Pierre, Karl et Alexandre Gagné miseront sur Batiga pour propulser leurs projets passés, présents et futurs. CRÉDIT : COURTOISIE

Pierre Gagné et ses deux fils, Karl et Alexandre, sont derrière d’importants projets lévisiens, comme la construction du Lévis Centre des congrès, de l’hôtel Four Points by Sheraton et du complexe immobilier le Proxi, pour ne nommer que ceux-là. Cette année, la famille Gagné qui a évolué sous plusieurs entreprises a décidé de rassembler ses forces et créer la société immobilière Batiga.

«On a travaillé pendant des années sous des entités un peu séparées, il y a des choses qui se sont ajoutées par des concours de circonstances ou par notre désir d’implication. C’est pourquoi on souhaitait rapatrier tout ça sous une seule signature», lance d’emblée Karl Gagné.

Pierre, Karl et Alexandre ont choisi de créer Batiga pour offrir une plus grande envergure et apposer une signature à leurs projets, mettre sur pied un canal de communication efficace pour les enjeux de pénurie de main-d’œuvre ainsi que faire un lien entre le passé, le présent et le futur de leur regroupement.

«Avec Batiga, on peut y inclure le passé, le présent et le futur. Tout ce qui a été construit dans le passé, on l’intègre au projet. Pour le présent, ce sont les constructions qui se développent. Pour le futur, c’est d’entretenir une culture d’entreprise, de projets et de services», d’ajouter Pierre Gagné.

Originaires de Saint-Nérée-de-Bellechasse, les Gagné sont maintenant des résidents lévisiens depuis quelques années et souhaitent continuer d’offrir leurs services au développement de leur ville.

«Nous ne sommes pas des promoteurs et des gestionnaires strictement nichés dans un domaine. On a fait des acquisitions et on a construit des établissements qui sont en complémentarité. On est plutôt dans un volet optimisation d’un milieu de vie», expose Karl Gagné.

Une philosophie à cultiver

Pour Batiga, l’idée n’est pas seulement de livrer des projets et les quitter à terme, au contraire, la famille Gagné désire développer des écosystèmes complémentaires qui répondent aux besoins de leurs clientèles.

«On s’implique dans nos projets. On ne souhaite pas créer quelque chose en un an et ensuite les laisser tomber. On fait un développement parce que bien souvent, un projet en amène un autre et ils deviennent complémentaires. C’est pourquoi on se penche sur la création de milieux de vie afin d’augmenter la qualité de vie des usagers et résidents […] On développe une façon de faire pour que nos projets communiquent entre eux, mais aussi dans une philosophie de services aux clients», explique Alexandre Gagné.

L’entreprise familiale, qui implique tous les membres de la famille Gagné incluant l’épouse de Pierre ainsi que sa fille Gabrielle, misera également sur Batiga pour développer un sentiment d’appartenance chez ses quelque 250 employés qui proviennent de divers horizons que ce soient des domaines de l’hôtellerie, de la construction, de l’immobilier résidentiel et commercial ainsi que des services.

«Avec les enjeux de main-d’œuvre, ça nous permettra de rassembler nos forces et de retenir nos employés au sein de notre groupe en leur offrant des perspectives d’avancement chez Batiga», croit la famille Gagné.

C’est dans l’objectif de faire un tout qui avance au même rythme que Pierre, Karl et Alexandre Gagné ont décidé de se regrouper sous la signature Batiga.

«On crée des écosystèmes qui font en sorte qu’on a intérêt à communiquer davantage entre nos entités», souligne Karl Gagné.

Des projets déjà entamés

En raison de la pandémie et de la rareté des matériaux de construction, la famille Gagné a légèrement ralenti ses activités, mais plusieurs projets d’envergure sont entamés ou sur la table à dessin actuellement. On pense à la phase 3 du Proxi, qui permettra l’érection d’une tour de 21 étages annexée aux phases 1 et 2, à un projet immobilier déjà débuté sur la rue Saint-Louis dans le Vieux-Lévis ainsi qu’à la construction d’un hôtel dans le secteur de la Traverse. Tous ces projets seront également signés Batiga.

Ainsi, cette nouvelle signature arrive à un moment jugé opportun pour la famille Gagné qui souhaite relancer ses activités grâce à l’essor économique postpandémique qui se fait sentir depuis quelques mois dans le milieu des affaires à travers la province.

