Au lendemain du conseil des commissaires, Jérôme Demers et François-Yves Dubé, vice-président de la CSDN, ont expliqué la décision qui a été prise. CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

La Commission scolaire des Navigateurs a quitté, le 25 juin, la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), le regroupement représentant la majorité des commissions scolaires francophones du Québec, en raison de divergences sur la question de la gouvernance scolaire qui s’accentuent depuis février.

C'est grâce à une résolution adoptée à la quasi-unanimité en séance régulière du conseil que les commissaires de la CSDN ont officiellement entériné le retrait de leur organisation de la FCSQ.

Selon ce qu'on peut lire dans un communiqué transmis par la CSDN aux médias, le conseil des commissaires de la CSDN estime que ce départ permettra à leur organisation de collaborer dès maintenant à la réforme envisagée par le gouvernement caquiste pour les commissions scolaires.

Rappelons que grâce à un projet de loi qui devrait être déposée cet automne, la Coalition avenir Québec (CAQ) désire mettre fin aux élections scolaires, transformer les commissions scolaires en centres de service et donner plus d'autonomie à chaque établissement.

«Ce qu’on comprend, c’est que lorsque le débat sur la gouvernance scolaire aura lieu, la FCSQ défendra exclusivement le suffrage universel. L’élimination d’un palier démocratique, ce n’est pas banal. Ça mérite une réflexion. Il ne faudra pas s’arrêter uniquement au suffrage universel et l’exclure systématiquement», a soutenu Jérôme Demers, président de la CSDN, tout en ajoutant que la désaffiliation n’aura «aucun effet» sur les services aux élèves puisqu’il ne s’agit que d’une décision politique.

Appel à la population

Le conseil des commissaires a profité de l'occasion pour indiquer qu'il souhaite que «le nouveau modèle de gouvernance scolaire que l'actuel gouvernement veut implanter au Québec soit le résultat d’une réflexion proposée aux citoyens et un projet rassembleur et prometteur pour l’ensemble de la société».

Les commissaires ont toutefois désiré rappeler les principes énoncés par le conseil en mars dernier qui guideront sa réflexion sur la gouvernance scolaire, soit une gouvernance de proximité, une gouvernance représentative et imputable, une gouvernance partagée et une gouvernance élue.

«Nous souhaitons que les personnes qui dirigeront la commission scolaire soient des gens qui proviennent du milieu et qui connaissent les besoins du milieu. Nous souhaitons que ces personnes représentent les différents groupes de la communauté, des représentants des parents, de l’organisation et de l’extérieur, et qu’ils soient imputables de leurs décisions. Nous souhaitons qu’ils soient élus, peut-être au suffrage universel, mais il existe d’autres modes d’élection comme celui en place pour l’élection des commissaires parents», a expliqué M. Demers.

D'ailleurs, le conseil invite les citoyens de la région à transmettre leurs idées et propositions sur la gouvernance scolaire au gouvernancerenouvelee.csdn.qc.ca. À partir de ces réflexions, la CSDN produira un mémoire qui sera déposé à la fin août au ministère de l’Éducation du Québec.

La FCSQ «s’explique mal la désolidarisation» de la CSDN

De son côté, la FCSQ s’est dite déçue de la décision du conseil des commissaires de la CSDN dans un communiqué de presse. Selon elle, il est plutôt temps que les commissions scolaires demeurent unies alors que le gouvernement envisage de réformer la gouvernance scolaire et qu’elles font face à de nombreux défis, comme la pénurie de main-d’œuvre ou l’application de la loi sur la laïcité.

Du même souffle, la FCSQ semble insinuer dans le document transmis aux médias que la décision de la CSDN serait guidée par une amertume de Jérôme Demers envers la fédération.

Il y a quelques semaines, ce dernier a été défait à l’élection à la présidence de l’organisation par le président sortant, Alain Fortier. M. Fortier a été réélu avec une majorité de plus de 80 % La FCSQ déplore donc que la CSDN quitte ses rangs alors que son président «avait pourtant plaidé pour une fédération rassembleuse» lors de cette élection.

