Sur la 1re photo : Voici un aperçu d’à quoi ressemblera le sous-sol de l’église Christ-Roi après le réaménagement désiré par Le Grenier. Sur la 2e photo : Dirigeants de la paroisse et du Grenier ont dévoilé les plans de réaménagement du projet.

Alors que la campagne de financement qui permettra sa concrétisation se poursuit, les artisans du projet de déménagement du Comptoir alimentaire Le Grenier continuent leurs efforts pour que les travaux puissent s’amorcer dès que l’objectif sera atteint. Afin de faire davantage connaître les bénéfices que le projet rapportera et donner un aperçu concret de celui-ci, des membres du conseil d’administration de l’organisme lévisien ainsi que des dirigeants de la paroisse Saint-Joseph-de-Lévis ont rencontré le Journal, le 29 janvier dernier.

Rappelons d’emblée que le Comptoir alimentaire Le Grenier a lancé, le 29 novembre, une campagne de financement majeure pour permettre la réalisation du projet. Tenue sous la présidence d’honneur de Gilles Lehouillier, maire de Lévis, et de René Bégin, président de la Caisse Desjardins de Lévis, l’opération vise à récolter 1,4 M$.

Grâce à ces sous, Le Grenier pourra déménager ses pénates de ses locaux actuels du 235, rue Saint-Joseph, à Lauzon, pour le sous-sol de l’église Christ-Roi, dans le secteur Lévis. La majorité des dollars récoltés dans le cadre de la campagne de financement permettront au Grenier de mettre aux normes l’espace que lui louera la paroisse Saint-Joseph-de-Lévis. 

Et la concrétisation du projet est désormais plus que nécessaire pour l’organisme lévisien. Passant de locaux de 5 500 pieds carrés à une salle de 9 000 pieds carrés, Le Grenier pourra disposer d’un nouveau point de service qui permettra de répondre à l’augmentation du nombre de ses utilisateurs tout en offrant un espace de travail plus fonctionnel pour ses employés et bénévoles.

Si le projet de réaménagement du sous-sol de l’église Christ-Roi pour accueillir le comptoir alimentaire est présentement dans la phase finale des plans et devis, l’organisme a déjà une bonne idée d’à quoi ressembleront ses futurs locaux.

Du côté nord de l’église, un débarcadère sera aménagé. À l’intérieur, la zone où se trouve présentement une petite scène accueillera une zone de tri des dons et les entrepôts de l’organisme. Le côté de la salle qui se trouve plus près de la rue du Christ-Roi accueillera pour sa part l’épicerie du Grenier.

Une cuisine commerciale occupera quant à elle le côté du sous-sol se trouvant près de l’ancien presbytère. Enfin, le reste du sous-sol servira à l’aménagement d’une salle communautaire d’une centaine de places, où les repas servis par Le Grenier aux gens dans le besoin pourront notamment être mangés.

«Ce qu’on veut faire avec le réaménagement de l’espace du sous-sol de l’église Christ-Roi, c’est d’avoir un cheminement logique. Présentement, lorsqu’on arrive de chez nos donateurs, on doit stationner notre camion en pleine rue Saint-Joseph et on transport nos dons jusqu’à la salle à manger où le tri se fait», a souligné Yves Després, membre du conseil d’administration de l’organisme et du comité de relocalisation.

La meilleure solution

Du même souffle, les membres du comité de relocalisation et les dirigeants de la paroisse Saint-Joseph-de-Lévis ont profité de l’occasion pour rassurer certaines personnes qui ont partagé des craintes en lien avec le déménagement.

En premier lieu, les membres du comité de relocation du Grenier ont tenu à réitérer que l’arrivée du comptoir alimentaire dans le sous-sol de l’église Christ-Roi permettra d’occuper un lieu central et facilement accessible en transport en commun pour les utilisateurs provenant en très forte majorité de l’arrondissement Desjardins.

«Nous avons choisi le projet le plus gagnant pour tous. 28,35 % de notre clientèle provient de Christ-Roi alors que 24 % des utilisateurs proviennent de Lauzon. Si on fait le cumul des zones, on ne défavorise pas notre clientèle, bien au contraire. On sera toujours près ou loin de notre clientèle. Notre grand défi, ce sera le transport. Nous avons présentement un projet expérimental avec les taxis et la Société Saint-Vincent de Paul qui permet à nos utilisateurs de repartir avec leurs sacs d’épicerie du Grenier en taxi à un prix modique. On veut étendre cette mesure pour que tout le monde puisse avoir accès physiquement au Grenier», ont expliqué Yves Després et André Poisson, vice-président du Grenier.

