Le bâtiment central vers 1920, côté nord est. (photo 1) CRÉDIT : SITE INTERNET CQVL - Le bâtiment central le 27 juillet 2020, côté sud-ouest. (photo 2) CRÉDIT : SITE INTERNET CQVL

À la suite de la séance du comité de démolition par visioconférence le 3 septembre pour traiter la demande de démolition de l’immeuble situé au 220, rue Napoléon-Mercier, connu sous le nom des Scies Mercier, des Lévisiens ont à nouveau fait part de leur opposition à la destruction du site bâti dès 1880 et demande au comité de rejeter la demande.

Sur son site Internet, le Comité de quartier du Vieux-Lévis présente en quatre arguments documentés les raisons pour lesquelles les Scies Mercier ne devraient pas être démolies. Le texte «Plaidoyer pour sauver les bâtiments des Scies Mercier» a été écrit par Yvan-M. Roy, historien local.

L’argumentaire présente d’abord les observations de l’historien sur l’état des constructions. «Le bâtiment ne s’est pas détérioré depuis dix ans au point d’être devenu irréparable. Le Comité devrait rejeter la demande en démolition», écrit-il. De ses propres constatations, Yvan-M. Roy souligne que «j’ai constaté que les dix années passées n’avaient pas attaqué les fondations du bâtiment central».

S’appuyant sur le Plan d’urbanisme de Lévis, l’historien rappelle ensuite que «la Traverse et le Vieux Lévis sont des éléments identitaires majeurs et que pour sa part, la Côte-du-Passage est un axe routier identitaire majeur. Le terrain des Scies Mercier longe la Côte Fréchette qui relie la Côte-du-Passsage à la rue Saint-Laurent (autrefois rue Commerciale), l’artère principale du quartier de la Traverse».

De ce fait, Yvan-M. Roy croit que «la démolition des Scies Mercier est contraire à la préservation de l’identité Vieux-Lévis». Chargé d’une riche histoire et ayant marqué le paysage lévisien, les bâtiments «constituent un des derniers éléments de l’architecture industrielle et traditionnelle du Vieux-Lévis», ajoute-t-il.

«Les vieux bâtiments de Scies Mercier méritent de conserver une place autre que celle illustrée sur d’antiques photographies. Il faut sauver les Scies Mercier de la brutale démolition. Les bâtiments des Scies Mercier, c’est l’image de la dynamique industrielle de deux grandes familles. La démolition nous fera passer pour un peuple d’iconoclastes. Il ne restera que l’asphalte d’une rue pour rappeler la mémoire et passage des fondateurs Mercier et Garant», conclut l’historien.

Un bâtiment industriel unique

Dans un courriel adressé au comité de démolition, le vice-président au patrimoine du Groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu (GIRAM), Gaston Cadrin, faisait savoir que l’organisme de Lévis n’est pas «convaincu de démolir le bâtiment des Scies Mercier, malgré les timides efforts de l'architecte du promoteur d'intégrer un bâtiment ultramoderne de six logements ou condos dans une trame urbaine traditionnelle».

Le GIRAM croit que la réhabilitation de ce bâtiment industriel «unique» à des fins de culture et d'interprétation d'un volet de l'histoire de Lévis serait «plus porteur pour l'avenir». Et de compléter que «cela signifie, bien sûr, l'implication de la Ville de Lévis, une ville de plus de 145 000 habitants qui ne possède très peu de centres pour l'interprétation de son histoire par rapport à d'autres villes de même taille».

Finalement, le GIRAM demande à la Ville de citer le bâtiment en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel.


Les plus lus

Une guérite qui fâche

La décision du Groupe Medway de rendre payant le stationnement de l’édifice accueillant notamment la Clinique médicale Lévis-Métro provoque la colère de certains Lévisiens.

Passionné de mode, un élève du secondaire crée sa marque

Élève de secondaire 5 à l’École Pointe-Lévy, Mathys Grégoire a créé sa marque de vêtements dans le cadre du projet personnel qu’il avait à réaliser. Motivé par sa passion pour la mode, il a imaginé Ghostmrch, des vêtements qui lui ressemblent.

Vaccination contre la COVID-19 : deux sites ouvriront en Chaudière-Appalaches lundi

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a annoncé, le 17 décembre, que la vaccination contre la COVID-19, qui a été amorcée cette semaine dans deux centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), se poursuivra dans 21 nouveaux lieux au Québec dès lundi. Deux de ces derniers sont situés en Chaudière-Appalaches.

COVID-19 : l’état de la situation en Chaudière-Appalaches

Selon les plus récentes données compilées au cours des dernières 24 heures concernant la COVID-19, 96 nouveaux cas infectés ont été découverts en Chaudière-Appalaches, ce 28 décembre. Depuis le 24 décembre, ce sont 343 nouveaux cas et 10 décès reliés à la maladie qui ont été constatés sur le territoire.

Rétrospective de mars

Avant que la pandémie de COVID-19 bouleverse le quotidien de tous les habitants du Québec, plusieurs nouvelles ont retenu l’attention des Lévisiens lors de la première moitié de mars.

COVID-19 : la nouvelle variante détectée au Québec

Les données des 24 dernières heures concernant la COVID-19 au Québec rapportent 109 nouveaux cas et 3 décès supplémentaires en Chaudière-Appalaches, ce 29 décembre. Une première personne au Québec a été infectée par la nouvelle souche de la COVID-19,

COVID-19 : mise à jour de la situation après deux jours de relâche

En raison des jours fériés du temps des Fêtes, Québec a fait relâche de ses bilans quotidiens de la situation de la COVID-19 dans la province les 25 et 26 décembre. Ce sont 6 783 nouveaux cas qui ont été découverts entre le 24 et le 26 décembre derniers.

Chronique historique - Un couple lévisien qui passe à l’histoire

Alfred Leclerc (1853-1914) et son épouse, Camille Guay (1852-1912), ont laissé peu de traces dans l’histoire officielle de Lévis, mais une pierre tombale au cimetière du Mont-Marie est discrètement chargée d’histoire.

COVID-19 : nouveaux sommets de nouveaux cas

Que ce soit en Chaudière-Appalaches ou à l'échelle de la province, les records de nouveaux cas quotidiens de COVID-19 confirmés ont été battus hier, selon les données dévoilées jeudi par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec.

Rétrospective de juin

Un parc canin tant attendu, le renouvellement du contrat de l’entraîneur des Chevaliers, un plan d’action pour le communautaire, la feuille de route de la Ville pour l’achat local et l’arrivée d’un nouveau joueur politique à Lévis auront marqué le mois de juin.