Richard Guay, président du CA, et Cécile Guillemette, directrice.

La salle de bingo lévisienne a accueilli les joueurs pour la dernière fois le 29 juillet, avant de fermer définitivement ses portes. Après 24 ans d’existence et près de 13,5 M$ reversés à la commununauté, Bingo Rive-Sud a succombé à la COVID- 19, qui a aggravé une situation déjà difficile dans les dernières années.

Lors de la partie du 25 juillet dernier, l’équipe de Bingo Rive-Sud annonçait aux joueurs que la salle fermerait ses portes quelques jours plus tard, après une ultime soirée de jeu. 

Aucun des habitués de la salle n’aurait voulu manquer ce dernier rendez-vous avec l’une de leur activité favorite. Les joueurs sont arrivés, certains plusieurs heures à l’avance, et ont attendu devant les portes d’entrée afin d’être sûrs d’avoir une place devant leur carte. Et, ils ne cachaient pas leur tristesse, parfois leur déception, de voir Bingo Rive-Sud disparaître.

«La COVID 19 a contribué à diminuer l’achalandage de façon si importante qu’il est devenu impossible de maintenir cette situation déficitaire plus longtemps.»

Alors que, depuis sa création en 1996, Bingo Rive-Sud avait pour mission de générer des profits pour les organismes du milieu, le Patro de Lévis, les Faucons du Cégep de Lévis-Lauzon, le comité de vie étudiante de l’École Pointe-Lévy et la CAFOL, l’organisation lévisienne se trouvait désormais dans l’impossibilité de la réaliser.

C’est pourquoi le conseil d’administration a eu la lourde tâche de prendre la décision de ne pas poursuivre les activités. 

Une mission devenue impossible à réaliser 

«Si Bingo Rive-Sud n’est pas capable de remplir sa mission, en vertu de sa charte constitutive, qui est de remettre ses bénéfices à la communauté, alors qu’est-ce qu’on fait là, si on ne peut pas remplir notre mission?», a partagé avec tristesse le président du conseil d’administration, Richard Guay, le jour de la fermeture. 

Présent lors de la naissance de la salle, il a vu «la fusion se faire entre les quatre organisations qui faisaient du bingo», qui avaient alors décidé de «faire un, pour éviter qu’un propriétaire privé de Québec vienne s’installer ici, à Lévis, et mette l’argent dans ses poches au détriment de nos organismes».

Dans l’histoire de la Maison du Bingo de Lévis, la corporation derrière la salle de jeu, il y a de beaux souvenirs, des années fastes et, une dernière décennie marquée par le déclin des activités
de bingo accéléré par l’interdiction de fumer dans les salles de la province, puis par la réforme imposée des règles du bingo en 2008, qui a déplu aux joueurs. Ainsi, les sommes remises aux organismes bénéficiaires sont passés de plus d’un million de dollars entre 2002 et 2005, à moins de 220 000 $ en 2019. 

Bingo Rive-Sud recevait le soutien de la municipalité afin de maintenir ses activités et de poursuivre sa mission. «Depuis 2012, la Ville de Lévis nous aide financièrement chaque année, souligne Richard Guay. La Ville est toujours là, elle était présente en 2019. La Caisse Desjardins a fait aussi un bout de chemin avec nous pendant six ans.» 

En février, l‘organisation s’était même adressée aux services municipaux pour solliciter une aide pour l’année 2020, qui aurait notamment servi à «moderniser son image et s’actualiser», en bref prendre le virage technologique. 

Dans sa demande, l’équipe avait fait part à la Ville de son souhait de continuer avec son soutien qui aidait, bon an mal an, Bingo Rive-Sud à survivre. «On espérait en se rajeunissant et en changeant de modèle de gestion, attraper une nouvelle clientèle et se dynamiser.»

Quand le mois de mars est arrivé, «après un mois de février catastrophique au niveau des résultats», la pause forcée a continué à creuser le déficit. Lors de la réouverture le 17 juillet, Bingo Rive-Sud a accueilli 67 joueurs, 107 ensuite, puis 85 et 95. Après l’annonce de la fermeture, 141 personnes sont venues, remplissant la salle à sa capacité maximum en cette période de pandémie.

