CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

Fermés depuis le 15 mars à cause de la pandémie de la COVID-19, comme les autres lieux de rassemblement tels que les bars ou les salles de spectacle, les salles obscures pourraient faire partie des derniers lieux à rouvrir selon le plan de déconfinement du gouvernement. Directeur des cinémas Lido et des Chutes à Lévis, Sylvain Gilbert se retrouve dans une situation intenable.

«J’ai 300 000 $ dans le trou et j’ai eu 40 000 $ pour ça. Ça ne paye même pas mon loyer d’un mois pour un cinéma.» Le constat est dur pour le directeur des cinémas Lido et des Chutes à Lévis, Sylvain Gilbert, qui craint pour l’avenir des grands écrans lévisiens.

Cette aide devra être en grande partie remboursée, puisqu’il s’agit d’un prêt sans intérêts. «À la fin, on va leur en payer 30 000 $ et on va avoir 10 000 $ de subvention.

Il a choisi de garder cette avance pour la réouverture et faire revenir ses employés. «Il va falloir les former, appliquer la distanciation, mettre des plexiglass, rentrer de nouveaux équipements», explique Sylvain Gilbert.

«Si on aide le Cirque du Soleil avec 200 M$, c’est sûr qu’en comparaison, il n’y a pas assez d’aide pour nous. C’est tellement inéquitable de voir des opérations de ce genre.»

Des frais qui s’accumulent

 L’exploitant a également rempli les documents qui pourrait lui permettre d’alléger un peu son loyer, qu’il n’est plus en mesure de payer depuis avril. C’est ensuite au propriétaire de transmettre la demande pour accéder à ce programme mis en place par le fédéral.

«Ça me coûte 100 000 $ d’opérations par mois, plus les frais de personnel. Le revenu brut que je perds sur trois mois, c’est 1,7 M$ brut. Ce sont les revenus que j’aurais eu et avec ça j’aurais pu faire mes dépenses régulières, dont les salaires, les opérations et le coût du produit.»

«On vend les billets à 10 $, taxes incluses, donc ça prend du temps avant d’aller rechercher les 100 000 $ manquants. Ça prend 10 000 clients», estime-t-il en se basant sur la moyenne des revenus ces dernières années.

Même sans personnel à payer, certains frais ne diminuent pas comme les impôts ou les taxes municipales. «On peut attendre que, la pandémie soit réglée. Mais il faut arrêter de nous charger, demande-t-il. Ça nous prend des revenus. Sinon, il va falloir que je convertisse rapidement mes locaux pour faire autre chose.»

Le directeur croit que «ça pourrait prendre cinq ans pour récupérer ce qu’on a perdu. Si on ne rouvre qu’au mois de septembre, on risque de ne jamais récupérer».

Une fermeture inattendue et sans précédent

«Au moment où ça a fermé, on ne s’attendait pas à ça. On faisait des investissements dans certaines salles», souligne Sylvain Gilbert. Il est en effet nécessaire de renouveler périodiquement les équipements et de les entretenir pour rester à la page de la technologie.

«Tout s’est arrêté. On avait commandé de nouveaux écrans qui sont encore assis dans le lobby à terre. Présentement, les gens ne se déplacent pas pour venir les installer.»

Avant la crise sanitaire, il estime que son entreprise «n’avait pas de problèmes. On était en réinvestissement. Si on ne les fait pas, nos cinémas deviennent désuets.»

«Je suis un gestionnaire qui prend beaucoup de précautions. Donc, j’avais quand même mis de l’argent de côté pour le futur. C’est ce qui va peut-être me permettre de rester plus de temps ouvert.»

Si la fermeture se prolonge au-delà du mois de juin, l’exploitant n’est pas sûr d’arriver à s’en remettre financièrement. «On veut qu’ils nous laissent ouvrir», demande-t-il.

Le directeur envisage plusieurs scénarios pour la réouverture. Il envisage de diminuer la capacité des salles à 20 % et de réduire le nombre de jours de diffusion, à quatre par exemple, ainsi que les séances. «Si j’ouvre tous les jours et que j’ai juste 2 % de spectateurs, ça ne marchera pas.»

Les cinémas Lido et des Chutes de Lévis enregistrent chaque année 375 000 entrées et présentent plus d’une centaine de films différents. Ce sont 40 employés, majoritairement à temps partiel, qui accueillent les spectateurs. 

Les plus lus

C'est la fin pour le Cosmos Café Lévis

La COVID-19 aura eu raison d'un autre commerce lévisien. Les associés derrière la chaîne de restaurants Cosmos ont annoncé, le 16 juin, à leurs employés et à leurs partenaires qu'un processus est en cours afin de vendre l'établissement de Lévis, situé dans le quartier Miscéo.

COVID-19 : un nouveau cas à Lévis

Un autre Lévisien a contracté la COVID-19 au cours des derniers jours. C'est ce qu'a confirmé le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) dans son bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, vendredi.

Le SPVL arrête l'athlète international Thierry Pellerin

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a annoncé, le 3 juillet, qu'il a procédé le 2 juillet à l'arrestation de Thierry Pellerin, un Lévisien de 22 ans plutôt connu pour ses exploits sur la scène internationale de la gymnastique, pour quatre infractions d’ordre sexuel sur plusieurs victimes d’âge mineur.

Des temps difficiles pour le Boule-O-Drome

Dans l’obligation de fermer ses portes en raison de la pandémie depuis le 15 mars, Claire Nolet, propriétaire de l’établissement, attend impatiemment que le gouvernement du Québec la laisse ouvrir son salon de quilles.

La Fête nationale sera soulignée à Lévis

Même si les grands rassemblements, qui ont normalement cours les 23 et 24 juin à Lévis, n’auront pas lieu, coronavirus oblige, des activités, respectant les consignes de la Santé publique, auront lieu dans la région pour permettre aux Lévisiens de célébrer la Fête nationale du Québec.

Ouverts ou fermés le 24 juin et le 1er juillet?

Le ministère de l’Économie et de l’Innovation a tenu à rappeler aux commerçants et aux consommateurs, le 16 juin, que les commerces de détail devront fermer leurs portes au public le mercredi 24 juin, à l’occasion de la Fête nationale du Québec, et le mercredi 1er juillet, à l’occasion de la fête du Canada. 

Lévis présente son plan de match pour favoriser l’achat local

C’est notamment en compagnie de Philippe Meurant, le directeur du développement économique et de la promotion de la municipalité, que le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a dévoilé, le 11 juin le plan de match de la Ville pour favoriser l’achat local au cours des prochains mois. Avec entre autres la mise en place d’un nouveau portail territorial transactionnel, Lévis veut inciter ses citoyens à ...

Un incendie ravage une usine de Saint-Nicolas

Le Service de sécurité incendie de la Ville de Lévis (SSIVL) a déclenché une cinquième alarme (alerte générale), samedi en début de soirée, afin de combattre un incendie qui a fait rage chez Palettes Pal Bois, une entreprise située sur le chemin Industriel à Saint-Nicolas.

Des annonces pour la saison estivale à Lévis

Le maire de Lévis a annoncé plusieurs mesures pour les activités d’été, ce matin. 118 installations sportives extérieures vont rouvrir à partir de la semaine prochaine et 80 % de la demande en camp de jour sera comblée. Cet été, je parcours Lévis présentera aussi deux nouveaux parcours.

Ouverture des jeux d'eau et assouplissement des restrictions pour l'utilisation de l'eau potable

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a annoncé, vendredi matin, diverses mesures en lien avec l'utilisation de l'eau potable sur le territoire.