CRÉDIT : BURST

En compagnie de la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, et du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, le premier ministre du Québec, François Legault, a présenté, le 23 septembre, le plan gouvernemental pour s’attaquer à la pénurie d’infirmières que vit la province Québec prévoit investir jusqu’à 1 G$ pour inciter des milliers d’infirmières à travailler de nouveau dans le réseau public de la santé.

«Ce que nous proposons aujourd’hui, c’est une petite révolution. Depuis plusieurs années et plusieurs gouvernements, notre système est dysfonctionnel. Le problème, c’est que 40 % des infirmières qui œuvrent dans le réseau de la santé sont à temps partiel. Cela provoque deux effets négatifs : le temps supplémentaire obligatoire et le recours aux agences privées de placement. […] On doit améliorer les conditions de travail pour assurer une meilleure qualité de vie pour nos infirmières. En attendant l’application des normes établies dans les nouvelles conventions collectives, on a besoin d’une passerelle. On a donc pensé en dehors de la boîte, de la bureaucratie et des anciennes façons de faire», a lancé M. Legault, lors d’une conférence de presse à l’Assemblée nationale.

Le plan misera principalement sur des incitatifs pour inciter les infirmières, des infirmières auxiliaires, des inhalothérapeutes et des perfusionnistes de demeurer à temps plein dans le réseau de la santé ou de revenir travailler au public à temps plein.

Les infirmières œuvrant déjà à temps plein dans le réseau et celles à temps partiel qui passeront à temps plein obtiendront une prime de 15 000 $. Pour leur part, les infirmières qui reviendront dans le réseau public obtiendront un boni de 12 000 $. Ces primes seront bonifiées de quelques milliers de dollars dans cinq régions où la pénurie d’infirmières est critique, soit en Outaouais, en Abitibi-Témiscamingue, dans le Nord-du-Québec, sur la Côte-Nord et en Gaspésie.

Le tiers de cette prime sera versée dès maintenant tandis que le reste du boni sera octroyé aux employées concernées dans un an. Si ce programme connaît un succès maximal, Québec devra investir 900 M$ en primes pour ces travailleuses.

De plus, le gouvernement provincial s’engage à accorder les meilleurs horaires de travail aux infirmières qui sont des employées du réseau public tandis que les quarts de travail moins intéressants seront réservés aux employées des agences de placement privées. Québec promet également de former 3 000 adjointes administratives cet automne, en vue d’une arrivée dans le réseau ce printemps, afin que les infirmières n’aient plus à passer près du tiers de leur temps de travail à remplir de la paperasse.

Enfin, le ministère du Travail planche sur diverses mesures afin d’accélérer la formation pour devenir infirmière auxiliaire ainsi que pour attirer des travailleurs de la santé provenant d’autres pays.

Objectif : ramener 4 300 infirmières

Avec toutes ces mesures, le gouvernement provincial espère ainsi résorber la pénurie d’infirmières dans le réseau de la santé. Actuellement, Québec aurait besoin de 4 300 infirmières pour combler ses besoins.

Si le programme connaît le succès que le gouvernement anticipe, Québec prévoit éliminer rapidement le recours au temps supplémentaire obligatoire (TSO) et réduire graduellement l’utilisation par le réseau des services des agences de placement privées.

«Nous avons bien entendu les cris des infirmières. Ce n’est pas une question d’argent, elles veulent la fin du temps supplémentaire obligatoire et une prévisibilité d’horaire afin d’avoir une meilleure qualité de vie, notamment au niveau de la conciliation travail-famille», a souligné M. Legault.

D’ailleurs, le ministre de la Santé a ensuite indiqué que des cadres dans chacun des centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) devront suivre la progression des réussites du programme. Christian Dubé a aussi fait savoir que Cirano sera responsable d’implanter un indice du bonheur afin de connaître régulièrement l’état du moral des travailleurs de la santé.

Des dirigeants confiants

Pendant l’annonce, plusieurs intervenants ont toutefois partagé leurs doutes face à l’optimisme du gouvernement quant à la réussite de son nouveau plan. Lors de la période de questions, des journalistes ont notamment rappelé que le réseau de la santé ne pourra plus compter sur plusieurs milliers de travailleurs dès le 15 octobre, date où les employés non vaccinés contre la COVID-19 devront être suspendus sans solde.

