CRÉDIT : ARCHIVES

Si Françoise Leblond nous a quittés en mai 2019, sa générosité continue de faire une différence dans notre société. Après avoir eu recours à l’aide médicale à mourir (AMM), l’infirmière auxiliaire lévisienne a fait don de ses poumons, de ses reins et de son foie.

Souffrant d’une maladie neurodégénérative depuis plusieurs années, Françoise Leblond avait vu sa qualité de vie se détériorer, au point qu’elle désirait recevoir l’AMM depuis un certain temps. Avant son départ, elle commençait notamment à s’étouffer en mangeant.

Avant qu’elle ne contracte la maladie, l’infirmière auxiliaire désirait donner ses organes lors de son décès. Toutefois, ses proches et son docteur n’étaient pas au courant qu’il était possible pour une personne requérant l’AMM de faire ce don de vie. C’est ce qu’a finalement appris fortuitement la fille de Françoise Leblond, la Lévisienne Karine Desjardins, à son travail.

Inhalothérapeute en soins pédiatriques au Centre hospitalier de l’Université Laval (CHUL) à Québec, Karine Desjardins travaille notamment avec le Dr Matthew Weiss, intensiviste pédiatrique qui est également directeur médical du don d’organes chez Transplant Québec. Cet organisme assure la coordination du don d’organes au Québec.

Alors qu’ils se trouvaient en salle de sédation, le Dr Weiss a demandé à la travailleuse de la santé lévisienne de corriger un texte de présentation sur sa carrière avant une conférence. En corrigeant ses tournures de phrase, Karine Desjardins a découvert que le don d’organes était possible après l’AMM. Connaissant le désir de sa mère, elle a donc demandé des explications au Dr Weiss.

«Un baume sur la plaie»

Par la suite, Karine Desjardins a présenté cette possibilité à sa mère ainsi qu’au médecin de cette dernière. Tenant mordicus à transformer sa mort en nouvelle vie pour d’autres personnes, Françoise Leblond a décidé d’aller de l’avant avec la proposition de sa fille.

Lors de la dernière semaine avant qu’elle ait recours à l’AMM, la femme de 59 ans a passé une batterie d’examens pour déterminer lesquels de ses organes pourraient être transplantés. À travers les différentes étapes réalisées à l’Hôtel-Dieu de Lévis, où l’infirmière auxiliaire a oeuvré pendant 25 ans, la famille de Françoise Leblond a pu être soutenue par l’équipe de Transplant Québec.

«Une infirmière de Transplant Québec a notamment pris le temps de faire des empreintes de ma mère avec tous ses petits-enfants. (Si le prélèvement des organes a dû se faire cinq minutes après le décès de ma mère), elle a aussi tout mis en œuvre pour trouver une salle hors du bloc opératoire pour mon cheminement de deuil et m’aider afin de ne pas associer mon travail au bloc opératoire avec la mort de maman. Nous avons pu rester habillés avec notre linge, pas d’habit vert, pas de jaquette pour maman. Tout s’est fait dans le plus grand respect», se rappelle Mme Desjardins lors d’une entrevue avec le Journal, quelques jours avant la Semaine nationale du don d’organes et de tissus qui est en cours jusqu’au 24 avril.

Et près de deux ans après le départ de sa mère, l’inhalothérapeute lévisienne est toujours heureuse d’avoir permis de concrétiser l’un des derniers désirs de sa mère. D’ailleurs, elle espère que l’expérience vécue par sa famille servira d’exemple puisque la possibilité de donner ses organes après avoir reçu l’AMM demeure inconnue pour plusieurs, dont plusieurs professionnels de la santé.

«C’est sûr que nous sommes tristes de ne plus voir ma mère, mais de savoir que quatre personnes peuvent continuer de vivre et de mener relativement une vie normale grâce au geste de ma mère, cela nous fait du bien. Son don de vie représente un certain baume sur la plaie qu’a créé sur nos cœurs son départ. Notre petit rayon de soleil brille à travers d’autres», illustre Karine Desjardins.

