CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Après que le Manoir Liverpool ait commenté le dossier via communiqué au cours des dernières semaines, l’avocat de la résidence privée pour aînés (RPA) de Saint-Romuald a rencontré virtuellement les journalistes, le 23 février. Lors de la conférence, Me Jean-François Bertrand a rejeté les conclusions du rapport synthèse du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) sur l’établissement qu’il représente et a exigé que la vérité soit rétablie.

Rappelons d’emblée que le rapport synthèse du CISSS-CA concluait notamment que «la santé, la sécurité, l’intégrité ou le bien-être de plusieurs usagers ont été compromis» et que «plusieurs de ces personnes, pour la plupart âgées, ont fait l’objet d’au moins deux types de maltraitance, à savoir : physique et organisationnelle».

«Aucune résidence n’est à l’abri d’un incident ou qu’une situation survienne. Il y a une différence majeure à faire entre qualifier ces événements comme étant un problème de culture organisationnelle et des événements isolés qui peuvent survenir. De dire qu’il y a eu un stratagème ou des stratagèmes utilisés par les propriétaires pour camoufler des choses, c’est totalement faux», a d’emblée déclaré Me Bertrand.

Du même souffle, l’avocat du Manoir Liverpool a argué que les gestionnaires de la RPA ont toujours apporté les correctifs demandés lorsque des intervenants ont constaté des problèmes. Me Jean-François Bertrand s’est également demandé pourquoi aucun professionnel de la santé ou autre intervenant n’avait prévenu les autorités des problèmes rapportés par le CISSS-CA dans son rapport synthèse.

«Est-ce que tous les professionnels de la santé, les responsables d’inspection du CISSS-CA, du ministère de la Santé et d’Agrément Canada ainsi que les hauts dirigeants du CISSS-CA sont tous des incompétents ou tous des complices? Je vous réponds que non. S’il y avait un stratagème pour cacher la vérité, cela aurait été impossible de cacher l’insalubrité. Comment on peut camoufler l’insalubrité, comme celle du niveau décrite dans le rapport, lors d’une visite surprise?»

Un processus vicié et un contexte difficile

 Comme dans les précédents communiqués de presse de la direction du Manoir Liverpool portant sur le rapport synthèse, Me Bertrand s’en est par la suite pris au processus choisi par le CISSS-CA pour faire la lumière sur les allégations portant sur la RPA de Saint-Romuald.

«(L’enquête du CISSS-CA) est un processus bâclé et biaisé lancé à la suite d’un reportage. En confiant l’enquête à l’une des branches de son organisation, le CISSS était juge et partie. Nous ne sommes jamais avisés des tenants et aboutissements de cette enquête. L’un des gestionnaires du Manoir n’aura qu’une seule occasion de rencontrer la responsable de l’enquête. Une rencontre qui a d’ailleurs démontré que clairement, la personne n’avait qu’un seul objectif : valider les plaintes devant elle et de ne pas faire une recherche de la vérité, ce qui était son rôle. Comment se fait-il que des gens dont leur théorie épousait celle du Manoir qui ont tenté de rencontrer l’enquêtrice se sont vus refuser cette demande?»

Dans un autre ordre d’idées, l’avocat du Manoir Liverpool a également souligné que l’établissement lévisien avait indiqué dans le passé au CISSS-CA que des cas de ressources intermédiaires (RI) référés «étaient trop lourds» à gérer. Aussi, Me Jean-François Bertrand a déploré que le gouvernement provincial «sous-finance depuis des décennies» les RPA québécoises et il a rappelé que ces établissements faisaient déjà face à une pénurie de main-d’oeuvre avant la pandémie.

Enquête publique demandée

 Désirant «rétablir la vérité et laver l’honneur des propriétaires du Manoir Liverpool», l’avocat représentant la RPA de Saint-Romuald entend poursuivre les démarches en cours devant la Cour supérieure du Québec pour que les ententes liant le CISSS-CA au Manoir Liverpool lui permettant d’offrir des services de RI.

De plus, Me Jean-François Bertrand a indiqué que les propriétaires de l’établissement lévisien n’écartent pas la possibilité de poursuivre le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, et la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, pour les «propos diffamatoires» qu’ils ont tenus après que le rapport synthèse du CISSS-CA sur le Manoir Liverpool ait été rendu public.

