CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE

Le centre de thérapie et de réinsertion sociale L’Appart, situé à Saint-Romuald, s’est retrouvé dans l’obligation de fermer ses portes de façon impromptue en raison de problèmes financiers, le 10 juillet dernier. Les résidents, employés et gestionnaires de l’entreprise l’ont appris seulement cinq jours avant leur départ.

C’est en janvier 2017 que le projet proposé par Véronick Giroux, directrice de l’entre- prise, a vu le jour en bordure du boulevard Guillaume-Couture. Déjà, il n’était pas facile pour cette ressource venant en aide aux gens souffrants de toxicomanie de joindre les deux bouts. «On attendait notre demande de certification en décembre 2016 (pour bénéficier d’un programme d’aide financière gouvernementale). On avait investi 400 000 $ au début du projet et on recevait zéro subvention ou aide financière jusqu’en août 2017», raconte Mme Giroux.

Une fois la certification obtenue, L’Appart pouvait faire une demande d’une aide financière provenant de l’Aide sociale et solidarité sociale en fonction du nombre de clients qu’elle hébergeait. «Si on fait un calcul rapide, 50 $ par jour pour un peu moins d’une trentaine de clients ça tourne autour 30 000 $ par mois et le loyer ici était de 23 000 $, donc on était déjà dans une situation problématique», explique la directrice de la ressource. C’est pourquoi L’Appart a déposé un dossier au programme d’aide financière pour les ressources certifiées offrant l’hébergement du gouvernement du Québec.

À ce moment, l’entreprise dit avoir pris entente avec les propriétaires du bâtiment afin qu’ils l’accommodent le temps de recevoir ces montants.

Délais et déceptions

«J’étais convaincue de recevoir le financement à partir d’avril 2018, en plus d’être éligible à une rétroaction du programme. On y serait arrivé, même qu’en décembre 2017, j’ai reçu un courriel me disant que la demande suivait son processus. Finalement, rien, relate Véronick Giroux. Je n’ai pas mis de pression supplémentaire sur les propriétaires du logement. Comme moi, ils attendaient le financement».

En 2018, L’Appart et le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches ont travaillé de concert afin d’émettre des recommandations auprès du ministère de la Santé dans les- quels un montant de 140 000 $ était demandé afin de faire fonctionner l’entre- prise, en novembre 2018. C’est en mars 2019 que L’Appart a reçu la confirmation qu’elle avait accès au programme d’aide financière.

«Nous avons pris une entente en médiation avec les propriétaires, en croyant que nous aurions accès à un montant rétroactif de 70 000 $ une fois le programme enclenché et un montant de 35 000 $ aux 3 mois, comme c’est le cas pour plusieurs organismes», partage Mme Giroux. Cette entente se résumait à payer un montant de 25 000 $ aux propriétaires d’ici le 25 juin et 30 % de ce que L’Appart recevrait tous les 3 mois afin de payer le loyer et d’éponger la dette de 625 000 $ incluant un taux d’intérêt de 18 % que l’entreprise devait aux propriétaires.

Mais il s’est avéré que L’Appart n’était pas éligible à un montant rétroactif et que l’aide offerte était de 70 000 $ en quatre versements pour la période de 2019-2020.

Une situation stressante pour les résidents

«Un des propriétaires s’est présenté avec la police le 26 juin et disait vouloir nous expulser puisque nous étions en défaut de paiement. (...) Son avocat lui a demandé de quitter les lieux puisque notre avocat et leur avocat étaient toujours en pourparlers pour arriver à une entente», ajoute Véronick Giroux. L’Appart a reçu le premier versement du programme d’aide financière, le 2 juillet, à hauteur de 17 500 $, un mon- tant insuffisant selon l’entente prise entre les deux parties. «Je les comprends d’être fâchés, comme n’importe quel créancier d’une entreprise, mais c’est un coup difficile à prendre», tient à préciser la directrice.

Environ une quinzaine de résidents habitaient L’Appart la semaine précédant sa fermeture. Ensemble, les employés de L’Appart, accompagnés par le CISSS de Chaudière-Appalaches ont relocalisé ces résidents, une opération qui «s’est vraiment bien faite considérant les circonstances», rapporte Mireille Gaudreau, relationniste du CISSS de Chaudière-Appalaches.

Les plus lus

Les commerçants du Vieux-Lévis se mobilisent pour Noël

À la suite de l’annonce de l’annulation du Marché de Noël du Vieux-Lévis via la page Facebook de l’événement, le 8 novembre dernier, un mouvement initié par les commerçants se trame dans le vieux quartier de la ville.

Pas de marché de Noël dans le Vieux-Lévis cette année

Sur sa page Facebook, le Marché de Noël du Vieux-Lévis a annoncé, le 8 novembre, que l'événement n'aura pas lieu en 2019.

Cocité Lévis : un plan de 315 M$ sur la table

Comme rapporté par le Journal en juin dernier, l’entreprise Humaco Stratégies a procédé au dévoilement de ses plans pour Cocité Lévis, son projet immobilier et commercial à la tête des ponts en bordure du fleuve Saint-Laurent et de la route Marie-Victorin à Saint-Nicolas, le 7 novembre.

Le folk poétique de James Forest à découvrir au VBP

Accompagné de son plus fidèle compagnon de route, sa guitare, l’auteur-compositeur-interprète James Forest sera de passage le 15 novembre, dans l’ambiance intimiste de la salle de Saint-Romuald.

La Ville de Lévis présente ses investissements majeurs à venir

Projet phare du nouveau programme triennal d’immobilisations, une centrale incluant le poste de police, la cour municipale et les services juridiques sera construite pour un coût total de 53 M$. Dans ce PTI 2020-2021-2022, la Ville de Lévis consacre aussi près d’un tiers des 401,2 M$ d’investissements inscrits aux infrastructures municipales, dont 71,3 M$ pour le réseau d’aqueduc et d’égouts ainsi...

La CDVL ne sera pas en mesure d’organiser le Marché de Noël

On pouvait lire sur la page Facebook du Marché de Noël du Vieux-Lévis, le 8 novembre dernier, que l’activité organisée par la Corporation de développement du Vieux-Lévis (CDVL) en collaboration avec le Centre de pédiatrie sociale de Lévis (CPSL) n’aurait pas lieu cette année.

Le service d’entraide de Saint-Nicolas se relocalise

Après plusieurs mois de recherche, le Service d’entraide Bernières-Saint-Nicolas a finalement réussi à trouver deux locaux pour relocaliser ses activités.

La FPMQ demande l’équité au sein des corps policiers

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FMPQ) a demandé à la ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault, de mettre fin à l’iniquité dans le financement des services policiers entre les corps de police municipaux et les municipalités desservies par la Sûreté du Québec (SQ), le 27 octobre dernier.

Transit agrandira ses installations de Lauzon

L’entrepôt lévisien de Transit grouillera d’activités au cours de la prochaine année. En effet, le distributeur en gros de pièces automobiles de Lévis triplera la superficie de son centre situé dans le parc industriel de Lauzon, un projet sur trois ans estimé entre 15 et 18 M$.

Richard Turgeon tire sa révérence

En décembre, Richard Turgeon, conseiller aux projets spéciaux et thanatologue au Groupe Garneau ainsi qu’ancien propriétaire de Gilbert & Turgeon, prendra sa retraite. Ce sera la conclusion d’une carrière de 46 ans où le Lévisien a supporté de nombreuses familles du quartier Lévis dans leur processus de deuil. Portrait d’un homme de cœur qui aura marqué de son empreinte la ville, autant au niveau ...