CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Depuis le début de la vague de COVID-19 occasionnée par le variant Omicron, la Chaudière-Appalaches est durement touchée et ses hôpitaux régionaux également. En date du 6 janvier, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) recensait 107 patients hospitalisés répartis entre l’Hôtel-Dieu de Lévis, l’Hôpital de Saint-Georges, l’Hôpital de Montmagny et l’Hôpital de Thetford Mines.

«On n’était jamais monté plus haut qu’une cinquantaine de patients hospitalisés lors de la première vague, on a été touché avec une soixantaine de patients au maximum dans la dernière vague. En ce moment, avec des chiffres qui frisent les 100 hospitalisations, c’est la première fois en 22 mois que l’on connaît une telle situation […] Ça prend de la place et du personnel, on se retrouve dans la situation où on doit annuler des cas électifs (non urgents) ou de chirurgies électives afin de concentrer nos efforts sur cette clientèle COVID», a illustré le Dr Jean Lapointe, urgentologue et directeur adjoint des services professionnels au CISSS-CA.

Selon le Dr Lapointe, c’est l’impact des rassemblements du temps des Fêtes qui est constaté dans les hôpitaux de la région en ce moment. Bien que le variant Omicron soit moins morbide que le variant Delta, ce nouveau variant est 4,5 fois plus contagieux, ce qui fait en sorte qu’au prorata du nombre de cas, les hospitalisations sont plus nombreuses, a expliqué le professionnel de la santé.

Déjà, avant le début de cette nouvelle vague, le personnel du réseau de la santé était épuisé. Et la tension que les employés doivent porter sur leurs épaules depuis 22 mois se fait sentir, observe le Dr Lapointe. Certains ont quitté le navire tandis que d’autres travaillent d’arrache-pied en plus de faire du temps supplémentaire obligatoire. «Le moral n’est pas au top» et plusieurs sont en retrait préventif en raison de symptômes s’apparentant à la COVID. En date du 6 janvier, c’était 910 employés du réseau de la santé en Chaudière-Appalaches qui étaient en retrait préventif.

Une petite marge de manœuvre

Afin de répondre à la grande demande occasionnée par les cas de COVID-19 dans les hôpitaux de la région, plusieurs services ont été suspendus. «On a certaines marges de manœuvre, mais elles rétrécissent de plus en plus. On est rendu à la phase 3 de 4 au niveau du délestage. On a annulé des chirurgies (non urgentes), on roule à 50 % dans nos blocs opératoires et on a rapatrié du personnel qui était déployé dans nos cliniques externes, ce qui entraînera l’annulation de rendez-vous», a expliqué le Dr Jean Lapointe.

Si le CISSS-CA venait qu’à enclencher la phase 4, seulement les urgences seront traitées et certaines chirurgies pour des cas de cancer seront effectuées, le reste des effectifs devra se concentrer sur les hospitalisations engendrées par la COVID-19. Ces chirurgies et rendez-vous reportés s’ajouteront donc à la longue liste d’attente qui s’allonge depuis le début de la pandémie.

«On avait déjà une liste d’attente qui était épouvantablement longue en raison des 22 mois de pandémie. En réalité, la liste va continuer d’augmenter et après la vague d’Omicron, on va avoir à rattraper le retard qu’on a pris, on en a pour des mois et des mois, voire des années», a déploré l’urgentologue.

Utiliser les services adéquatement

Le Dr Lapointe invite la population de la région a bien utilisé les ressources du réseau de la santé offertes et de visiter l’urgence qu’en dernier recours. En effet, ce dernier propose aux personnes d’appeler leur médecin de famille, s’ils doivent consulter un docteur de façon non urgente. Cependant, il rappelle également qu’en cas d’urgence, il ne faut pas hésiter à se présenter à l’hôpital.

À ses yeux, la vaccination demeure la meilleure solution pour venir en aide au réseau de la santé. «Notre plus belle arme pour faire face à cette vague-là, c’est encore la vaccination et il y a des places de disponibles pour se faire vacciner en Chaudière-Appalaches, prenez-les! En étant vacciné, on peut contracter la maladie, oui, mais de façon beaucoup moins sévère», a-t-il conclu.

Les plus lus

Une fermeture difficile à avaler

Les propriétaires de restaurants et de cinémas du coin sont unanimes, la nouvelle fermeture des salles à manger et de cinéma qui est en vigueur depuis le 31 décembre est un coup très dur pour les ressources financières, humaines et matérielles de leurs entreprises.

Une fermeture qui déplaît

Certains citoyens sont mécontents de la décision de la Ville de Lévis de fermer certains sentiers du parc des Chutes-de-la-Chaudière lors de la saison hivernale.

Carambolage sur l'autoroute 20

L'autoroute 20 Ouest a été fermée pendant une bonne partie de la journée du 19 janvier, à partir de la route Lallemand (Lauzon) jusqu'au chemin du Sault à Saint-Romuald, à la suite d'une série de collisions survenues vers 11h impliquant plusieurs véhicules entre le chemin des Îles et un peu après l'avenue Taniata.

COVID-19 : Québec serre la vis aux non-vaccinés

Comme le premier ministre du Québec l’avait laissé entendre à la fin de la dernière année, le gouvernement provincial va de l’avant avec l’implantation de mesures restrictives visant les personnes non vaccinées contre la COVID-19. Lors d’une mise à jour sur la situation épidémiologique de la province le 6 janvier, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, en a fait l’annonce...

Legault donne un «grand coup» pour freiner la quatrième vague

En compagnie du ministre de la Santé, Christian Dubé, et du directeur national de santé publique, Dr Horacio Arruda, le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé, le 30 décembre, la mise en place d’une nouvelle série de mesures restrictives afin de freiner la propagation du coronavirus dans la province. Dès demain, les Québécois devront, entre autres, de nouveau vivre avec un couvre-...

COVID-19 : le nombre d'hospitalisations continue d'augmenter dans la région

Selon les données publiées jeudi par l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), le nombre de personnes hospitalisées en raison de la COVID-19 est encore à la hausse.

COVID-19 : plusieurs indicateurs continuent d'être au rouge dans la région

Selon les plus récentes données sur l'évolution de la pandémie dans la province publiées ce lundi par l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), la situation sanitaire de la Chaudière-Appalaches continue de se détériorer.

Québec présente son plan de match pour le retour des élèves en présence

En compagnie du directeur national de santé publique, Dr Horacio Arruda, le ministre de l’Éducation du Québec, Jean-François Roberge, a présenté, le 5 janvier, les mesures qui seront en vigueur pour permettre le retour des élèves en classe. Pour le moment, Québec vise toujours une rentrée présentielle pour le lundi 17 janvier.

Revue 2021 - Rétrospective de juin

Alors que le Vieux Bureau de Poste offrait deux comédies aux citoyens, Valérie Garneau recevait la médaille de citoyenneté d’honneur de Lévis. Sans oublier, en juin, les nouveautés dans la revitalisation de Charny, le nouvel Appart Anticafé et l’inauguration des Frigos partagés.

Les hôpitaux de la région débordés par la COVID-19

Depuis le début de la vague de COVID-19 occasionnée par le variant Omicron, la Chaudière-Appalaches est durement touchée et ses hôpitaux régionaux également. En date du 6 janvier, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) recensait 107 patients hospitalisés répartis entre l’Hôtel-Dieu de Lévis, l’Hôpital de Saint-Georges, l’Hôpital de Montmagny et l’Hôpit...