Trop peu, trop tard, pour rattraper la baisse de la fréquentation qui s’était accélérée dans les dernières années. Au vu des déficits qui s’accumulaient, des liquidités qui avaient fondu, des frais fixes, des coûts d’opération, Bingo Rive-Sud s’est finalement résolu à la fermeture, tant qu’il était encore possible d’arrêter les activités sans conséquences financières dramatiques pour l’organisation et les employés.

Les plus lus

Une nouvelle expansion pour le Marché Carrier

Le Marché Carrier vient d’acquérir le terrain du restaurant Denis de la jungle, voisin du commerce vieux de 50 ans. Avec cette nouvelle acquisition, l’entreprise de Pintendre investira près de 700 000 $ afin de construire une nouvelle usine spécialisée en prêt-à-manger afin de livrer ses produits dans l’ensemble de la province.

COVID-19 : quatre écoles lévisiennes touchées par au moins un cas de COVID-19

Le gouvernement du Québec a rendu publique, mardi, une nouvelle liste des écoles touchées par au moins un cas de COVID-19 rapporté avec diagnostic dans la province. En date du 14 septembre à 16h, quatre établissements lévisiens du Centre de services scolaire des Navigateurs (CSSDN) font partie de cette liste.

Le Vieux-Lauzon dans une impasse pour le déneigement

À la suite de l’abandon de «615 clients» par l’entreprise de déneigement qui chapeaute Beau-site excavation et Déneigement Lévis-Lauzon, les résidents du secteur du Vieux-Lauzon font des pieds et des mains depuis la fin juillet afin de trouver une compagnie de déneigement qui pourrait desservir le quartier.

COVID-19 : un weekend difficile pour la Chaudière-Appalaches

Les données des 24 dernières heures concernant la COVID-19 au Québec rapportent deux décès et 19 nouveaux cas dans la région de la Chaudière-Appalaches, ce 20 septembre.

COVID-19 : 33 nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

La montée des cas de COVID-19 se poursuit en Chaudière-Appalaches. La région a dépassé hier la barre psychologique des 1 000 cas, avec 1 003 cas confirmés depuis mars. Aujourd’hui, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches a comptabilisé 33 cas supplémentaires, pour 1 036 cas confirmés dans la région.

La COVID-19 emporte un neuvième résident de la Chaudière-Appalaches

Après une accalmie d'un peu plus de quatre mois à ce chapitre, le nouveau coronavirus a récemment provoqué un nouveau décès en Chaudière-Appalaches. Il s'agit de la neuvième personne à mourir de la maladie dans la région depuis le début de la crise sanitaire.

COVID-19 : 50 nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

Au cours des 24 dernières heures, 50 nouveaux cas d'infection au nouveau coronavirus ont été découverts en Chaudière-Appalaches, selon le plus récent bilan régional du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA).

COVID-19 : La Chaudière-Appalaches passe au niveau préalerte

Devant la flambée de nouveaux cas qui frappe le Québec depuis plusieurs jours, le gouvernement du Québec a annoncé, le 15 septembre, qu'il faisait passer le palier d'alerte de quatre régions administratives du niveau vigilance (vert) au niveau préalerte (jaune). La Chaudière-Appalaches est l'une des quatre régions qui sont désormais davantage sous surveillance par les autorités sanitaires.

Des Lévisiens élaborent le prochain Call of Duty

Développé par plusieurs filiales du studio Activision, dont Treyarch, Raven Software ainsi que Beenox, Call of Duty : Black Ops Cold War est le prochain opus de la populaire série, ce dernier arrivera sur les tablettes dès le 13 novembre prochain. Chez Beenox, plusieurs Lévisiens travaillent sur ce projet d’envergure internationale. Entretien avec deux d’entre eux.

COVID-19 : 42 cas découverts en Chaudière-Appalaches au cours des quatre derniers jours

Au cours du long congé de la fête du Travail, 42 résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris qu'ils ont contracté la COVID-19.