La Chambre de commerce de Lévis demande aux entreprises de les informer par rapport à la situation difficile qu’elles vivent actuellement reliée à la COVID-19. CRÉDIT : ARCHIVES

La situation mondiale actuelle en ce temps de la COVID-19 est très difficile pour plusieurs secteurs d’activités, dont le secteur économique. Les entreprises de la région sont débordées ou contraintes de fermer temporairement leurs portes. Plusieurs mesures ont été mises sur pied, mais la situation ne cesse d’évoluer.

«Les entreprises ne sont pas en panique, mais plutôt découragées. Il y a eu de la gestion de crise à l’interne, ça, c’est passé. Ils sont en train de s’organiser. Là, ils essaient de prévoir ce qui rentrera et ce qui ne rentrera pas dans les jours à venir. Malheureusement, les mises à pied ont commencées et les fermetures temporaires se multiplient», met en lumière Marie-Josée Morency, directrice générale de la Chambre de commerce de Lévis (CCL).

Afin de faire face à cette situation difficile et incertaine, la CCL redouble d’ardeur pour soutenir et conseiller les entrepreneurs de la région. De concert avec la Ville de Lévis, la CCL sonde actuellement les entreprises de la région pour connaître le pouls sur le terrain et leurs besoins. Elle a aussi créé une page sur son site Web appelée Cellule d’entraide où toutes les informations nécessaires aux entrepreneurs pour faire face à la situation sont rassemblées. Pour la consulter, vous pouvez visiter le www.cclevis.ca, sous l’onglet Votre chambre, à la rubrique Cellule d’entraide CCL-Covid-19.

«Tous les jours, on a des rencontres avec les autres chambres de commerce du Québec et la fédération. On a même la chance de discuter avec des ministres. On parle avec les gouvernements fédéral et provincial ainsi qu’avec la municipalité. On est très agile actuellement, mais il faut que les entreprises nous alimentent pour bien les diriger vers les bonnes ressources», souligne la directrice générale.

Pour Marie-Josée Morency, la COVID-19 laissera une trace indélébile dans la communauté entrepreneuriale. «Il y a beaucoup d’introspection qui se fait chez les entrepreneurs en ce moment. Je pense qu’il va avoir du positif qui ressortira de ça, mais c’est trop tôt pour le voir, croit-elle. Dans la communauté lévisienne, si on peut se serrer les coudes et acheter local, je pense qu’on peut réussir à passer à travers ça.»

L’industrie du voyage débordée

Les agences de voyages sont actuellement surchargées puisqu’elles doivent rapatrier leurs clients au pays et annuler bon nombre de voyages prévus au cours des prochains mois. «Depuis le début de l’hiver, on voyait la situation du coronavirus s’étendre plus loin que la Chine. Donc, on surveillait ça de près pour réagir en temps et lieu. Disons que cela demande énormément de travail pour notre agence afin d’assurer la sécurité des voyageurs qui font affaire avec nous», explique Jérôme Demers, propriétaire et associé chez Voyage Vasco Lévis.

Ce dernier assure que son équipe travaille du matin au soir à répondre aux différentes demandes urgentes de leurs clients malgré que peu de revenus sont liés à cette charge de travail. M. Demers a été en mesure de rapatrier un groupe de voyageurs qui se situait dans un pays de l’Amérique latine qui fermait progressivement son espace aérien interne. Il leur a trouvé des billets sur le dernier vol intérieur du pays qui les amènerait vers la capitale puis vers le Canada.

«C’est beaucoup de travail, mais on était un peu préparé à ça. On n’a pas été pris de cours, mais c’est une immense charge de travail», mentionne-t-il.

Les salons d’esthétique et de coiffure fermés

Œuvrant dans l’industrie de l’esthétique depuis 15 ans, Julie Fontaine travaille à son compte comme esthéticienne. Son entreprise se situe à son domicile. L’entrepreneure avait déjà décidé de fermer les portes de son commerce par responsabilité sociale, le 19 mars dernier, soit trois jours avant l’annonce gouvernementale qui oblige maintenant les salons d’esthétique, de coiffure et de soins personnels à fermer boutique. 

