Sur la première photo : Mégane et Noémie sont les guides naturalistes qui accueillent les visiteurs. Sur la deuxième photo : La tourbière compte quelque 600 mares. �Photos : Aude Malaret

Milieu humide abritant une faune et une flore caractéristiques des tourbières, la Grande Plée Bleue a été aménagée il y a cinq ans pour la visite du public. La Société de conservation et de mise en valeur de ce territoire naturel exceptionnel voudrait qu’il soit protégé et devienne une réserve écologique.

Imaginez un territoire tellement acide que certaines des plantes qui y vivent sont carnivores et se nourrissent de minuscules invertébrés afin de survivre dans cet environnement pauvre en éléments nutritifs. Ces conditions de croissance difficile ont modelé le paysage distinctif des tourbières avec leurs conifères chétifs, leur sol d’arbustes et de broussailles et leur colonie de mousses, les sphaignes. Plusieurs végétaux, adaptés à ce milieu, y poussent toutefois parfaitement à leur aise et forme un écosystème riche et diversifié.

C’est la sphaigne qui rend le milieu très acide. «Quand elle prend ses nutriments, elle rejette des ions positifs qui créént une acidité. C’est caractéristique d’une tourbière», expliquent Noémie et Mégane, les guides naturalistes qui accueillent les visiteurs cet été, deux passionnées qui sont par ailleurs étudiantes en biologie.

La tourbière se forme par l’accumulation des matières organiques qui constituent la tourbe. «Quand les plantes meurent, elles ne se décomposent pas et restent dans le sol, puis sont ensevelies par la sphaigne et de nouvelles plantes», expliquent les guides. 

Âgée de 9 500 ans, la Grande Plée Bleue était à l’origine un lac qui, envahi par la sphaigne, a progressivement été enseveli sous la couche de tourbe qui peut atteindre jusqu’à 6 mètres. La tourbière compte aujourd’hui plus de 600 mares sur un territoire de 15 km2. Elle a été officiellement répertoriée en 1985.

L’accès se fait par un sentier de 1,2 km dans la forêt, puis une passerelle de 725 mètres aménagées dans la tourbière permet aux visiteurs d’admirer le paysage en toute sécurité. Une tour d’observation offre même un panorama à 360° sur la vaste étendue.

Lors de la construction des installations en bois, les travaux ont été principalement réalisés à la saison froide à cause de la nature humide des sols. «Ils ont mis des plaques de bois sur la tourbière, pour que le poids de la machinerie soit réparti sur le sol. La construction a été faite avec des machines manuelles pour éviter que la grosse machinerie rentre et s’enlise dans la tourbe», racontent-elles.

Découvrir un milieu fragile

Accueillis dans un petit chalet, les visiteurs peuvent découvrir des fourrures d’animaux sauvages et leurs traces avant de partir explorer la tourbière. «On se dirige dans la forêt et on fait un arrêt pour parler de l’histoire de la tourbière, la personne qui l’a découverte, ce qui a été fait depuis 1985. Quand on arrive à la tourbière, on explique ce que c’est, présentent Noémie et Mégane. On s’arrête aussi près d’une mare et on explique pourquoi elle se trouve ici, on montre la profondeur de tourbe qui peut aller jusqu’à six mètres. On présente aussi la faune, le poisson qui vit dans les mares. On parle des tapis flottants et donc de la sphaigne qui vient envahir l’eau.»

Milieu fragile, la Grande Plée Bleue n’est protégée par aucun statut de conservation, malgré plusieurs demandes au ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques pour que cet écosystème devienne une réserve écologique, ce qui permettrait de le mettre à l’abri de toute exploitation de ses ressources naturelles.

«Une réserve écologique, c’est un territoire qui a un statut de protection très élevé, comme les parcs du Canada et du Québec ou les réserves fauniques», soulignent Noémie et Mégane. Ces territoires protégés ont pour vocation la conservation, la recherche et l’éducation.

«C’est important de protéger la tourbière pour sa faune et sa flore qui y habitent. Aussi, une tourbière emmagasine le carbone et le garde dans la terre. Toutes les tourbières dans le monde contiennent le tiers du carbone prisonnier dans la terre. C’est important dans un contexte de changements climatiques», font valoir les guides. Plus du tiers des tourbières de la planète sont d’ailleurs situées au Canada.