Estimant que le recours en cours devant la Cour supérieure du Québec permettra d’atteindre cet objectif, l’avocat du Manoir Liverpool a ajouté que les gestionnaires de la RPA lévisienne sont prêts à participer à une «véritable» enquête publique sur le dossier.

«Nous sommes prêts à aller en public, affronter des questions et répondre à des questions en public. Cette enquête publique nous permettra également de poser nos questions. Cela permettrait de mener un processus en toute transparence, pas de mettre la poussière qui dépasse en dessous du tapis», a conclu Me Bertrand.

Les plus lus

Le parc de la Pointe-Benson ouvrira en 2022

L’aménagement du parc de la Pointe-Benson débutera au printemps prochain. Les nouvelles installations, qui ouvriront au public en 2022, ont été redessinées depuis le dévoilement du premier projet afin de mieux s’adapter à l’environnement naturel des lieux.

COVID-19 : moins de 500 cas actifs en Chaudière-Appalaches

Les données des 24 dernières heures concernant la COVID-19 au Québec rapportent 43 nouveaux cas et un décès supplémentaire en Chaudière-Appalaches, ce 30 janvier. Dans la province, le bilan fait état de 1 367 nouveaux cas et 46 décès.

Le Grenier amorce le réaménagement de ses futurs locaux

C’est le 4 janvier dernier que les travaux permettant le réaménagement du sous-sol de l’église Christ-Roi en vue du déménagement du Comptoir alimentaire Le Grenier à cet endroit se sont amorcés. Le Journal de Lévis a eu droit, le 28 janvier, à une visite du chantier.

Quelques assouplissements aux mesures sanitaires en Chaudière-Appalaches

Le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé, le 2 février, que certains assouplissements apportés aux mesures sanitaires entreront en vigueur partout dans la province, le 8 février prochain. Cependant, la Chaudière-Appalaches demeure une zone rouge et les résidents de la région devront encore respecter plusieurs mesures, dont le couvre-feu en vigueur de 20h à 5h.

Le «coup de main» des policiers et des pompiers

Le 31 décembre, le Fonds Nancy Nadeau remettait à une jeune fille affectée par la perte d’un proche emporté par la maladie, une tablette afin de lui permettre de vivre sa passion pour le dessin. Cette initiative des pompiers et policiers lévisiens apporte depuis 2015 du réconfort à des personnes du territoire qui vivent des situations difficiles.

Rapport d’enquête du Manoir Liverpool rendu public «sous peu»

À la suite de son enquête interne concernant les manquements du Manoir Liverpool de Lévis lors du printemps 2020, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a annoncé, le 3 février dernier, que son rapport sera rendu public «sous peu». Également, les exploitants de la résidence privée pour aînés (RPA) sont en processus de vente de l’établissement.

Des sacs réconfortants distribués dans Bellechasse

Près de 5 200 sacs réconfortants seront distribués dans les écoles, les CPE, les garderies et quelques organismes du territoire de Bellechasse à la fin du mois de février.

COVID-19: moins de 40 cas en Chaudière-Appalaches

Le Centre intégré de santé et de Services sociaux de Chaudière-Appalaches fait état de 38 nouveaux cas de COVID-19 sur le territoire au cours des 24 dernières heures. Cela porte le total de personnes infectées depuis le début de la pandémie à 11 380.

Remontée des nouveaux cas dans la région

Au cours des 24 dernières heures, 65 personnes en Chaudière-Appalaches ont contracté la COVID-19. Selon le plus récent bilan régional du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), ce sont 11 112 personnes qui ont contracté la maladie depuis le début de la pandémie.

COVID-19 : baisse importante des nouveaux cas, mais deux décès supplémentaires enregistrés

Selon le plus récent bilan du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), le nombre de nouveaux cas de COVID-19 confirmés a connu une importante baisse comparativement à mardi, alors que 33 résidents de la région ont appris hier qu'ils avaient été infectés par le virus. Toutefois, comme lors des deux dernières journées, le CISSS-CA a confirmé que deux autres ...