Le secteur de la Traverse, vers 1920. CRÉDIT : BANQ - COLLECTION MAGELLA BUREAU

Dans une chronique publiée dans le Wall Street Journal du 30 avril dernier, la chroniqueuse américaine Peggy Noonan constate qu'il n'est pas facile d'analyser les conséquences de la pandémie de grippe espagnole de 1918. Qu'en est-il pour Lévis?

Par Claude Genest - Ancien président de la Société d’histoire de Lévis

Comme nous l'avons vu à l'occasion de deux précédents articles parus les 29 mars (Lévis et la grippe espagnole en octobre 1918) et 5 avril (La grippe espagnole et les autres épidémies à Lévis) la pandémie fut fulgurante à Lévis avec de nombreux morts.

Dans ses Dates Lévisiennes, Pierre-Georges Roy mentionne que le 2 octobre 1918 il n'y a aucun cas de grippe espagnole à Lévis. Dix jours plus tard, la pandémie se répand à la vitesse de l'éclair. Si bien que le 23 octobre, on compte 51 morts et 2 484 personnes touchées sur une population de 10 057 habitants. C'est énorme, soit le quart de la population infectée en trois semaines.

Ce qui intrigue par rapport à la crise actuelle est la rapidité de la contagion et la relative brièveté de la période de confinement intensif. Les écoles lévisiennes et d’autres établissements ferment le 12 octobre, à la suite d'un avis du maire Noël Belleau, le 14 octobre, on décide de mettre sur pied un hôpital temporaire et le lundi 21 octobre, le quotidien l'Action Catholique à Québec déplore un premier dimanche sans messe à Lévis la veille.

Toutefois, dès le 22 octobre, on assiste à un déconfinement, sans utiliser ce mot, progressif. Toujours selon Pierre-Georges Roy, les magasins de détail et de gros peuvent ouvrir alors que restaurants, hôtels, billard et cinémas restent fermés. Quant aux laitiers et épiciers, ils n'ont le droit qu'à la livraison à la porte seulement. De son côté, le Bureau provincial d'hygiène «prie instamment tous les citoyens de continuer à prendre les mesures de précautions déjà prescrites», notamment de désinfecter les maisons.

Le retour progressif de certaines activités apparaît plutôt rapide compte tenu du nombre impressionnant de personnes malades et Pierre-George Roy ne revient pas sur la crise dans les mois qui suivent.

Comme le suggère Peggy Noonan, les gens de cette époque étaient habitués à la mort et à la précarité de la vie humaine après quatre ans de guerre meurtrière en Europe et avec un taux de mortalité infantile beaucoup plus élevé qu'aujourd'hui ce qui pose indirectement la question de notre réaction face à la crise actuelle. L’histoire un jour nous le dira, car la crise de la COVID-19 est présentement abondamment analysée.

Les plus lus

COVID-19 : nouvelles mesures prises par Lévis

Plusieurs services de la Ville ont été modifiés pour répondre aux besoins des Lévisiens. Un rappel a également été fait sur les équipements ouverts et les consignes à respecter.

L'après-pandémie de 1918 à Lévis

Après un mois d'octobre 1918 catastrophique à Lévis avec au-delà de 50 décès et le quart de la population infectée par la grippe espagnole, la vie courante reprend de manière étonnamment rapide par la suite. À peine deux mois plus tard, soit le 28 décembre, Pierre-Georges Roy rapporte que l'église Notre-Dame «est littéralement remplie» pour les «imposantes funérailles» de l'épouse d'Onésime Carrie...

COVID-19 : un nouveau cas confirmé à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir qu'un autre Lévisien a reçu, au cours des 24 dernières heures, un résultat positif à la suite d'un test de dépistage du nouveau coronavirus.

Quatre nouveaux cas d'infection au coronavirus à Lévis

Quatre nouveaux cas confirmés de la COVID-19 ont été constatés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Tous ces cas touchent des Lévisiens.

COVID-19 : trois nouveaux cas confirmés à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, lundi, que trois Lévisiens ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus.

Des cinémas dans la tourmente de la COVID-19

Fermés depuis le 15 mars à cause de la pandémie de la COVID-19, comme les autres lieux de rassemblement tels que les bars ou les salles de spectacle, les salles obscures pourraient faire partie des derniers lieux à rouvrir selon le plan de déconfinement du gouvernement. Directeur des cinémas Lido et des Chutes à Lévis, Sylvain Gilbert se retrouve dans une situation intenable.

COVID-19 : deux cas confirmés de plus à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir, mardi, que deux Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

Un saut dangereux au parc des Chutes-de-la-Chaudière

Malgré la dangerosité de ce qu'il qualifie de «cascade», qui aurait pu entraîner de graves blessures voire la mort, un jeune homme s’est filmé en train de sauter de la passerelle du parc des Chutes-de-la-Chaudière. Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) met en garde toute personne tentée de reproduire ce saut qui met la vie de son auteur en péril.

COVID-19 : trois nouveaux cas à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, jeudi, que trois autres Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.