcools du Québec (SAQ) vendra, dès juillet, des produits de la microdistillerie lévisienne.

Produits uniques

 Déjà, les associés derrière la Distillerie des Appalaches prévoient la production de deux produits «du grain à la bouteille», soit en utilisant des produits d’ici pour le transformer en alcool.
Dans un premier temps, l’entreprise lévisienne veut lancer sur le marché un gin, le Kepler premium gin. Ensuite, misant sur l’expertise de Kevin Pelletier dans l’industrie acéricole, les propriétaires de la Distillerie des Appalaches veulent vendre un rhum d’érable.

«Notre objectif, ce serait d’avoir notre Kepler gin sur les tablettes de la SAQ cet été. Cet alcool aura sa propre personnalité grâce à l’utilisation de grains d’ici. Il sera également distillé quatre fois. En ce qui a trait aux aromates, ce sera un profil plus fruité, qui devrait plaire au grand public, avec l’utilisation de canneberges, de bleuets et de thé du Labrador», a partagé M. Ricard.

Et si la Distillerie des Appalaches en est à ses premiers balbutiements, ses propriétaires ont déjà un plan de match bien défini pour permettre l’expansion de leur entreprise. En plus de la création désirée d’un whisky québécois, les artisans lévisiens désirent créer des «versions plus élaborées» de leur gin et de leur rhum d’érable. Sur une note plus touristique, ils désirent aussi proposer aux visiteurs de leur distillerie de Lauzon des dégustations et des visites. 

«Nous voulons autant nous développer à l’horizontale qu’à la verticale. Nous avons deux marques très fortes avec le rhum d’érable et le gin. Nous voulons rajouter des produits pour ces marques. Nous pouvons parler de prêt-à-boire, du gin vieilli ou des versions plus élaborées», a conclu M. Ricard.

Les plus lus

Le déconfinement de 1918 à Lévis

Dans une chronique publiée dans le Wall Street Journal du 30 avril dernier, la chroniqueuse américaine Peggy Noonan constate qu'il n'est pas facile d'analyser les conséquences de la pandémie de grippe espagnole de 1918. Qu'en est-il pour Lévis?

COVID-19 : nouvelles mesures prises par Lévis

Plusieurs services de la Ville ont été modifiés pour répondre aux besoins des Lévisiens. Un rappel a également été fait sur les équipements ouverts et les consignes à respecter.

Un virus créé par les humains? Faux

La théorie selon laquelle le SRAS-CoV-2 serait issu de manipulations génétiques a fait l’objet de plusieurs rumeurs depuis le début de la pandémie. La plus récente souligne une soi-disant similitude avec le virus responsable du sida, ce qui démontrerait sa création en laboratoire. Pourtant, des milliers d’analyses de son génome, à travers le monde, conduisent à une origine naturelle. Le Détecteur ...

L'après-pandémie de 1918 à Lévis

Après un mois d'octobre 1918 catastrophique à Lévis avec au-delà de 50 décès et le quart de la population infectée par la grippe espagnole, la vie courante reprend de manière étonnamment rapide par la suite. À peine deux mois plus tard, soit le 28 décembre, Pierre-Georges Roy rapporte que l'église Notre-Dame «est littéralement remplie» pour les «imposantes funérailles» de l'épouse d'Onésime Carrie...

COVID-19 : un nouveau cas confirmé à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir qu'un autre Lévisien a reçu, au cours des 24 dernières heures, un résultat positif à la suite d'un test de dépistage du nouveau coronavirus.

Quatre nouveaux cas d'infection au coronavirus à Lévis

Quatre nouveaux cas confirmés de la COVID-19 ont été constatés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Tous ces cas touchent des Lévisiens.

COVID-19 : trois nouveaux cas confirmés à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, lundi, que trois Lévisiens ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : deux cas confirmés de plus à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir, mardi, que deux Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

Un saut dangereux au parc des Chutes-de-la-Chaudière

Malgré la dangerosité de ce qu'il qualifie de «cascade», qui aurait pu entraîner de graves blessures voire la mort, un jeune homme s’est filmé en train de sauter de la passerelle du parc des Chutes-de-la-Chaudière. Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) met en garde toute personne tentée de reproduire ce saut qui met la vie de son auteur en péril.

COVID-19 : trois nouveaux cas à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, jeudi, que trois autres Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.