Tout au long du mois de septembre, Steeven Plante participera au Défi Everest tandis que Maxime Plante effectuera un marathon de la Rive-Nord à la Rive-Sud, le 9 octobre. CRÉDIT : COURTOISIE

C’est le 8 janvier dernier que le Lambertin Jacques Plante a reçu un diagnostic de sclérose latérale amyotrophique (SLA), également connue sous le nom de maladie de Lou Gehrig. Afin de faire connaître cette maladie encore incurable et amasser des dons pour la recherche, les fils du résident et photographe de Saint-Lambert-de-Lauzon, Maxime et Steeven Plante, ont lancé les défis sportifs Derrière l’objectif lors de la journée Lou Gehrig, le 2 juin dernier.

«Ça faisait environ un an qu’on se doutait qu’il y avait quelque chose avec sa santé, mais rien de flagrant […] Il a fallu passer à travers une batterie de tests avant de découvrir que c’était la SLA, explique d’emblée Maxime Plante. Ça a eu l’effet d’une bombe et sa condition s’est dégradée rapidement.»

La SLA est cette maladie dégénérative qui affecte les neurones moteurs. Au fil des années, voire des mois, qui suivent le diagnostic, la personne affectée par la maladie de Lou Gehrig perd de façon fulgurante ses capacités motrices tout en conservant ses fonctions cognitives. «Ce que je trouve le plus difficile à travers ça, c’est que la personne est toujours lucide, mais devient prisonnière de son corps en quelque sorte», expose Steeven Plante.

Il existe deux formes de la SLA, la spinale, qui s’attaque aux membres en premier, ainsi que la bulbaire, qui s’attaque plutôt aux muscles de la gorge. C’est de cette dernière qu’est atteint le Lambertin de 69 ans. «C’est une maladie qui est difficile à prévoir, seulement 30 % combattent la forme bulbaire, c’est la forme la plus agressive au niveau de la dégradation physique», ajoute Steeven.

Notons qu’encore à ce jour, la maladie est incurable et les statistiques démontrent que ce sont deux personnes sur 100 000 qui la développent.

«On ne pouvait pas rester les bras croisés»

 Lorsque ce diagnostic est tombé, Maxime et Steeven ont décidé de passer à l’action et d’amasser des fonds pour faire connaître la maladie, soutenir les individus atteints de cette dernière et financer la recherche.

«Sachant que les choses allaient se dérouler rapidement, notre père ne souhaitait pas qu’on amasse de l’argent pour lui. Il nous a plutôt demandé d’amasser des sous pour faire connaître la maladie et pour la recherche», soutient Maxime Plante.

Ainsi, tout au long du mois de septembre, Steeven participe au Défi Everest qui consiste à effectuer des montées et d’accumuler les mètres de dénivelé afin d’atteindre l’équivalent de la montée du mont Everest, c’est-à-dire 8 848 mètres. Se joint à ce défi, une campagne de financement pour un organisme.

Ainsi, Steeven a fait reconnaître la Société de la SLA du Québec auprès du défi et son équipe a déjà accumulé plus de 5 000 $ et dépassé les 8 848 mètres de dénivelé à monter tout au long du mois de septembre.

«Même si on a déjà un premier Everest d’atteint, on n’arrêtera pas là parce que la maladie continue de progresser», assure-t-il.

De son côté, Maxime s’est donné le défi d’effectuer son premier marathon le 9 octobre prochain, lui qui avait déjà parcouru un demi-marathon a décidé de repousser ses limites. De plus, le parcours qu’il empruntera est très important pour lui et sa famille.

«Le trajet a une énorme symbolique pour moi. Je commence le trajet à la clinique SLA de Québec et je termine à l’église de Saint-Lambert où mon père s’est impliqué pendant bon nombre d’années», affirme-t-il, en ajoutant qu’un bagage émotif y est fortement relié.

«Ce défi-là a quelque chose de thérapeutique pour nous parce que face à cette situation, c’est difficile de rester les bras croisés. Au moins, on peut se mobiliser pour quelque chose et travailler à faire connaître la maladie», partage Steeven.

En voyant ses fils se lancer ces défis sportifs, Jacques Plante s’est aussi donné un objectif, il souhaite parcourir d’ici le 9 octobre 500 kilomètres à bord de son quadriporteur. «La résilience que notre père a est notre motivation première. Il est tellement résilient, c’est incroyable. Il l’accepte, il est droit là-dedans et il continue d’avancer», rapportent les deux frères.