«Au-delà de l’aspect financier, on ne veut pas perdre notre clientèle, c’est tellement difficile à se faire, mais tellement facile à perdre», expose Mme Fontaine.

Elle qui avait mis en place des mesures afin de s’assurer de ne pas se contaminer ou que ses clients s’infectent dans son commerce, jugeait que la situation était trop critique pour continuer les activités de son entreprise. Malgré tout, ce n’est pas de gaieté de cœur qu’elle a pris cette décision. 

«C’est une grosse décision à prendre parce qu’on est dans l’inconnu», soutient l’esthéticienne.

Les plus lus

Deux nouveaux cas de coronavirus en Chaudière-Appalaches

Dans son plus récent bilan du nombre de cas confirmés de la COVID-19 dans la province, publié à 15h dimanche, le gouvernement du Québec a dévoilé que deux nouvelles personnes souffrent du nouveau coronavirus en Chaudière-Appalaches.

Un premier cas confirmé de coronavirus en Chaudière-Appalaches

Un résident de la Chaudière-Appalaches a été testé positif à la COVID-19. En raison de son état qui est «bon», la personne est en isolement à son domicile.

COVID-19 : l'état de la situation dans la région à 20h

Aucun nouveau cas confirmé n’a été comptabilisé en Chaudière-Appalaches, ce 17 mars. Dans la région, quatre personnes sont atteintes du Coronavirus. Le gouvernement du Québec a annoncé des mesures financières. À Lévis, de nouvelles consignes ont été données aux utilisateurs du transport en commun et par plusieurs organisations.

Coronavirus : c'est quoi l'isolement volontaire?

Le gouvernement du Québec recommande fortement à tous les voyageurs revenant dans la province de se placer en isolement volontaire de 14 jours pour éviter la propagation de la COVID-19. Mais qu'est-ce qu'on entend par isolement volontaire? Voici ce que les autorités provinciales et fédérales demandent concrètement aux voyageurs.

Quoi faire à Lévis pendant la relâche?

En plein cœur de la semaine de la relâche scolaire qui se déroule jusqu’au 8 mars prochain, une foule d’activités sont organisées sur le territoire lévisien. Voici quelques activités préparées pour les enfants et la famille au cours de cette semaine sans cours.

Lévis et la grippe espagnole en octobre 1918

La ville de Lévis fut durement éprouvée par l’épidémie de grippe espagnole en 1918. Un parcours rapide des incontournables Dates Lévisiennes de Pierre-Georges Roy nous permet de mesurer l’ampleur du drame.

Une clinique de dépistage de la COVID-19 à Charny

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches a ouvert, ce matin, une clinique de dépistage à l'auto de la COVID-19 au Centre Paul-Gilbert, à Charny.

Des employés du CRDITSA inquiets

Des employés oeuvrant au siège social du Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et en troubles du spectre de l'autisme (CRDITSA) du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), situé dans le complexe du Collège de Lévis, vivent dans l'inquiétude depuis quelques jours en raison d'un cas de contamination à la COVID-19.

Réaménagement de l'échangeur Kennedy : Québec ira de l'avant

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) a dévoilé, le 9 mars, qu'il investira plus de 354 M$ en 2020-2022 pour améliorer les infrastructures routières, ferroviaires et aéroportuaires de la Chaudière-Appalaches. À cette occasion, Québec a notamment confirmé que les premières étapes du projet de réaménagement de l'échangeur Kennedy (sortie 325) et de construction d'un pont d'étagement au-dessus ...

Coronavirus : la situation dans la région à 20h

L'annonce plus tôt aujourd'hui de la mise en place de certaines restrictions par le gouvernement du Québec, dont l'interdiction de tenir des événements à l'intérieur réunissant plus de 250 personnes, en lien avec la crise du coronavirus a provoqué plusieurs bouleversements dans la région. Voici un résumé de ce que vous devez savoir.