Rappelons finalement qu’au 31 décembre 2020, 28 personnes étaient en attente d’une transplantation en Chaudière-Appalaches, dont 19 pour un rein. Lors de la dernière année, 14 personnes ont reçu une transplantation dans la région, dont 5 qui ont reçu un rein.

Les plus lus

Le projet immobilier du Groupe Dallaire au centre de Lévis lancé

Par voie de communiqué, le Groupe Dallaire a annoncé, le 28 avril, le lancement de la première phase de son ensemble résidentiel entre Charny et Saint-Jean-Chrysostome, le Quartier des Pionniers.

Scies Mercier : un projet de remplacement qui ne fait pas l’affaire

Un résident et voisin du vieux bâtiment des Scies Mercier situé dans le Vieux-Lévis s’oppose fortement à la démolition de cette bâtisse patrimoniale ainsi qu’au projet d’immeuble qui accueillera six unités résidentielles modernes prévu pour remplacer ce pan de l’histoire lévisienne. À quelques jours de la date limite des dépôts de demande d’appel de la décision du comité de démolition, Charles-Oli...

COVID-19 : la clinique de dépistage de Lévis déménage au centre-ville

La clinique de dépistage de la COVID-19 de Lévis déménagera ses pénates cette semaine. Dès mercredi, elle sera désormais située dans les anciens locaux de Bingo Rive-Sud, dans la suite 180 du 50, route du Président-Kennedy (Place Lévis).

Les résidents du quartier de l’Aquifère mécontents

Face au développement immobilier, le Quartier Élévation, à Saint-Nicolas, les résidents de la rue de l’Aquifère et des voies alentours se mobilisent pour que le projet de 6 immeubles de 6 à 14 étages soit revu afin de mieux s’intégrer à ce secteur unifamilial.

Un étudiant de Lévis à la conquête de l’espace

C’est au Royaume-Uni que le Lévisien Édouard Demers a choisi de faire une maîtrise en astronautique et ingénierie spatiale. L’étudiant espère que l’Université de Cranfield lui ouvrira les portes des programmes européens, en particulier ceux de l’Agence spatiale européenne.

COVID-19 : encore loin de la zone orange

Si de bonnes nouvelles ont été constatées au cours de la dernière semaine, la situation épidémiologique de la Chaudière-Appalaches ne s’est pas grandement améliorée, selon la directrice régionale de santé publique.

La vaccination élargie à deux nouveaux groupes prioritaires en Chaudière-Appalaches

Depuis aujourd'hui la vaccination est élargie aux travailleurs essentiels de milieux à risque important d’éclosion et à certaines personnes ayant une maladie chronique.

Personne n’est invincible face à la COVID-19

Les dernières semaines n’ont pas été de tout repos pour Sébastien Duclos et sa famille. Ils se remettent tous de la COVID-19 qu’ils auraient contractée, croit-il, au début du mois d’avril, peu avant Pâques. Après avoir vécu les «12 pires jours» de sa vie, il a lancé un cri du cœur sur les médias sociaux implorant ses proches de ne pas «baisser la garde» face au virus et de respecter les normes san...

Transformer sa mort en nouvelle vie pour d’autres personnes

Si Françoise Leblond nous a quittés en mai 2019, sa générosité continue de faire une différence dans notre société. Après avoir eu recours à l’aide médicale à mourir (AMM), l’infirmière auxiliaire lévisienne a fait don de ses poumons, de ses reins et de son foie.

Fin des mesures d’urgence à Lévis et retour au palier rouge

À partir du 10 mai, les mesures spéciales d’urgence seront levées en dans la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, sauf dans trois MRC : Beauce-Sartigan, Robert-Cliche et des Etchemins. Toutes les écoles primaires de Chaudière-Appalaches pourront rouvrir dès cette date.