Les visites guidées sont gratuites et sur inscription, du mercredi au samedi à 9h et 13h30, jusqu’au 21 août. Prévoir 2h30. Les visites libres sont permises le dimanche. Les guides sont présentes sur le sentier. Informations : grandepleebleue.ca, page Facebook @tourbieregrandpleebleue et 418 903-6660. La Grande Plée Bleue est située au 1170, chemin Ville-Marie à Lévis, dans le secteur Pintendre.

Les plus lus

Chocolats Favoris quittera temporairement le Vieux-Lévis

Les clients de la succursale du Vieux-Lévis de Chocolats Favoris devront changer leurs habitudes au cours des prochains mois. Comme des travaux majeurs devront être effectués dans le bâtiment qui accueille le commerce au 32, avenue Bégin, la chaîne a décidé de déplacer temporairement ses activités du Vieux-Lévis au quartier Miscéo.

Le Joffre fête ses 100 ans

Popularisé par le soldat de Saint-Anselme, Onésime Laliberté, à son retour de la Première Guerre mondiale en 1920, le jeu de cartes du Joffre est encore très populaire dans la région. En 2020, il fêtait ses 100 ans, mais cette fête a dû être reportée en raison de la pandémie et c’est le 25 août dernier que les amateurs de la région ont célébré son 100e anniversaire.

Un arbitre lévisien atteint la LHJMQ

Originaire de l’Outaouais, le Lévisien Mathieu Boudreau a obtenu un poste d’arbitre au sein de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), a annoncé cette organisation, le 11 août dernier. Celui qui a effectué ses premiers pas au sein de Hockey Gaspésie-Les Îles en 2012 a atteint un de ses objectifs dans sa jeune carrière d’arbitre.

Le Bazar de la Maison de la famille Rive-Sud enfin de retour

Après deux ans d’absence, Le Bazar de Lévis de la Maison de la famille Rive-Sud sera de retour le 22 et 23 octobre. L’événement prendra place pour une première fois à l’École Pointe-Lévy.

Chronique historique - Lévis, «gare» de Québec

Certains lecteurs se souviennent peut-être de l’immense installation de trains miniatures jadis située au deuxième étage de l’ancienne gare de Lévis. Cette curiosité fascinante s’inscrivait dans le riche passé ferroviaire de notre territoire.

Équiterre rend publique une analyse contre le troisième lien

Équiterre, un organisme prônant une «société écologique et juste» basé à Montréal, a publié, le 14 septembre, une analyse sur le troisième lien, menée par son experte en mobilité en collaboration avec le Pôle intégré de recherche - environnement, santé et société (PIRESS). Selon cette étude, le projet désiré par le gouvernement caquiste sortant échoue lamentablement le «test climat» qui a servi de...

Une nouvelle approche intégrée à l’école Vision

L’École trilingue Vision Rive-Sud, conjointement avec la petite école Vision Lévis, a lancé, le 25 août dernier, son année scolaire. L’école située à Saint-Romuald intégrera graduellement au cours des trois à quatre prochaines années une nouvelle approche afin d’enseigner les langues secondes, c’est-à-dire l’approche neurolinguiste (ANL).

Le Programme de soutien aux initiatives citoyennes lancé

La Ville de Lévis et la Corporation de développement communautaire (CDC) de Lévis ont officiellement lancé leur Programme de soutien aux initiatives citoyennes annoncé en février dernier, le 1er septembre dernier. Ainsi, la CDC de Lévis pilotera le projet qui permettra de soutenir les projets citoyens jusqu’à hauteur de 10 000 $.

Le conseil se penche sur la démolition du 4610, route des Rivières

Les élus municipaux de Lévis se sont réunis, le 19 septembre, pour une séance extraordinaire du conseil municipal. À cette occasion, les conseillers municipaux et le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, ont entendu les arguments des parties impliquées dans l’appel de la décision du comité de démolition de Lévis, autorisant la demande de démolition sous conditions du 4610, route des Rivières, à Sain...

Les Chevaliers prêts pour un nouveau défi

Les Chevaliers de Lévis, équipe évoluant dans la Ligue de développement du hockey M18 AAA du Québec (LHM18AAAQ), ont tenu un point de presse au restaurant La Cage à Lévis, le 31 août. Les dirigeants ont alors dévoilé leur effectif et leurs objectifs pour la prochaine saison.