Les plus lus

Les élections municipales minute par minute

C'est aujourd'hui que les Québécois sont appelés aux urnes afin de choisir leurs élus municipaux. Comme à son habitude, le Journal de Lévis vous propose une couverture de cette journée décisive minute par minute afin que vous puissiez connaître les derniers développements de la fin de la campagne à Lévis ainsi qu'à Saint-Anselme et Saint-Michel-de-Bellechasse.

Le Club de golf Beaurivage s’animera pour la saison hivernale

Les nouveaux propriétaires du Club de golf Beaurivage lanceront cet hiver la première programmation hivernale du club de golf situé à Saint-Étienne-de-Lauzon. Au menu, sentiers de patin, de raquette ainsi que pistes de ski de fond.

10 ans pour la Maison de soins palliatifs du Littoral

En activité depuis le 11 novembre 2011, la Maison de soins palliatifs du littoral (MSPL) fêtera le 11 novembre prochain ses 10 ans. L’organisme, qui a pour mission d’accompagner les personnes en fin de vie, a réussi, lors de la dernière décennie, à aider aux alentours de 1 200 personnes et leur famille.

Les projets de la famille Gagné deviennent Batiga

Pierre Gagné et ses deux fils, Karl et Alexandre, sont derrière d’importants projets lévisiens, comme la construction du Lévis Centre des congrès, de l’hôtel Four Points by Sheraton et du complexe immobilier le Proxi, pour ne nommer que ceux-là. Cette année, la famille Gagné qui a évolué sous plusieurs entreprises a décidé de rassembler ses forces et créer la société immobilière Batiga.

Prostitution : Alliance-Jeunesse toujours en action

Le projet Volet Intervention Prostitution (VIP) existe depuis 2013 chez Alliance-Jeunesse Chutes-de-la-Chaudière. Ce volet, qui s’adresse aux travailleurs et travailleuses du sexe ainsi qu’aux victimes d’exploitation sexuelle, compte plus de 500 personnes majeures qui ont recours à ce service par année. Depuis maintenant un an, l’organisme lévisien a aussi mis en place le projet VIP juvénile, pour...

Une année de transition avant une «grande reconfiguration»

L’équipe pastorale des trois paroisses catholiques de Lévis et Saint-Lambert-de-Lauzon a connu plusieurs changements au cours de l’été. Fort de l’arrivée de nouveaux membres, le groupe qui anime la vie paroissiale de Saint-Jean-l’Évangéliste, Saint-Joseph-de-Lévis et Saint-Nicolas-de-Lévis travaillera sur plusieurs dossiers afin qu’il soit fin prêt pour sa nouvelle vocation d’équipe pastorale miss...

Dans l'œil de Michel - Chronique du 10 novembre 2021

Une campagne de sociofinancement GoFundMe a été lancée pour aider un garçon de 10 ans, Sanniel de Lévis (1re photo), atteint d’un cancer des os agressif et qui subit actuellement une chimiothérapie. Les dons permettront à la mère de rester à ses côtés pendant qu’il se concentre sur sa guérison. Pour les aider : www.gofundme.com/f/aider-sanniel-battre-le-cancer-des-os-10-ans.

Sanimax : Lévis voit ses demandes être acceptées par le gouvernement provincial

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis s'est réjouie, le 17 novembre, que le gouvernement du Québec a donné suite à ses demandes pour s'attaquer au problème d'odeurs de l'usine Sanimax, à Charny.

Atteint du parkinson, il relève le Défi vélo de Parkinson Québec

Carl Montpetit a 50 ans et est diagnostiqué de la maladie de Parkinson depuis l’âge de 43 ans. Le 24 août dernier, il a parcouru près de 180 kilomètres entre Victoriaville et Montmagny afin d’amasser des fonds dans le cadre du défi vélo de l’organisme Parkinson Québec. Au moment d’écrire ces lignes, le montant des dons amassés s’élevait à plus de 3 500 $.

Dans l'œil de Michel - Chronique du 17 novembre 2021

C’est avec beaucoup d’émotion qu’Anne Fournier a lancé son tout premier livre : Mahikan (1re photo). Avocate depuis plus de vingt-cinq ans, elle exerce principalement en protection de la jeunesse en milieu autochtone. Sa carrière en droit a été précédée d’une première brève incursion à l’université dans un tout autre domaine, suivie d’une période de cinq années où elle pratique le métier de photog...