En deuxième lieu, les intervenants derrière le projet ont tenu à rassurer les organismes communautaires qui utilisent présentement le sous-sol de l’église Christ-Roi pour leurs activités. 

«Cette salle était traditionnellement louée à des organismes et nous voulons garder la porte ouverte de notre salle communautaire d’une centaine de places pour ces dernières», a partagé M. Després.

Une campagne qui va bon train

Quant à la campagne de financement qui permettra de concrétiser le projet, elle se déroule bien jusqu’à maintenant. Déjà 1 M$ ont été récoltés et les différents partenaires de l’opération poursuivent leurs efforts pour récolter les 400 000 $ manquants.

«Actuellement, notre déception, c’est que nous n’avons reçu aucune contribution des gouvernements provincial et fédéral. Nous avons sollicité leur aide comme la lutte contre la pauvreté est une responsabilité publique, gouvernementale. Nous ne lançons pas la serviette. Il y a une grande réflexion et les gens cherchent actuellement à nous aider. Nous sommes sûrs d’y arriver», a affirmé M. Poisson, en ajoutant que l’organisme songe à solliciter le grand public pour récolter des dons.

Si le conseil d’administration donne son feu vert, l’appel d’offres pour trouver l’entrepreneur responsable du réaménagement du sous-sol sera lancé au début de l’été. Cela permettrait de réaliser les travaux à l’automne, en vue d’une occupation de l’espace réaménagé par Le Grenier au début de 2021.

Les plus lus

Un Benny & Co à Lévis

La 61e succursale de la chaîne de restaurants Benny & Co ouvrira ses portes à Lévis, en septembre. Ironie de l’histoire économique, le nouvel établissement occupera les mêmes locaux qu’occupait jusqu’à sa fermeture la succursale PFK du quartier Lévis, sur la route du Président-Kennedy.

Le pire scénario se concrétise

FAITS DIVERS. Les recherches pour retrouver les sœurs Norah et Romy Carpentier se sont conclues tragiquement. Les policiers de la Sûreté du Québec ont retrouvé leurs corps inanimés dans un boisé de Saint-Apollinaire, le 11 juillet, vers midi. Cette découverte mettait ainsi un terme à l’alerte Amber lancée le 9 juillet et signifiait le début de la chasse à l’homme pour retrouver leur père, Martin C...

De nouveaux éléments dans l’affaire Martin Carpentier

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec a confirmé ce matin qu’elle a en main des éléments lui laissant croire que Martin Carpentier, 44 ans de Lévis, serait toujours en vie et se trouverait dans la MRC de Lotbinière. Ce dernier est recherché depuis le 8 juillet.

«Éléments d’intérêt» retrouvés dans le cas Martin Carpentier

Toujours à la recherche du Lévisien en fuite, Martin Carpentier, dans le secteur de Saint-Apollinaire, la Sûreté du Québec (SQ) a annoncé, ce matin, qu'elle a découvert des «éléments d’intérêt» pour l’enquête dont la nature n’a pas été encore révélée.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.

Fin de partie pour Bingo Rive-Sud

La salle de bingo lévisienne a accueilli les joueurs pour la dernière fois le 29 juillet, avant de fermer définitivement ses portes. Après 24 ans d’existence et près de 13,5 M$ reversés à la commununauté, Bingo Rive-Sud a succombé à la COVID- 19, qui a aggravé une situation déjà difficile dans les dernières années.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter en Chaudière-Appalaches

Dix personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de 28 personnes. C'est près de trois fois plus qu'au début du mois de juillet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 122 nouveaux cas.

Norah et Romy Carpentier ont été assassinées

Martin Carpentier a bel et bien tué ses filles, Norah (11 ans) et Romy (6 ans), et s’est ensuite enlevé la vie. L’ensemble du drame s’est joué dans les heures qui ont suivi l’embardée survenue dans la soirée du 8 juillet sur l’autoroute 20, à Saint-Apollinaire. C’est ce qu’a expliqué l’inspecteur chef et directeur des communications de la Sûreté du Québec, Guy Lapointe, en point de presse le 22 ju...

Un triste hommage de la mère de Norah et Romy Carpentier

Amélie Lemieux, la mère de Norah et Romy Carpentier dont les corps inertes ont été retrouvés le 11 juillet dans un boisé de Saint-Apollinaire, est venue se recueillir au mémorial érigé au parc des Chutes-de-la-Chaudière accompagnée de sa famille, le 13 juillet.

Une nouvelle garderie à Saint-Jean-Chrysostome

Le Centre éducatif sous les arbres, une garderie privée subventionnée située sur l’avenue Taniata, ouvrira ses portes d’ici la fin septembre.