«Nous souhaitons que la commission scolaire puisse un jour faire le constat des avantages de l'union et de la solidarité des commissions scolaires. L'objectif est de préserver les acquis du système public d'éducation dans le meilleur intérêt des élèves. La FCSQ demeure ouverte à dialoguer avec la CSDN en vue de son éventuel retour dans nos rangs», a déclaré Alain Fortier.

Cette sortie n’a évidemment pas plu à Jérôme Demers. «Ce communiqué, c’est exactement la raison pour laquelle nous nous désaffilions. La FCSQ a droit à sa position, elle pourra la défendre. Nous avons une position différente et nous allons également la faire entendre. […] (L’argument de l’amertume) ne tient pas la route puisque ce n’est pas une décision du président, mais du conseil. Elle a été prise après des débats et c’est le point ultime d’une démarche que nous avons entamée il y a plusieurs mois.

Les plus lus

Entrepreneur à seulement 16 ans

Passionné de mode et de marketing, Félix Fortier, un jeune homme de 16 ans vient de lancer sa propre compagnie de vêtement, Originz. À la suite de son passage au concours Face aux Dragons de Lévis, le natif de la région a acquis beaucoup d’expérience et de connaissances dans le domaine.

La liste des candidats est maintenant connue

Élections Canada a rendu publique, le 2 octobre, la liste officielle des candidats qui croiseront le fer dans chacune des 338 circonscriptions du pays lors des élections fédérales 2019, le 21 octobre prochain. Le portrait des luttes dans les comtés de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis et Lévis-Lotbinière est désormais clair.

Avenir des commissions scolaires : la CSDN présente son projet de réforme

Dans les dernières semaines, la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) a présenté au cabinet du ministre de l’Éducation du Québec le résultat de sa démarche lancée après le départ fracassant de la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), en juin dernier, en lien avec l’avenir des commissions scolaires. En entrevue avec le Journal, le président de la CSDN, Jérôme Demers, a partagé...

Pauvreté des femmes en Chaudière-Appalaches : une problématique préoccupante

Le Réseau des groupes de femmes de Chaudière-Appalaches (RGFCA) a dévoilé, le 23 septembre dernier, son État de la situation sur la pauvreté des femmes en Chaudière-Appalaches. L’étude a permis de confirmer que cet enjeu touche particulièrement les femmes de la région et qu’un déséquilibre net existe toujours entre les femmes et les hommes à ce niveau.

Les plans du Centre culturel de Lévis dévoilés

La conception du projet de l’agrandissement du Centre culturel de Lévis a été confiée à l’Atelier TAG de Montréal à l’issue d’un concours d’architecture. Les travaux pour réaliser l’investissement de 9 M$ commenceront en 2021.

Les candidats de Lévis-Lotbinière débattent

Cinq des six candidats à l’élection fédérale du 21 octobre dans la circonscription de Lévis-Lotbinière ont débattu de différents grands enjeux abordés depuis le début de la campagne électorale. À l’invitation du Cégep de Thetford, ils se sont réunis, le 8 octobre, au Complexe des Seigneuries de Saint-Agapit.

Khuon veut un meilleur partage des richesses

Le Nouveau parti démocratique (NPD) a dévoilé son candidat dans la circonscription de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis pour les élections fédérales du 21 octobre prochain. Le Lévisien d’adoption d’origine cambodgienne, Chamroeun Khuon, souhaite faire de sa première aventure politique une expérience qui lui ressemble.

Chaudière-Appalaches accueillera 20 nouveaux médecins de famille

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches prévoit et souhaite l’arrivée de 20 nouveaux médecins sur son territoire au cours de la prochaine année.

Nouvel outil pour les entreprises : Action main-d’œuvre Lévis

Bien au fait de la pénurie de main-d’œuvre sur son territoire, la Ville de Lévis a mis sur pied un guichet unique appelé Action main-d’œuvre Lévis qui appuie les entreprises en ce qui concerne les enjeux de main-d’œuvre, le 18 septembre dernier. Ce projet a nécessité un investissement de 300 000 $ de la Ville.

Logement social : le FRAPRU demande des engagements supplémentaires à Lévis

Par voie de communiqué, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) a profité de la Journée mondiale de l'habitat, le 7 octobre, pour déplorer qu'un quart des locataires de Lévis «paient trop cher pour se loger» et demander à tous les paliers de gouvernement d'agir pour s'attaquer à cette problématique.