CRÉDIT : ARCHIVES

Aucun spectacle à l’affiche et des salles qui restent vides. Confinés et en télétravail, les artisans de la culture travaillent sans relâche afin de poursuivre leur mission et assurer la pérennité des scènes locales. L’équipe derrière L’Anglicane et le Centre d’exposition Louise Carrier est à pied d’œuvre pour s’adapter à la situation et poursuivre sa mission de diffusion des arts.

D’après le plan de déconfinement du gouvernement et ses différentes phases, la reprise des activités en public dans les salles de spectacle arrivera tard dans le processus de réouverture progressive. Toutefois, la captation de spectacles dans les salles, sans la présence de spectateurs et avec une équipe technique réduite à un maximum de cinq personnes, reprend petit à petit, puisque la Santé publique a donné son feu vert.

Une bonne nouvelle pour le secteur des arts vivants «très affecté» depuis le début de la crise sanitaire, souligne Diane Blanchette, directrice générale et artistique de Diffusion culturelle de Lévis (DCL), l’organisme qui gère L’Anglicane et le Centre d’exposition Louise-Carrier. 

Une tempête que la directrice affronte avec son équipe. Si la situation est anxiogène, «on est privilégiés, puisqu’on a des subventions et des aides. Il n’y a pas de mort dans notre secteur», relative-t-elle.

«Comment maintenir notre raison d’être dans cette situation?», se demande-t-elle. On essaie de ne pas utiliser le mot ‘‘réinventer’’, parce que les arts de la scène, les arts vivants demeurent les arts vivants et ont survécu à tout depuis des millénaires. On n’a pas besoin de se réinventer, on a juste besoin de s’adapter à la situation. C’est différent.»

Un besoin humain

Car l’essence même du rôle de diffuseur culturel, c’est rassembler publics et artistes. «Ça ne peut pas mourir. Les rassemblements, pour vivre avec d’autres gens les arts vivants, ont continué même avec l’arrivée de la radio, de la télé et du Web, soutient Diane Blanchette. Il y a beaucoup de gens qui continuent à y croire et c’est un besoin humain. Ce besoin va se réexprimer quand on va pouvoir le faire.»

«Cette foi, cette envie de se rassembler autour d’un artiste et d’une œuvre sont très stimulantes et réconfortantes», souligne la directrice, qui a tenu à saluer les publics et leur dire «à très bientôt».

Si la diffusion virtuelle lui semble davantage être une «mesure compensatoire», cet outil permet au milieu artistique de «sortir la tête de l’eau, créer et rester en contact avec les publics. Ce n’est pas à balayer du revers de la main, parce que c’est le monde dans lequel on vit. C’est ça notre époque maintenant».

C’est donc un moyen à la disposition des diffuseurs qui, souhaite la directrice de DCL, l’utiliseront «à leur manière», sans devenir un simple canal de transmission, mais bien un lieu de partage, d’apprentissage, de découverte et de rencontre. «Je n’adhère pas à l’idée que le milieu des arts vivants se transformerait en un média qui ne ferait que de la diffusion virtuelle. Ce n’est pas ça notre mission.»

Alors, l’équipe de DCL réfléchit à toutes sortes de manières de poursuivre dans ce contexte inédit de la COVID-19. «On ne peut pas être sur le pilote automatique, il faut penser autrement, donc ça prend du temps et de l’énergie. Tout nouveau geste est à réfléchir», partage Diane Blanchette. Et d’ajouter que «c’est maintenant qu’il faut penser différemment, pas une fois que la pandémie sera terminée. La post-COVID, ça sera le retour à la normale.»

Du côté du Centre d’exposition Louise Carrier, bien que la reprise aurait déjà pu être effective, les lieux ont dû rester portes closes, puisque les locaux communautaires et culturels de la Ville devaient rester fermés au minimum jusqu’au 1er juin. Mais, «aussitôt qu’on aura accès à nos lieux, on va repartir la machine», assure Diane Blanchette.

Les mesures sanitaires déjà en vigueur dans les différents lieux qui accueillent du public seront appliquées, la distanciation physique, la désinfection, le lavage des mains et un parcours à sens unique. Tout sera fait pour «rassurer les visiteurs et fournir un environnement sécuritaire». 

Les plus lus

C'est la fin pour le Cosmos Café Lévis

La COVID-19 aura eu raison d'un autre commerce lévisien. Les associés derrière la chaîne de restaurants Cosmos ont annoncé, le 16 juin, à leurs employés et à leurs partenaires qu'un processus est en cours afin de vendre l'établissement de Lévis, situé dans le quartier Miscéo.

COVID-19 : un nouveau cas à Lévis

Un autre Lévisien a contracté la COVID-19 au cours des derniers jours. C'est ce qu'a confirmé le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) dans son bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, vendredi.

Le SPVL arrête l'athlète international Thierry Pellerin

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a annoncé, le 3 juillet, qu'il a procédé le 2 juillet à l'arrestation de Thierry Pellerin, un Lévisien de 22 ans plutôt connu pour ses exploits sur la scène internationale de la gymnastique, pour quatre infractions d’ordre sexuel sur plusieurs victimes d’âge mineur.

La Fête nationale sera soulignée à Lévis

Même si les grands rassemblements, qui ont normalement cours les 23 et 24 juin à Lévis, n’auront pas lieu, coronavirus oblige, des activités, respectant les consignes de la Santé publique, auront lieu dans la région pour permettre aux Lévisiens de célébrer la Fête nationale du Québec.

Un incendie ravage une usine de Saint-Nicolas

Le Service de sécurité incendie de la Ville de Lévis (SSIVL) a déclenché une cinquième alarme (alerte générale), samedi en début de soirée, afin de combattre un incendie qui a fait rage chez Palettes Pal Bois, une entreprise située sur le chemin Industriel à Saint-Nicolas.

Ouverts ou fermés le 24 juin et le 1er juillet?

Le ministère de l’Économie et de l’Innovation a tenu à rappeler aux commerçants et aux consommateurs, le 16 juin, que les commerces de détail devront fermer leurs portes au public le mercredi 24 juin, à l’occasion de la Fête nationale du Québec, et le mercredi 1er juillet, à l’occasion de la fête du Canada. 

Ouverture des jeux d'eau et assouplissement des restrictions pour l'utilisation de l'eau potable

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a annoncé, vendredi matin, diverses mesures en lien avec l'utilisation de l'eau potable sur le territoire.

La COVID-19 a raison d'un gym lévisien

Energiegym, le centre d'entraînement de Saint-Romuald qui était également responsable du club de boxe Energybox, a annoncé sa fermeture définitive en raison de la crise de la COVID-19.

COVID-19 : un nouveau cas à Lévis

Après une accalmie d'une semaine, les autorités sanitaires ont confirmé, jeudi, qu'un nouveau cas d'infection au coronavirus avait été constaté en Chaudière-Appalaches, plus précisément à Lévis.

À L’ADOberge, les jeunes trouvent répit et soutien

Quand cette période qu’est l’adolescence devient trop difficile à traverser seul, il existe une maison à Lévis où les jeunes peuvent s’équiper des bons outils pour se construire. Aryane, qui entame sa cinquième semaine à L’ADOberge, a trouvé dans cette famille de passage une nouvelle confiance en elle.