Le photographe expose son travail réalisé entre l’été 2017 et l’été 2018. CRÉDIT : AUDE MALARET

De retour le temps d’une exposition dans la Ville qui l’a vu naître et grandir, John R. Porter présente trente de ses photographies au Centre d’exposition Louise-Carrier jusqu’au 9 juin. D’un regard curieux, il s’attarde dans un instant déjà parti. Le saisissant dans toute sa fugacité, il révèle par ses instantanés d’éphémères motifs figés dans ses compositions.

Dans cette maison qu’il a connue au temps où elle était habitée, John R. Porter revient exposer ses photographies. En 1967, alors qu’il entame sa dernière année d’étude au Collège de Lévis, celui qui n’est encore qu’un jeune homme rêveur vient, de temps à autre, rendre visite aux occupants de l’ancien presbytère, Louise Carrier et André Garant, son professeur d’arts plastiques.

Cinq décennies se sont écoulées depuis, pendant lesquelles John R. Porter a été directeur du Musée national des beaux-arts de Québec, de 1993 à 2008, ainsi que professeur d’histoire de l’art à l’Université Laval pendant plus de vingt ans. Avec ses œuvres photographiques cette fois, il revient dans un des lieux marquants de ses jeunes années et renoue avec ses rêves d’alors.

Une évocation du temps qui passe

Ses œuvres évoquent le temps qui s’écoule. John R. Porter photographie la nature, les marques laissées par les saisons, les couleurs des ses voyages. Derrière l’objectif, il fixe L’empreinte des jours, titre de son exposition, et s’amuse du jeu des apparences. Son œil capte les reflets, les traces, les surfaces dans des compositions entre figuration et abstraction.

Ici la surface de l’eau, là le reflet des arbres sur le canal du Midi, en France. John R. Porter montre la rugosité de l’écorce, le blanc de l’écume, les distorsions de la lumière, la densité de la végétation, la matière.

«Je vais chercher dans les endroits où je passe, ici et à l’étranger, des morceaux, des instants, des portions de réel et j’ai dégage le magnifique que trop souvent dans notre société contemporaine, on ne voit plus. Je m’arrête. Je saisis l’empreinte des jours», illustre-t-il.

S’arrêter et contempler

Par la photographie, John R. Porter a trouvé sa manière d’arrêter le temps, de faire durer des moments privilégiés. Il invite les visiteurs à prendre le temps de s’arrêter pour apprécier ce qui s’offre à leurs yeux, une «banalité parlante».

De son regard, celui qu’il porte sur le monde, il retient ce qui nous échappe, repart trop vite. «Ironiquement dans certains cas, pour arrêter le temps il faut aller très vite. Parce que l’instant est fugace.»

Dans son travail, le photographe manifeste une «obsession de l’authenticité» de ce qu’il voit. «Tout ce que vous voyez, je l’ai vu tel quel», dit-il. Aucun de ses clichés ne sont d’ailleurs ni retouché ni recadré et n’ont été prix avec un filtre. Son outil, c’est un appareil «ordinaire qui n’a rien de sophistiqué».

Les photographies sont imprimées sur toile. «Ça vient leur donner une texture additionnelle et dans certains cas, ça sert très bien la photographie car on a l’impression que quelque chose en sort.»  John R. Porter puise dans le réel pour jouer avec l’abstraction en modifiants les repères.

«Qu’est-ce que j’abstrais de mon environnement? À quel moment? Le hasard fait que je vois quelque chose, je le saisis.» Montrer ce qui échappe au regard. Le partager. John R. Porter invite à la contemplation d’un moment devenu éternel.

Visite commentée avec John R. Porter, le dimanche 2 juin, à 14h. Jusqu’au 9 juin, au Centre d’exposition Louise-Carrier.

Les plus lus

Un site de rencontre pas comme les autres

Quand on vit avec une incommodité physique, une déficience intellectuelle, une maladie chronique ou une paralysie, on peut se sentir plus vulnérable au regard des autres sur les sites de rencontre. Une plateforme d’un nouveau genre propose des «rencontres adaptées» à celles et ceux qui vivent avec une différence.

Un nouveau salon consacré au mieux-être à Lévis

Lévis sera l’hôte d’un nouvel événement dédié à l’épanouissement personnel, à l’art de vivre, au mieux-être, à la spiritualité, à la voyance et aux émotions. En effet, la première édition du Salon Santé, Bonheur et Abondance se tiendra du 6 au 8 septembre au Centre de congrès et d’expositions de Lévis.

L’ascension musicale de Rosalie

C’est vêtue de son rose fashion à la montréalaise que la jeune chanteuse Rosalie Roberge s’est arrêtée à la résidence familiale du Vieux-Lévis pour profiter de courtes vacances entre deux projets. Un bon moment pour faire le point autour d’un café, alors qu’elle joint depuis peu sa voix au groupe de jazz québécois The Lost Fingers.

Le maire de Lévis exige des excuses d'Alexandre Turgeon

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a demandé, le 11 septembre, que le directeur général et vice-président exécutif du Conseil régional de l'environnement (CRE) de la Capitale-Nationale, Alexandre Turgeon, présente des excuses officielles à la population lévisienne pour des propos qu'il a tenus dans un article du Journal de Québec.

Le marché immobilier grouille à Lévis

Les récentes statistiques du marché immobilier résidentiel viennent d’être dévoilées par l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ). Selon ces données, Lévis a vu ses ventes bondir dans le second trimestre de l’année en cours, mais les prix sont restés somme toute stables.

Nouveaux retards dans la collecte des déchets : la Ville met en place une série de mesures

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a annoncé, le 6 septembre, qu'elle mettait en place des «mesures concrètes» afin d'aider les citoyens qui font face à de nouveaux retards pour la collecte des déchets.

Développer son leadership pour la communauté

Benjamin Bolduc, originaire et résident de Saint-Nicolas, aspire à un métier en finance. Le jeune cégépien de 18 ans a participé au Youth Ambassadors Program organisé par l’ambassade des États-Unis à Ottawa. Ce dernier a eu l’occasion de voyager pendant 3 semaines aux États-Unis avec un groupe de 13 Canadiens, le 17 juillet dernier.

La Ville en a assez des retards dans la collecte de déchets

Bien au fait des longs retards quant à la collecte de déchets domestiques sur son territoire, la Ville de Lévis a pris action en officialisant son mécontentement par voie de communiqué, le 16 août dernier. Jusqu’à maintenant le fournisseur responsable de la collecte, Sani-Terre Environnement, a reçu plus de 16 000 $ en amendes par la Ville.

9 M$ investis pour le logement abordable à Lévis

À Saint-Romuald, 84 unités de logements réparties dans 9 bâtiments ont été achetées au secteur privé par un organisme à but non lucratif et rénovées afin d’être louées à des familles au revenu plus modeste.

Lévis, ville de choix pour la famille?

En 2019 et pour une première fois en trois ans, la ville de Lévis ne figure plus parmi les 10 premières positions du classement des «Meilleures communautés au Canada pour les familles» établi par le magazine canadien Maclean’s.