CRÉDIT : COURTOISIE

Le 25 mai dernier se tenait au Domaine Pointe-de-Saint-Vallier le lancement du projet régional URBI. Nicolas Godbout (2e photo), de Bellechasse, ainsi que Maxime Plamondon (3e photo), de Lévis, y feront une résidence littéraire pendant la saison estivale.

D’ici la fin du mois d’août, le conteur Nicolas Godbout et l’écrivain Maxime Plamondon seront au Domaine de Pointe-Saint-Vallier, à Saint-Vallier dans Bellechasse, afin d’y écrire huit histoires pour le projet URBI. Parmi tous les projets artistiques envoyés au Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), URBI a été retenu.

L’organisation et ses partenaires financent donc le projet à la hauteur de 17 000 $. Les deux artistes se sont connus au travers de différents festivals littéraires. Nicolas avait envie de travailler avec Maxime et il lui a alors proposé ce projet

Processus créatif

Les écrivains souhaitent s’inspirer de l’endroit et de ses paysages ainsi que des histoires et légendes qui occupent la Côte-du-Sud.

«On s’est donné comme créneau l’uchronie et la dystopie. On s’est dit que ça allait s’enraciner dans la Côte-du-Sud, de Saint-André-de-Kamouraska jusqu’à Lévis.»

Les deux artistes au style divergent, Nicolas plus dans le traditionnel et Maxime plus dans la fiction, comptent trouver l’harmonie pour créer un mélange entre les faits qui se sont déroulés dans la région tout en tanguant vers la dystopie et l’uchronie. Chacun rédigera quatre histoires.

«On souhaite construire nos histoires à partir de sujets réels et ensuite dériver sur des scénarios dystopiques. Par exemple, la bombe atomique qui a explosé au-dessus de Kamouraska dans les années 50 (fait), qui aurait finalement menée à la fin du monde (dystopie)», raconte les auteurs.

Ils vont se prévoir des moments sur place pour s’imprégner des lieux et même y faire des séances de création littéraire avec les visiteurs et l’animation d’une soirée de conte.

«En soi, c’est une institution avec une programmation, un milieu d’interprétation, donc on va en profiter pour échanger avec les visiteurs et s’inspirer d’eux», explique Nicolas. Ils vont même inviter des auteurs qu’ils connaissent et des gens pour réseauter, échanger et dialoguer.

Un balado

Ce seront donc huit histoires indépendantes les unes des autres qui seront écrites dans le cadre du projet, mais Nicolas Gobout et Maxime Plamondon se laissent tous de même une liberté dans leur processus créatif. Leur quartier général se trouve au Domaine, mais ils iront tout de même à leur résidence principale. «On a besoin d’être dans nos affaires aussi pour rédiger», affirme Maxime.

«On est établis ici, c’est notre quatier général, mais rien n’empêche qu’on sorte un peu de la région pour trouver d’autres inspirations», ajoute Nicolas.

L’objectif de ces récits est d’être transformés en balado. Il se laisseront une marge de manœuvre quant à la mise en voix de leurs histoires et «ce sera Maxime qui fera la narration avec sa voix radiophonique», souligne Nicolas. D’ici la fin du mois d’août, ils auront écrit leurs histoires, enregistré leur balado et fait l’arrangement sonore pour créer un univers à chaque histoire.

Puis, le 29 octobre, il y aura un lancement en grande première pour le public où ils diffuseront le fruit de leur travail à la Maison de la culture de Bellechasse, à Saint-Damien-de-Buckland.

Urbi et orbi

Le nom URBI provient de urbi et orbi. Cette expression latine, notamment utilisée pour nommer une importante bénédiction offerte par le pape, signifie partout et pour tous. «On trouvait qu’URBI ça sonnait comme urbain, urbanité. C’est un territoire délimité et nous c’est ce que l’on va faire» explique Nicolas.

