CRÉDIT : GILLES BOUTIN

Après 25 ans d’opération à l’aérodrome de Saint-Jean-Chrysostome, le centre de parachutisme a déménagé à Pintendre. Depuis plusieurs années, ce type d’activité dans le secteur est remis en cause par la Ville de Lévis. Le centre dispose pourtant des autorisations, délivrées par Transports Canada, nécessaires pour opérer.

«L’administration de la Ville de Lévis n’a jamais donné suite à aucune de nos invitations et de nos ouvertures à dialoguer. Les seules réponses qu’on a eues, ce sont des mises en demeure» réagit Max Sénécal, copropriétaire et président de Parachutisme Atmosphair, qui déclare être «surpris de ce refus systématique».

Si deux rencontres ont bien eu lieu avec la Ville, rapporte celui qui a été reçu par le maire suppléant Guy Dumoulin à l’automne 2018 puis un employé de la Ville en février 2019, les discussions auraient été vaines sans perspective de travail possible.

«On reste professionnels. On est déçus du langage utilisé par la Ville. On est attristés de voir les missed opportunities de travailler ensemble. On ne s’explique pas cet acharnement», affirme celui qui espère toujours amorcer une collaboration. «Il faudrait abandonner le langage hostile et guerrier», demande-t-il.

Après le rejet de la Cour suprême d’entendre l’appel, dernier recours dans ce dossier, qui met fin au conflit, du moins juridiquement, «la question est réglée», pour Max Sénécal. «On va continuer à travailler dans le cadre qui nous est donné par Transports Canada selon les aspects de sécurité et règlementaires qui s’appliquent.»

Répondre par la collaboration

 Le président de Parachutisme Atmosphair estime que seul un dialogue avec l’administration lévisienne pourrait permettre de répondre aux inquiétudes des résidents du secteur, alors qu’«aucune personne n’est venue pour se plaindre». Sur la page Facebook du centre, les personnes ayant des considérations sont invitées à contacter l’entreprise par courriel.

«Si la volonté était d’adresser les préoccupations de quelques citoyens, ça ferait déjà longtemps qu’on collaborerait. Avec zéro dollar, on fait juste se parler et on trouve des solutions.»

Des mesures d’atténuation du bruit peuvent être prises, estime-t-il. Des circuits pourraient être établis pour éviter les zone particulièrement affectées et «des ajustements réalisés en périphérie du site pourraient permettre des décollages plus facilement de l’autre axe».

Malgré le conflit préexistant, Max Sénécal affirme ne pas avoir eu d’autres options que le déménagement à Pintendre, mis à part la liquidation de son entreprise. Le locataire assure n’avoir pu trouver aucune entente avec l’aérodrome de Saint-Jean-Chrysostome où il ne «pouvait plus continuer». Si la question financière a été «très importante», «il y avait d’autres choses», qu’il ne souhaite pas commenter.

«On frappait un mur. Si on avait pu, on y serait resté. Un déménagement de business, ça implique des coûts. Et, on n’était pas sans savoir aussi qu’il y avait un litige entre l’aérodrome et la Ville.» Une opposition prévisible qui n’a pas fait reculer Parachutisme Atmosphair. «On s’y attend, au même titre qu’il faut s’attendre à avoir du bruit sur un aéroport et à proximité», observe Max Sénécal.

D’ailleurs, les 25 ans passés à Saint-Jean-Chrysostome ne se sont pas faits «sans anicroches ou préoccupations de certains citoyens» puisque des plaintes ont même été déposées.

«Partout où il y a de l’aviation, en fait, partout où il y a des activités qui peuvent générer du bruit, soit de façon réelle ou perçue, il y a des préoccupations. Les festivals, les pistes de courses, le karting par exemple. Ce n’est pas une mécanique qui nous est exclusive.»

Le propriétaire fait toutefois valoir que l’avion utilisé peut prendre à son bord 16 passagers et qu’il est «parmi les plus silencieux». 

«C’est un moteur à turbine, pas à piston. Cet appareil, et je rappelle que c’est le seul, contient de deux à trois fois plus de parachutistes à l’intérieur que les avions exploités par l’ancien centre de parachutisme.»

