Au moment d’écrire ces lignes, Gervais LeBel et Jean-Pierre Canuel avaient amassé près de 10 000 $ en vue de la Marche pour vaincre la SLA. CRÉDIT : COURTOISIE

Chaque année, la sclérose latérale amyotrophique (SLA) est la maladie neurologique qui cause le plus de décès au Canada. Puisqu’il n’existe toujours pas à ce jour de traitement efficace pour faire mentir les statistiques, Gervais LeBel et Jean-Pierre Canuel, tous deux atteints de la maladie, participeront à l’événement Marcher pour vaincre la SLA le 15 juin prochain au parc Victoria de Québec, dans l’espoir d’amasser des fonds pour l’avancement de la recherche scientifique.

«De plus en plus de gens sont touchés par la SLA parce que les baby-boomers vieillissent, mais il n’existe rien qui puisse empêcher l’évolution de la maladie», déplore le Lévisien de 64 ans, Gervais LeBel, dont le diagnostic est tombé il y a maintenant trois ans.

En effet, seulement dans Chaudière-Appalaches, ils sont une quarantaine à souffrir de cette maladie dégénérative qui entraîne progressivement la paralysie du corps en s’attaquant aux neurones et à la moelle épinière.

Comme l’expliquent les deux hommes, au-delà de la paralysie, c’est le deuil quotidien de son autonomie qui est lourd à accepter.

«C’est une souffrance psychologique sous-estimée que de devoir abandonner certaines activités», soutient le docteur originaire de Saint-Jean-Chrysostome, Jean-Pierre Canuel, affligé par la SLA depuis six ans.

«Toute notre vie, on se couche en pensant au lendemain, jusqu’au jour où la maladie nous enlève ce qu’on avait et qu’on pense au passé», de renchérir M. LeBel en montrant ses doigts qui ne lui obéissent plus.

Une conscientisation difficile 

Si une marche annuelle est organisée afin de sensibiliser la population aux effets dévastateurs de la sclérose latérale amyotrophique, c’est l’immobilité des instances gouvernementales qui demeure problématique, selon les deux hommes qui trouvent réconfort l’un chez l’autre.

«C’est parce qu’il manque de fonds pour la recherche au Québec et au Canada qu’elle n’avance pas. On nous dit qu’on n’a pas d’argent, mais c’est drôle quand vient le temps de dépenser pour des infrastructures inutiles les coffres débordent», s’insurge M. Canuel.

Pénurie de ressourceset de solutions 

Il était justement de passage à l’Assemblée nationale la semaine dernière à l’occasion du Mois de sensibilisation pour la SLA, avec une volonté d’interpeler les élus sur les défis quotidiens d’une personne aux prises avec une maladie neurodégénérative. La longueur des démarches d’approbation des médicaments au Québec et le dossier des proches aidants ont, entre autres, été soulevés auprès des députés.

«Le gouvernement ne veut pas payer pour les modifications techniques dans une maison, parce qu’on ne dépasse généralement pas les cinq ans après la tombée du diagnostic, ça ne servirait à rien», précise M. LeBel, qui a notamment lui-même acheté une chaise d’escalier.

Ainsi, même si l’espérance de vie des gens atteints de SLA est courte et que messieurs LeBel et Canuel sont conscients que l’horloge du temps leur enlève leur autonomie, ils affirment tous deux que le soutien de leurs proches leur permet de garder le moral et la tête hors de l’eau.

Avec le débat sur l’aide médicale à mourir qui refait surface, M. LeBel réitère qu’il ne s’agit pas pour lui d’une voie envisageable. «On nous offre l’aide médicale à mourir sur un plateau d’argent en nous la vendant comme une solution, mais moi je préfèrerais de loin qu’on trouve les moyens de nous offrir l’aide médicale à vivre.»

Vous pouvez encourager les équipes de Gervais LeBel (https://bit.ly/2WseFtO) etde Jean-Pierre Canuel (https://bit.ly/31fW3fk) en donnant. 

Les plus lus

Un site de rencontre pas comme les autres

Quand on vit avec une incommodité physique, une déficience intellectuelle, une maladie chronique ou une paralysie, on peut se sentir plus vulnérable au regard des autres sur les sites de rencontre. Une plateforme d’un nouveau genre propose des «rencontres adaptées» à celles et ceux qui vivent avec une différence.

Un nouveau salon consacré au mieux-être à Lévis

Lévis sera l’hôte d’un nouvel événement dédié à l’épanouissement personnel, à l’art de vivre, au mieux-être, à la spiritualité, à la voyance et aux émotions. En effet, la première édition du Salon Santé, Bonheur et Abondance se tiendra du 6 au 8 septembre au Centre de congrès et d’expositions de Lévis.

L’ascension musicale de Rosalie

C’est vêtue de son rose fashion à la montréalaise que la jeune chanteuse Rosalie Roberge s’est arrêtée à la résidence familiale du Vieux-Lévis pour profiter de courtes vacances entre deux projets. Un bon moment pour faire le point autour d’un café, alors qu’elle joint depuis peu sa voix au groupe de jazz québécois The Lost Fingers.

Le maire de Lévis exige des excuses d'Alexandre Turgeon

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a demandé, le 11 septembre, que le directeur général et vice-président exécutif du Conseil régional de l'environnement (CRE) de la Capitale-Nationale, Alexandre Turgeon, présente des excuses officielles à la population lévisienne pour des propos qu'il a tenus dans un article du Journal de Québec.

Le marché immobilier grouille à Lévis

Les récentes statistiques du marché immobilier résidentiel viennent d’être dévoilées par l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ). Selon ces données, Lévis a vu ses ventes bondir dans le second trimestre de l’année en cours, mais les prix sont restés somme toute stables.

Nouveaux retards dans la collecte des déchets : la Ville met en place une série de mesures

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a annoncé, le 6 septembre, qu'elle mettait en place des «mesures concrètes» afin d'aider les citoyens qui font face à de nouveaux retards pour la collecte des déchets.

9 M$ investis pour le logement abordable à Lévis

À Saint-Romuald, 84 unités de logements réparties dans 9 bâtiments ont été achetées au secteur privé par un organisme à but non lucratif et rénovées afin d’être louées à des familles au revenu plus modeste.

Transport scolaire des PALS : une décision qui ne fait pas l’unanimité

Les parents des élèves aux Programmes arts-langues-sports (PALS) de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) des secteurs Lauzon, Saint-David, Saint-Romuald et Breakeyville, ont appris, trois semaines avant la rentrée, qu’à partir de cette année, le transport scolaire adapté aux élèves qui traînent leur bagage hors norme, comme l'équipement sportif, ira chercher leur enfant à un point de chut...

Une deuxième classe de maternelle 4 ans à Lévis

Trois nouvelles classes de maternelle 4 ans ont été ajoutées sur le territoire de la Commission scolaire des Navigateurs, dont une à l’École Charles-Rodrigue à Lévis, portant leur nombre à quatre.

La Chambre de commerce de Lévis a un nouveau président

La Chambre de commerce de Lévis (CCL) a tenu son assemblée générale, le 11 septembre. En plus du bilan, des bons coups de l’année écoulée et des enjeux à venir, les nouveaux membres de son conseil d’administration ont été désignés.