Sur la première photo : En compagnie de membres de leur famille et d’amis, Johanne Roberge et Sonia Lafond ont célébré, le 21 septembre, la fin de leur périple. CRÉDIT : COURTOISIE

À la fin de l’été, deux Lévisiennes, Johanne Roberge et Sonia Lafond, ont relevé un défi hors de l’ordinaire en parcourant à pied les 480 kilomètres entre Lévis et la ZEC Varin, dans la région de Baie-Comeau. Si les deux quinquagénaires rêvaient depuis longtemps de réussir un tel exploit physique, elles ont joint l’utile à l’agréable en récoltant des sous pour la Fondation du cancer du sein du Québec, une cause qui leur tient particulièrement à cœur.

C’est à la suite d’une aventure réalisée il y a deux ans par Johanne Roberge, Sonia Lafond et une autre amie, la traversée des Chic-Chocs en Gaspésie, que l’idée d’accomplir un autre défi de cette ampleur a germé dans la tête des deux femmes de 57 ans.

Si au départ elles désiraient se lancer sur les routes de Compostelle, elles ont plutôt opté pour un «chemin de pèlerinage» au Québec. Puisqu’elles ont toutes les deux avec leurs conjoints un camp de pêche dans la ZEC Varin, elles ont décidé de parcourir à pied le parcours entre Saint-Rédempteur, le quartier où réside Mme Roberge, et leur chalet.

«J’ai alors commencé à calculer le kilométrage et analyser quel trajet, soit de passer sur la Rive-Nord ou sur la Rive-Sud, était préférable. On devait s’entraîner physiquement avant, mais nous n’avons pas eu l’occasion de le faire. (Heureusement), marcher est une activité qu’on fait tous les jours. Toutefois, notre aventure a nécessité une grande préparation logistique, notamment pour les boîtes de ravitaillement que nous avons dispersées chez les établissements hôteliers qui nous accueillaient le long du parcours», a expliqué Johanne Roberge.

Un bobo qui risque de tout gâcher

C’est finalement le 26 août que les deux amies, qui se connaissent depuis le primaire, ont amorcé leur périple. Le début de l’aventure n’a toutefois pas été de tout repos pour Johanne Roberge et Sonia Lafond. En plus des difficultés que les deux femmes ont éprouvé face à l’ampleur du défi, Sonia Lafond a subi une blessure qui a failli mettre fin à la randonnée de 480 kilomètres.

«J’ai eu un problème à l’un de mes orteils à la hauteur de L’Islet. Il était plein de pue et j’étais en train de perdre mon ongle. Johanne m’a soignée, mais ça faisait très mal. À La Pocatière, j’ai pu m’acheter une nouvelle paire de souliers et je n’ai plus eu mal. Après cela, on partait le matin et c’était comme si nos corps nous demandaient de marcher, comme nous étions maintenant habituées à marcher en moyenne 17,8 kilomètres par jour», a partagé Mme Lafond.

Moments marquants

 Avec ces ennuis loin derrière elles, le duo qui se surnomme SoJo a poursuivi sa route jusqu’à Matane, où elles allaient monter à bord d’un navire assurant la traverse entre cette municipalité et Baie-Comeau. Lors de leur traversée le 18 septembre, les deux Lévisiennes ont célébré un anniversaire particulier : le 10e anniversaire de la chirurgie contre le cancer du sein qu’a subie Johanne Roberge.

Trois jours plus tard, les deux quinquagénaires réussissaient leur défi. Pour souligner la fin de leur périple, elles ont fêté avec les membres de leur famille et leurs amis réunis à la ZEC Varin pour l’occasion.

En plus de fêter l’atteinte de leur objectif physique, elles ont alors pu célébrer le succès du volet caritatif de leur randonnée. Si Johanne Roberge et Sonia Lafond espéraient d’abord récolter 480 $ pour la Fondation du cancer du sein du Québec (1 $ par kilomètre marché), elles ont finalement amassé 5 142 $ pour cette cause.

«Les gens sont généreux. Pendant toute notre aventure, nous avons eu du bon monde derrière nous. Pendant plusieurs jours, des bons samaritains ont notamment transporté nos sacs de notre point de départ à notre point d’arrivée. Ce qui nous a également permis de réussir, c’est la belle température. Nous n’avons eu qu’une seule journée de pluie pendant le périple», ont tenu à souligner Mmes Roberge et Lafond.

