Après le débarquement, les hommes du Régiment de la Chaudière ont fraternisé avec les habitants de Bernières-sur-Mer. CRÉDIT : BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA

Le 6 juin 1944, 150 000 soldats alliés débarquaient sur les plages de Normandie afin de libérer l’Europe du joug nazi, dont près de 900 membres du Régiment de la Chaudière. 75 ans plus tard, le régiment basé à Lévis commémore sa participation à cet événement historique. Deux de ses membres ont bien voulu partager au Journal la petite histoire des exploits de la seule unité canadienne-française ayant participé à la plus grande opération militaire amphibie de l’histoire.

Regroupant des francophones provenant du Québec et du Nouveau-Brunswick, le Régiment de la Chaudière a été transféré, en 1941, à la 8e brigade de la 3e division canadienne, un groupe réunissant environ 20 000 soldats basés en Angleterre pour défendre ce pays d’une invasion nazie.

C’est en 1943 que la série d’événements ayant mené l’unité à prendre part au débarquement de Normandie s’est amorcée. Lors de la conférence de Québec, les chefs d’état-major alliés déterminent que la 3e division canadienne fera partie du contingent allié qui réalisera l’opération. Dès lors, les membres du Régiment de la Chaudière se préparent activement pour cette mission.

«À l’échelle du Régiment de la Chaudière, dès 1943, toute la 3e division ne s’est entraînée que pour cette mission. Ce n’est pas évident de monter dans des barges, débarquer, se réorganiser sous le feu de l’ennemi. L’aspect physique était également très important. Entre autres, ils ont participé en Écosse à un entraînement commando», a expliqué Marcel Belleau, ancien colonel de l’unité et spécialiste de son histoire.

Une première marquante

Un an plus tard, après quelques reports provoqués par les mauvaises conditions climatiques, l’armée alliée composée d’unités françaises, canadiennes, britanniques et américaines débarque en Normandie. Si a posteriori ce sentiment peut paraître étrange pour les citoyens du 21e siècle, les soldats du Régiment de la Chaudière, tous des volontaires, avaient hâte de passer à l’action.

«Cela faisait pratiquement trois ans qu’ils s’entraînaient, dont la dernière année d’une manière intensive. Un ancien combattant m’a dit qu’ils étaient écœurés et qu’ils n’avaient hâte que d’y aller. Un autre ancien combattant m’a même déjà confié que l’entraînement était aussi difficile que la guerre, sinon plus dans certains cas. Il y a eu des pertes de vie lors de l’entraînement», a rappelé Éric Marmen, le directeur du musée du Régiment de la Chaudière.

Le 6 juin, l’unité débarque donc à Bernières-sur-Mer (Juno Beach), après le régiment torontois The Queen’s Own Rifles of Canada, afin de conquérir une batterie de canons et s’enfoncer dans les terres. L’opération n’est toutefois pas une sinécure puisque le Régiment de la Chaudière doit repousser une contre-attaque allemande dans la nuit du 6 au 7 juin. La 21e division blindée allemande voulait alors profiter d’une brèche entre les armées britannique et canadienne. Lors du débarquement, l’unité enregistre 105 pertes, soit 18 morts, 48 blessés et 38 prisonniers.

«C’est un événement marquant pour le Régiment de la Chaudière puisque c’était la première fois qu’il allait à la guerre, la première fois que des soldats voyaient des compagnons mourir sous leurs yeux. Le baptême du feu n’est pas évident au niveau psychologique», a souligné M. Belleau.

Malgré ces durs moments, le débarquement de Normandie a cependant permis aux soldats du Régiment de la Chaudière de vivre une expérience hors de l’ordinaire.

«Les soldats du régiment portaient, comme tous les soldats canadiens, des uniformes du modèle britannique. Les Français les ont pris pour des Anglais, mais ils ont eu une surprise lorsqu’ils ont entendu parler les soldats du Régiment de la Chaudière. Notre parler à cette époque ressemblait beaucoup au parler normand. Ils étaient donc surpris de pouvoir parler à des gens qui leur ressemblaient», a ajouté M. Belleau.