Pendant la période d’activité du 1er mai au 31 octobre, le centre prévoit d’effectuer 700 envolées. Si le record de décollages a pu s’élever à 21 lors d’une «journée exceptionnelle», la moyenne se situerait plutôt autour de 10.  

«Normalement, les opérations se font de jour entre 9h et peut-être 18h au plus tard. Il y a des fois ou on ne va opérer que deux heures dans une journée, il y a des fois où on va opérer plus. Notre seule limitation c’est la sécurité et le règlement d’aviation», précise Max Sénécal. 

Les plus lus

Déferlante de bombes pour Sean Paul au Festivent

L’heure était aux retrouvailles vendredi soir, au Festivent, alors que le rappeur jamaïcain Sean Paul débarquait en ville pour une deuxième fois en cinq ans sur la scène Loto-Québec, après son spectacle en 2014. Le chanteur n’a pas lésiné pour rendre cette soirée mémorable.

Un site de rencontre pas comme les autres

Quand on vit avec une incommodité physique, une déficience intellectuelle, une maladie chronique ou une paralysie, on peut se sentir plus vulnérable au regard des autres sur les sites de rencontre. Une plateforme d’un nouveau genre propose des «rencontres adaptées» à celles et ceux qui vivent avec une différence.

L’ascension musicale de Rosalie

C’est vêtue de son rose fashion à la montréalaise que la jeune chanteuse Rosalie Roberge s’est arrêtée à la résidence familiale du Vieux-Lévis pour profiter de courtes vacances entre deux projets. Un bon moment pour faire le point autour d’un café, alors qu’elle joint depuis peu sa voix au groupe de jazz québécois The Lost Fingers.

Le Marché populaire mobile, une initiative solidaire

Depuis cinq étés déjà, l’organisme communautaire Le Filon a mis sur pied le Marché populaire mobile, un camion qui permet aux citoyens de bénéficier d’un «système alimentaire juste et équitable» et de fruits et légumes locaux à prix modiques.

La Ville en a assez des retards dans la collecte de déchets

Bien au fait des longs retards quant à la collecte de déchets domestiques sur son territoire, la Ville de Lévis a pris action en officialisant son mécontentement par voie de communiqué, le 16 août dernier. Jusqu’à maintenant le fournisseur responsable de la collecte, Sani-Terre Environnement, a reçu plus de 16 000 $ en amendes par la Ville.

Développer son leadership pour la communauté

Benjamin Bolduc, originaire et résident de Saint-Nicolas, aspire à un métier en finance. Le jeune cégépien de 18 ans a participé au Youth Ambassadors Program organisé par l’ambassade des États-Unis à Ottawa. Ce dernier a eu l’occasion de voyager pendant 3 semaines aux États-Unis avec un groupe de 13 Canadiens, le 17 juillet dernier.

Lévis, ville de choix pour la famille?

En 2019 et pour une première fois en trois ans, la ville de Lévis ne figure plus parmi les 10 premières positions du classement des «Meilleures communautés au Canada pour les familles» établi par le magazine canadien Maclean’s.

Le Festivent s’agrandit pour accueillir plus de monde

Le Festivent a dévoilé une nouvelle scénographie pour sa scène principale. Sur le deuxième site, la superficie d’accueil a été doublée. Le festival lévisien se tiendra du 31 juillet au 4 août.

Se payer un rêve de jeunesse pour une bonne cause

Le Pro-Am Gagné-Bergeron est cette joute de hockey où une vingtaine de joueurs amateurs auront l’opportunité de partager la glace avec une vingtaine de joueurs professionnels afin d’amasser des fonds pour Le Pignon Bleu, Leucan, la Fondation Philippe Boucher, la Fondation Maurice Tanguay et la Fondation Simple Plan. L’événement se déroulera au Centre Vidéotron, à Québec, le 8 août prochain. Joël A...

Lévis obtient le financement pour son transport collectif

Le projet de transport collectif de Lévis ira de l’avant avec l’octroi du financement pour sa réalisation par les gouvernements canadien et québécois. À terme, 4,5 km de voies seront aménagés sur le boulevard Guillaume-Couture.