L’artiste-peintre de Lévis, Candy Pelletier, dessine des visages et des portraits d’animaux. CRÉDIT : COURTOISIE

Jusqu’au 31 mai, l’artiste lévisienne Candy Pelletier expose ses œuvres à la galerie Chez Alfred Pellan, à Québec. L’artiste, qui présente des visages et des portraits d’animaux, se distingue par un style réaliste et des toiles en noir et blanc.

Ce sont leurs yeux qui captent toute l’attention du visiteur, la puissance de leur regard. Humain ou animal, ces portraits sont imprégnés d’émotion, celle du sujet à travers laquelle transparait aussi celle de l’artiste.

C’est Chez Alfred Pellan, à Québec, qu’on découvre les toiles de la Lévisienne Candy Pelletier. Dans l’attente de la réouverture du lieu d’exposition, qui a dû temporairement fermer ses portes en raison des mesures sanitaire, l’exposition est en ligne sur le site Internet de la galerie.

Utilisant la peinture acrylique, l’huile ou l’aquarelle, l’artiste réalise des portraits de gens ou d’animaux dans un style réaliste en noir et blanc, avec parfois une petite touche plus colorée.

«J’aime ce style et ça se marie bien avec tous les décors. Le noir et blanc amène de la douceur. Les couleurs ont plus de symbolique, comme le rouge évoque la colère ou le bleu le calme. Le noir et blanc laisse plus de place à l’expression du sujet, partage-t-elle. Des fois, je rajoute quelques couleurs. Ça dépend comment je me sens à ce moment-là.»

Ce que Candy Pelletier aime, c’est montrer les expressions et les yeux des sujets qu’elle peint. «Je mets vraiment l’emphase sur les yeux. Les yeux parlent beaucoup. On voit bien l’expression des animaux dans leurs yeux, c’est ça que je vais chercher», illustre l’artiste, qui cherche à faire ressortir les émotions, ce qui agit aussi comme une thérapie pour elle.

Et, représenter les visages est un défi à chaque toile pour l’artiste. «Il faut que tout soit parfaitement placé, sinon ça change la perspective de la personne. Quand je le relève, je suis contente.»

Pour trouver ses sujets, elle suit son instinct. «Je fais des recherches de photos. Je choisis celles qui m’inspirent. Je commence par un croquis sur papier pour la placer et après je fais mon dessin sur la toile, puis je peins.» Elle travaille ainsi le matin et le soir. «Mais si ce n’était que moi, je pendrais tout le temps!», lance-t-elle.

Si au début, le but de Candy Pelletier était de travailler sa technique de dessin pour être capable de refaire ce qu’elle voyait, c’est ensuite son coup de pinceau bien à elle que la peintre a trouvé.

«Quand on est artiste, on cherche beaucoup son style. Pour ma part, je commence à trouver le mien. Et, on apprend en faisant, explique-t-elle. Maintenant, j’ai choisi de suivre la réalité. C’est ce style qui me représente, c’est ce qui marche pour moi dans ma création. Le réalisme, c’est par ça que je me reconnais dans mes œuvres.»

Quand elle était plus jeune, déjà elle dessinait beaucoup. «J’ai pris des cours de dessin et j’avais dit que je serai artiste-peintre. Mais il n’y avait pas beaucoup de possibilités pour suivre cette voie, alors j’ai fait d’autres choses. En voyant d’autres peintres sur les réseaux sociaux, ça m’a donné le goût de m’y remettre et la passion est revenue. J’ai pris des cours à l’École des Beaux-Arts de Lévis et maintenant j’y enseigne depuis deux ans.»

Les plus lus

Le projet immobilier du Groupe Dallaire au centre de Lévis lancé

Par voie de communiqué, le Groupe Dallaire a annoncé, le 28 avril, le lancement de la première phase de son ensemble résidentiel entre Charny et Saint-Jean-Chrysostome, le Quartier des Pionniers.

Scies Mercier : un projet de remplacement qui ne fait pas l’affaire

Un résident et voisin du vieux bâtiment des Scies Mercier situé dans le Vieux-Lévis s’oppose fortement à la démolition de cette bâtisse patrimoniale ainsi qu’au projet d’immeuble qui accueillera six unités résidentielles modernes prévu pour remplacer ce pan de l’histoire lévisienne. À quelques jours de la date limite des dépôts de demande d’appel de la décision du comité de démolition, Charles-Oli...

COVID-19 : la clinique de dépistage de Lévis déménage au centre-ville

La clinique de dépistage de la COVID-19 de Lévis déménagera ses pénates cette semaine. Dès mercredi, elle sera désormais située dans les anciens locaux de Bingo Rive-Sud, dans la suite 180 du 50, route du Président-Kennedy (Place Lévis).

Les résidents du quartier de l’Aquifère mécontents

Face au développement immobilier, le Quartier Élévation, à Saint-Nicolas, les résidents de la rue de l’Aquifère et des voies alentours se mobilisent pour que le projet de 6 immeubles de 6 à 14 étages soit revu afin de mieux s’intégrer à ce secteur unifamilial.

Un étudiant de Lévis à la conquête de l’espace

C’est au Royaume-Uni que le Lévisien Édouard Demers a choisi de faire une maîtrise en astronautique et ingénierie spatiale. L’étudiant espère que l’Université de Cranfield lui ouvrira les portes des programmes européens, en particulier ceux de l’Agence spatiale européenne.

COVID-19 : encore loin de la zone orange

Si de bonnes nouvelles ont été constatées au cours de la dernière semaine, la situation épidémiologique de la Chaudière-Appalaches ne s’est pas grandement améliorée, selon la directrice régionale de santé publique.

La vaccination élargie à deux nouveaux groupes prioritaires en Chaudière-Appalaches

Depuis aujourd'hui la vaccination est élargie aux travailleurs essentiels de milieux à risque important d’éclosion et à certaines personnes ayant une maladie chronique.

Personne n’est invincible face à la COVID-19

Les dernières semaines n’ont pas été de tout repos pour Sébastien Duclos et sa famille. Ils se remettent tous de la COVID-19 qu’ils auraient contractée, croit-il, au début du mois d’avril, peu avant Pâques. Après avoir vécu les «12 pires jours» de sa vie, il a lancé un cri du cœur sur les médias sociaux implorant ses proches de ne pas «baisser la garde» face au virus et de respecter les normes san...

Transformer sa mort en nouvelle vie pour d’autres personnes

Si Françoise Leblond nous a quittés en mai 2019, sa générosité continue de faire une différence dans notre société. Après avoir eu recours à l’aide médicale à mourir (AMM), l’infirmière auxiliaire lévisienne a fait don de ses poumons, de ses reins et de son foie.

Fin des mesures d’urgence à Lévis et retour au palier rouge

À partir du 10 mai, les mesures spéciales d’urgence seront levées en dans la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, sauf dans trois MRC : Beauce-Sartigan, Robert-Cliche et des Etchemins. Toutes les écoles primaires de Chaudière-Appalaches pourront rouvrir dès cette date.