Un événement à ne pas oublier

En raison de l’importance de cette opération pour l’unité qui s’est aussi distinguée à d’autres moments de la campagne européenne, le Régiment de la Chaudière participe donc activement aux commémorations du 75e anniversaire du débarquement de Normandie.

Une délégation de l’unité est présentement dans ce coin de la France afin de participer aux célébrations commémoratives sur le parcours qu’avaient emprunté les libérateurs de différentes villes de France, dont Caen. Parallèlement, d’autres membres du régiment seront également présents lors des commémorations qui auront lieu au Cénotaphe de Beauceville le 6 juin prochain.

Les plus lus

Un site de rencontre pas comme les autres

Quand on vit avec une incommodité physique, une déficience intellectuelle, une maladie chronique ou une paralysie, on peut se sentir plus vulnérable au regard des autres sur les sites de rencontre. Une plateforme d’un nouveau genre propose des «rencontres adaptées» à celles et ceux qui vivent avec une différence.

Un nouveau salon consacré au mieux-être à Lévis

Lévis sera l’hôte d’un nouvel événement dédié à l’épanouissement personnel, à l’art de vivre, au mieux-être, à la spiritualité, à la voyance et aux émotions. En effet, la première édition du Salon Santé, Bonheur et Abondance se tiendra du 6 au 8 septembre au Centre de congrès et d’expositions de Lévis.

L’ascension musicale de Rosalie

C’est vêtue de son rose fashion à la montréalaise que la jeune chanteuse Rosalie Roberge s’est arrêtée à la résidence familiale du Vieux-Lévis pour profiter de courtes vacances entre deux projets. Un bon moment pour faire le point autour d’un café, alors qu’elle joint depuis peu sa voix au groupe de jazz québécois The Lost Fingers.

Le maire de Lévis exige des excuses d'Alexandre Turgeon

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a demandé, le 11 septembre, que le directeur général et vice-président exécutif du Conseil régional de l'environnement (CRE) de la Capitale-Nationale, Alexandre Turgeon, présente des excuses officielles à la population lévisienne pour des propos qu'il a tenus dans un article du Journal de Québec.

Le marché immobilier grouille à Lévis

Les récentes statistiques du marché immobilier résidentiel viennent d’être dévoilées par l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ). Selon ces données, Lévis a vu ses ventes bondir dans le second trimestre de l’année en cours, mais les prix sont restés somme toute stables.

Nouveaux retards dans la collecte des déchets : la Ville met en place une série de mesures

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a annoncé, le 6 septembre, qu'elle mettait en place des «mesures concrètes» afin d'aider les citoyens qui font face à de nouveaux retards pour la collecte des déchets.

9 M$ investis pour le logement abordable à Lévis

À Saint-Romuald, 84 unités de logements réparties dans 9 bâtiments ont été achetées au secteur privé par un organisme à but non lucratif et rénovées afin d’être louées à des familles au revenu plus modeste.

Transport scolaire des PALS : une décision qui ne fait pas l’unanimité

Les parents des élèves aux Programmes arts-langues-sports (PALS) de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) des secteurs Lauzon, Saint-David, Saint-Romuald et Breakeyville, ont appris, trois semaines avant la rentrée, qu’à partir de cette année, le transport scolaire adapté aux élèves qui traînent leur bagage hors norme, comme l'équipement sportif, ira chercher leur enfant à un point de chut...

Une deuxième classe de maternelle 4 ans à Lévis

Trois nouvelles classes de maternelle 4 ans ont été ajoutées sur le territoire de la Commission scolaire des Navigateurs, dont une à l’École Charles-Rodrigue à Lévis, portant leur nombre à quatre.

La Chambre de commerce de Lévis a un nouveau président

La Chambre de commerce de Lévis (CCL) a tenu son assemblée générale, le 11 septembre. En plus du bilan, des bons coups de l’année écoulée et des enjeux à venir, les nouveaux membres de son conseil d’administration ont été désignés.