Un impact futur

Bien que Maxime et Steeven aient déjà amassé l’objectif initial qu’ils s’étaient fixé, c’est-à-dire 7 500 $, ils redoubleront d’ardeur pour en faire encore plus. «On s’est fixé un objectif, mais peu importe. L’objectif, c’est d’en ramasser le plus possible», martèle Maxime Plante.

«Cette maladie nécessite de grandes demandes de services au niveau des professionnels de la santé, il faut être bien entouré et que le système (de santé) mette les ressources en place pour y arriver. Même chose pour les subventions pour l’adaptation des logements, c’est difficile d’en obtenir», renchérit Steeven Plante. Les deux frères assurent que les mesures d’adaptation et de suivi pour les personnes atteintes de la SLA doivent être mieux soutenues et faciles d’accès. Également, un soutien important devra être apporté dans le futur aux proches aidants qui sont «les poteaux» des personnes malades.

Une fois le défi complété, les fils de Jacques Plante souhaitent d’une façon ou d’une autre contribuer à faire connaître la maladie de Lou Gehrig afin qu’un jour, on puisse espérer un remède à cette dernière.

Pour plus d’information ou faire un don, les intéressés peuvent consulter la page Facebook Derrière l’objectif, le site Web du Défi Everest au bit.ly/38WvmkV ou le site Web de la campagne Derrière l’objectif de la Société de la SLA du Québec au bit.ly/3njmXAE.

Les plus lus

L'urgence du Centre Paul-Gilbert rouvrira dimanche

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a annoncé, le 7 septembre, que l'urgence ambulatoire du Centre Paul-Gilbert de Charny reprendra ses activités habituelles à compter du 12 septembre prochain.

Un champ d’avoine à la maison

René Gélinas réside à Saint-Nicolas. Au printemps, il a fait la semence d’avoine devant son domicile. On peut maintenant y retrouver une parcelle de champ doré dont il en fera la récolte en septembre.

Un jeune cycliste happé par une voiture à Saint-Nicolas

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) est intervenu le 10 septembre au soir après avoir reçu un appel concernant une collision entre un cycliste et une voiture dans le secteur Saint-Nicolas. Le jeune cycliste de 17 ans a été transporté à l’hôpital puisqu’il était dans un «état critique».

Chronique historique - Une publication centenaire

Ce n’est pas tous les jours qu’une publication franchit le cap des 100 ans. C’est pourtant ce qui se passe cette année pour L’Écho du Collège de Lévis, périodique intergénérationnel qui permet d’entretenir un contact avec les anciens et anciennes du Collège depuis un siècle.

La «colonne vertébrale» du circuit cyclable lévisien annoncé officiellement

Lors d’un point de presse, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a cnofirmé que la nouvelle piste cyclable multifonctionnelle qui longera le boulevard Guillaume-Couture sur une distance d’un peu plus de 14 km entre le Cégep de Lévis et la tête des ponts deviendra réalité. En 2022, une première phase de 4,8 km sera réalisée.

COVID-19 : la quatrième vague commence à prendre de l'ampleur dans la région

Selon le bilan régional sur l'évolution de la pandémie publié mardi par le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), des augmentations de plusieurs indicateurs, dont le nombre de nouveaux cas et le nombre de cas actifs, ont été enregistrées au cours des huit derniers jours.

Le centre sportif du campus de Lévis de l’UQAR inauguré

C’est le 31 août qu’a eu lieu l’inauguration du centre sportif du campus de Lévis de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) par le recteur de l’UQAR, François Deschênes, accompagné de la ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et du président de l’Association générale des étudiantes et des étudiant...

Vers une grève dans certains CPE de la région?

Réunies en assemblée générale le 1er septembre, les membres du Syndicat des travailleuses et des travailleurs des CPE de Québec–Chaudière-Appalaches–CSN ont voté à «forte majorité» en faveur d’un mandat de grève de dix jours à utiliser au moment jugé opportun.

COVID-19 : nouvel appel à la vaccination par les autorités

Le premier ministre du Québec, François Legault, le ministre de la Santé de la province, Christian Dubé, et le directeur national de santé publique, Dr Horacio Arruda, ont fait le point sur la situation sanitaire de la province, le 7 septembre dernier. Si M. Legault a indiqué que les Québécois devront «apprendre à vivre avec le virus», il a demandé une nouvelle fois à ses concitoyens non vaccinés ...

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 1er septembre 2021

Les membres du conseil d’administration de la FADOQ – Régions de Québec et Chaudière-Appalaches sont heureux d’annoncer la nomination de Guy Bonneau (1re photo) à titre de nouveau président de l’organisation. En fonction depuis les dernières semaines, il ira à la rencontre des membres lors de la tournée automnale. Cette tournée de toutes les sous-régions lui donnera l’occasion de rencontrer les me...