La plateforme de diffusion qu’ils utiliseront n’est pas encore choisie. Le plus important pour eux est de rester propriétaire de leurs œuvres et de pouvoir en faire profiter à un maximum de personnes. C’est un processus de création évolutif, il sera en constant changement.

Il est possible de suivre l’évolution de la résidence de Nicolas Godbout et Maxime Plamondon sur la page Facebook URBI.

Les plus lus

Des bars tiki flottants faits à Lévis

Le Lévisien Dany Rodrigue a lancé à la mi-mars son entreprise Tiki Québec. Celui qui exerçait le métier de consultant en génie civil a profité d’une pause de travail occasionnée par la pandémie pour se mettre à l’ouvrage et développer une idée d’entreprise qu’il avait derrière la tête depuis l’année dernière.

Travaux sur le pont Laporte : des mesures d’atténuation bientôt en place

En raison des entraves majeures qui seront en place à certains moments cet été sur le pont Pierre-Laporte, le ministère des Transports du Québec (MTQ) a dévoilé, le 13 mai, les mesures d’atténuation en transport collectif qui seront en place pour faciliter les déplacements des citoyens.

Deuxième dose : les Québécois pourront devancer leur rendez-vous à partir du mois prochain

Lors d'une mêlée de presse à l'Assemblée nationale, le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, a fait une mise à jour jeudi sur la campagne de vaccination. À cette occasion, il a notamment annoncé que les Québécois pourront devancer leur rendez-vous afin d'obtenir une deuxième dose d'un vaccin contre la COVID-19 à partir de juin.

Logement : aussi des problèmes à Lévis

Si la situation lévisienne n’est pas aussi problématique que dans d’autres villes québécoises, la crise du logement frappe également Lévis, selon l’Association coopérative d’économie familiale (ACEF) Rive-Sud de Québec.

Les déchets ne seront ramassés qu'aux deux semaines cet été

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a confirmé, le 15 juin, que la collecte des déchets ne sera pas effectuée hebdomadairement cet été comme lors des dernières périodes estivales.

Dépistage massif à l'école primaire de Saint-Lambert-de-Lauzon

La Santé publique régionale mènera demain un dépistage massif auprès des élèves de 2e, 3e et 4e année de l'École du Bac, un établissement scolaire de Saint-Lambert-de-Lauzon.

Des rassemblements qui inquiètent à Saint-Rédempteur

Depuis le début de la pandémie, le parc Renaud-Maillette de Saint-Rédempteur est devenu un lieu très apprécié par les adolescents et les jeunes adultes de la région pour se rassembler. Toutefois, l’ampleur de ces fêtes improvisées commence à inquiéter certains utilisateurs de ces installations de la Ville de Lévis, dont l’Association de soccer Chaudière-Ouest (ASCO).

Lévis passera en zone orange le 31 mai

SANTÉ. L’amélioration de la situation sanitaire au Québec fait en sorte que le gouvernement pourra aller de l’avant avec les premières phases du déconfinement qui s’amorceront vendredi et lundi. C’est ce qu’a indiqué le premier ministre du Québec, François Legault, lors de son point de presse hebdomadaire sur l’état de situation de la pandémie de COVID-19 au Québec.

Lévis demande une nouvelle fois aux résidents de l'ouest d'utiliser judicieusement l'eau

Comme la semaine dernière, la Ville de Lévis a lancé un appel aux résidents des quartiers Breakeyville, Charny, Saint-Étienne-de-Lauzon, Saint-Nicolas et Saint-Rédempteur, le 10 juin, afin qu'ils fassent un usage judicieux de l’eau potable pour toute la période estivale. Sinon, la municipalité n'aura pas d'autre choix que de mettre en place des interdictions d'utilisation.

COVID-19 : Chaudière-Appalaches passera en zone jaune lundi

En raison de l'amélioration de la situation épidémiologique de la région, la Chaudière-Appalaches passera au palier jaune (niveau préalerte) à compter de lundi.