Les grandes lignes du projet de voies réservées aux autobus ont été présentées aux Lévisiens par le Bureau de la mobilité durable lors d’une consultation publique le 6 novembre. Les participants ont fait part de leurs commentaires et de leurs suggestions aux représentants de la municipalité.

Une centaine de personnes ont assisté à la présentation de la Ville de Lévis de l’état d’avancement de son projet d’amélioration du transport en commun sur les deux tronçons les plus congestionnés du boulevard Guillaume-Couture.

Après la présentation du projet par la directrice du Bureau de la mobilité durable, Marie-Lise Côté, et le maire de la Ville, Gilles Lehouillier, les citoyens ont été invités à poser leurs questions et faire part de leurs commentaires.

À plusieurs reprises, les participants ont soulevé la problématique du rabattement des usagers du transport en commun situés sur des lignes transversales vers les lignes les plus rapides et desservant les grands axes du territoire. Ceux qui ont pris la parole ont évoqué des temps de correspondance et de parcours trop long ou des changements difficiles qui découragent les utilisateurs.

Les représentants de la Ville et de la Société de transport de Lévis ont assuré entendre leurs commentaires et qu’un travail d’amélioration des circuits sera fait. L’objectif affiché par le maire est d’être capable d’aller chercher les gens dans tous les secteurs. 

Pour ce qui est des parcs industriels, «il va falloir qu’on innove», a assuré Gilles Lehouillier qui a rappelé que l’important «c’est que les gens puissent se déplacer rapidement». 

Les riverains inquiets

Un citoyen a ensuite demandé pourquoi la route des Rivières n’est pas incluse dans le projet présenté par la Ville. Puisque la route 132 est gérée par le ministère des Transports, c’est dans le cadre de sa transformation en boulevard urbain planifiée par le gouvernement que se feront les aménagements pour le transport en commun. Si le dossier est entre les mains de Québec, la Ville a assuré travailler en étroite collaboration afin que les deux projets soient semblables une fois réalisés.

En réponse aux propriétaires, dont les terrains sont situés en bordure du tracé du projet, inquiets de l’ajout de nouvelles voies réservées (tout en maintenant les autres voies de circulation pour les automobilistes) qui empièteraient sur leur propriété, la Ville a affirmé que ces problématiques sont «très mineures». Selon le maire, quatre à six terrains seraient concernés et ce sont «majoritairement des stationnements». Il sera aussi possible d’éliminer les zones de verdures à certains endroits pour réduire la largeur du tracé. 

Pour les automobiliste qui auront à sortir de chez et traverser les différentes voies piétonne, de vélo et d’autobus, des solutions sont présentement à l’étude pour assurer la sécurité de tous les usagers.

Finalement, la question des travaux a été évoquée. Rappelant que Guillaume-Couture est «la colonne vertébrale» de la ville et que la construction touchera les «endroits les plus achalandés», un citoyen craint que ça soit «l’enfer». Pour nuire le moins possible à la circulation, il faudra «être précis sur les temps de réalisation», a annoncé le maire. Les travaux se feront successivement d’un côté à l’autre pour maintenir des voies de passage ouvertes.

Un projet de 87,9 M$

Le projet présenté prévoit l’ajout de voies latérales, situées en bordure de chaussée, réservées aux autobus sur près de cinq kilomètres, entre le chemin du Sault et la rue de Mercure, à Saint-Romuald, ainsi qu’entre les routes du Président-Kennedy et Monseigneur-Bourget. Les aménagements prévus comprennent aussi une piste cyclable, des trottoirs plus large en retrait de la route, l’ajout de végétation et de nouvelles stations.

Le coût total du projet se chiffre à 87,9 M$, dont 50 M$ financés par le Québec, 27,3 M$ par le Canada et 10,6 M$ par la Société de transport de Lévis. La construction doit débuter à l’automne 2021 et les travaux se poursuivront jusqu’en 2025.


Les plus lus

Le déconfinement de 1918 à Lévis

Dans une chronique publiée dans le Wall Street Journal du 30 avril dernier, la chroniqueuse américaine Peggy Noonan constate qu'il n'est pas facile d'analyser les conséquences de la pandémie de grippe espagnole de 1918. Qu'en est-il pour Lévis?

COVID-19 : nouvelles mesures prises par Lévis

Plusieurs services de la Ville ont été modifiés pour répondre aux besoins des Lévisiens. Un rappel a également été fait sur les équipements ouverts et les consignes à respecter.

Un virus créé par les humains? Faux

La théorie selon laquelle le SRAS-CoV-2 serait issu de manipulations génétiques a fait l’objet de plusieurs rumeurs depuis le début de la pandémie. La plus récente souligne une soi-disant similitude avec le virus responsable du sida, ce qui démontrerait sa création en laboratoire. Pourtant, des milliers d’analyses de son génome, à travers le monde, conduisent à une origine naturelle. Le Détecteur ...

L'après-pandémie de 1918 à Lévis

Après un mois d'octobre 1918 catastrophique à Lévis avec au-delà de 50 décès et le quart de la population infectée par la grippe espagnole, la vie courante reprend de manière étonnamment rapide par la suite. À peine deux mois plus tard, soit le 28 décembre, Pierre-Georges Roy rapporte que l'église Notre-Dame «est littéralement remplie» pour les «imposantes funérailles» de l'épouse d'Onésime Carrie...

COVID-19 : un nouveau cas confirmé à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir qu'un autre Lévisien a reçu, au cours des 24 dernières heures, un résultat positif à la suite d'un test de dépistage du nouveau coronavirus.

Quatre nouveaux cas d'infection au coronavirus à Lévis

Quatre nouveaux cas confirmés de la COVID-19 ont été constatés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Tous ces cas touchent des Lévisiens.

COVID-19 : trois nouveaux cas confirmés à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, lundi, que trois Lévisiens ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : deux cas confirmés de plus à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir, mardi, que deux Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

Un saut dangereux au parc des Chutes-de-la-Chaudière

Malgré la dangerosité de ce qu'il qualifie de «cascade», qui aurait pu entraîner de graves blessures voire la mort, un jeune homme s’est filmé en train de sauter de la passerelle du parc des Chutes-de-la-Chaudière. Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) met en garde toute personne tentée de reproduire ce saut qui met la vie de son auteur en péril.

COVID-19 : trois nouveaux cas à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, jeudi, que trois autres Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.