Heureuses d’avoir réussi ce défi, les deux Lévisiennes n’écartent pas la possibilité de revivre une aventure similaire au cours des prochaines années. 

«Ça va appeler à autre chose. Après la traversée des Chic-Chocs, on ne voulait plus entendre parler de randonnée. Mais ça revient, c’est comme une petite drogue. En vieillissant, on a plus besoin de se prouver qu’on est capable de réussir. Ça amène tellement un sentiment d’accomplissement et de fierté», ont-elles conclu.

Les plus lus

Cocité Lévis : un plan de 315 M$ sur la table

Comme rapporté par le Journal en juin dernier, l’entreprise Humaco Stratégies a procédé au dévoilement de ses plans pour Cocité Lévis, son projet immobilier et commercial à la tête des ponts en bordure du fleuve Saint-Laurent et de la route Marie-Victorin à Saint-Nicolas, le 7 novembre.

Le folk poétique de James Forest à découvrir au VBP

Accompagné de son plus fidèle compagnon de route, sa guitare, l’auteur-compositeur-interprète James Forest sera de passage le 15 novembre, dans l’ambiance intimiste de la salle de Saint-Romuald.

La Ville de Lévis présente ses investissements majeurs à venir

Projet phare du nouveau programme triennal d’immobilisations, une centrale incluant le poste de police, la cour municipale et les services juridiques sera construite pour un coût total de 53 M$. Dans ce PTI 2020-2021-2022, la Ville de Lévis consacre aussi près d’un tiers des 401,2 M$ d’investissements inscrits aux infrastructures municipales, dont 71,3 M$ pour le réseau d’aqueduc et d’égouts ainsi...

Transit agrandira ses installations de Lauzon

L’entrepôt lévisien de Transit grouillera d’activités au cours de la prochaine année. En effet, le distributeur en gros de pièces automobiles de Lévis triplera la superficie de son centre situé dans le parc industriel de Lauzon, un projet sur trois ans estimé entre 15 et 18 M$.

La CDVL ne sera pas en mesure d’organiser le Marché de Noël

On pouvait lire sur la page Facebook du Marché de Noël du Vieux-Lévis, le 8 novembre dernier, que l’activité organisée par la Corporation de développement du Vieux-Lévis (CDVL) en collaboration avec le Centre de pédiatrie sociale de Lévis (CPSL) n’aurait pas lieu cette année.

Le service d’entraide de Saint-Nicolas se relocalise

Après plusieurs mois de recherche, le Service d’entraide Bernières-Saint-Nicolas a finalement réussi à trouver deux locaux pour relocaliser ses activités.

Richard Turgeon tire sa révérence

En décembre, Richard Turgeon, conseiller aux projets spéciaux et thanatologue au Groupe Garneau ainsi qu’ancien propriétaire de Gilbert & Turgeon, prendra sa retraite. Ce sera la conclusion d’une carrière de 46 ans où le Lévisien a supporté de nombreuses familles du quartier Lévis dans leur processus de deuil. Portrait d’un homme de cœur qui aura marqué de son empreinte la ville, autant au niveau ...

Bagage de vie pour les jeunes dans le besoin

La Fondation jeunesse du CISSS de Chaudière-Appalaches procédera à la collecte de dons sous forme de sacs et de bagages aidant ainsi les jeunes dans le besoin à transporter leurs effets personnels convenablement, le 21 novembre prochain. La Fondation jeunesse du CISSS de Chaudière-Appalaches s’est fixée l’objectif d’amasser 300 sacs neufs ou usagés en excellente condition.

Ferme Chapais : comment lui donner une nouvelle vie?

Que deviendra la ferme Chapais? L’immense site de 40 hectares situé en plein cœur de Lévis attise bien des convoitises. Alors que la Ville a déjà exprimé sa volonté d’en devenir propriétaire, c’était au tour des citoyens de faire part de leurs idées.

38e édition du tournoi junior de Saint-Romuald : faire sa place parmi les meilleurs

Le Tournoi provincial junior Lefrançois-Lorrain de Saint-Romuald tiendra sa 38e édition du 26 novembre au 1er décembre prochain au Complexe 2 Glaces Honco. Ce seront 36 équipes qui s’affronteront dans les catégories AA, A et B, alors que le tournoi cherche à confirmer sa place comme l’un des plus importants tournois de hockey junior au Québec.