«Actuellement, on a environ 7 700 membres du personnel soignant au Québec qui ne sont pas vaccinés. Nous avons pu ramener 8 000 infirmières à la retraite l’an dernier grâce à Je contribue, (je crois que notre initiative pourra connaître le même succès). Les personnes qui n’ont pas reçu encore une dose d’un vaccin contre la COVID-19 peuvent toujours obtenir une dose d’ici le 15 octobre. (Si nous devons suspendre sans solde des employés à partir du 15 octobre), on mettra en place des solutions», a conclu M. Dubé.

Les plus lus

Les élections municipales minute par minute

C'est aujourd'hui que les Québécois sont appelés aux urnes afin de choisir leurs élus municipaux. Comme à son habitude, le Journal de Lévis vous propose une couverture de cette journée décisive minute par minute afin que vous puissiez connaître les derniers développements de la fin de la campagne à Lévis ainsi qu'à Saint-Anselme et Saint-Michel-de-Bellechasse.

Le Club de golf Beaurivage s’animera pour la saison hivernale

Les nouveaux propriétaires du Club de golf Beaurivage lanceront cet hiver la première programmation hivernale du club de golf situé à Saint-Étienne-de-Lauzon. Au menu, sentiers de patin, de raquette ainsi que pistes de ski de fond.

10 ans pour la Maison de soins palliatifs du Littoral

En activité depuis le 11 novembre 2011, la Maison de soins palliatifs du littoral (MSPL) fêtera le 11 novembre prochain ses 10 ans. L’organisme, qui a pour mission d’accompagner les personnes en fin de vie, a réussi, lors de la dernière décennie, à aider aux alentours de 1 200 personnes et leur famille.

Les projets de la famille Gagné deviennent Batiga

Pierre Gagné et ses deux fils, Karl et Alexandre, sont derrière d’importants projets lévisiens, comme la construction du Lévis Centre des congrès, de l’hôtel Four Points by Sheraton et du complexe immobilier le Proxi, pour ne nommer que ceux-là. Cette année, la famille Gagné qui a évolué sous plusieurs entreprises a décidé de rassembler ses forces et créer la société immobilière Batiga.

Prostitution : Alliance-Jeunesse toujours en action

Le projet Volet Intervention Prostitution (VIP) existe depuis 2013 chez Alliance-Jeunesse Chutes-de-la-Chaudière. Ce volet, qui s’adresse aux travailleurs et travailleuses du sexe ainsi qu’aux victimes d’exploitation sexuelle, compte plus de 500 personnes majeures qui ont recours à ce service par année. Depuis maintenant un an, l’organisme lévisien a aussi mis en place le projet VIP juvénile, pour...

Une année de transition avant une «grande reconfiguration»

L’équipe pastorale des trois paroisses catholiques de Lévis et Saint-Lambert-de-Lauzon a connu plusieurs changements au cours de l’été. Fort de l’arrivée de nouveaux membres, le groupe qui anime la vie paroissiale de Saint-Jean-l’Évangéliste, Saint-Joseph-de-Lévis et Saint-Nicolas-de-Lévis travaillera sur plusieurs dossiers afin qu’il soit fin prêt pour sa nouvelle vocation d’équipe pastorale miss...

Dans l'œil de Michel - Chronique du 10 novembre 2021

Une campagne de sociofinancement GoFundMe a été lancée pour aider un garçon de 10 ans, Sanniel de Lévis (1re photo), atteint d’un cancer des os agressif et qui subit actuellement une chimiothérapie. Les dons permettront à la mère de rester à ses côtés pendant qu’il se concentre sur sa guérison. Pour les aider : www.gofundme.com/f/aider-sanniel-battre-le-cancer-des-os-10-ans.

Sanimax : Lévis voit ses demandes être acceptées par le gouvernement provincial

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis s'est réjouie, le 17 novembre, que le gouvernement du Québec a donné suite à ses demandes pour s'attaquer au problème d'odeurs de l'usine Sanimax, à Charny.

Atteint du parkinson, il relève le Défi vélo de Parkinson Québec

Carl Montpetit a 50 ans et est diagnostiqué de la maladie de Parkinson depuis l’âge de 43 ans. Le 24 août dernier, il a parcouru près de 180 kilomètres entre Victoriaville et Montmagny afin d’amasser des fonds dans le cadre du défi vélo de l’organisme Parkinson Québec. Au moment d’écrire ces lignes, le montant des dons amassés s’élevait à plus de 3 500 $.

Dans l'œil de Michel - Chronique du 17 novembre 2021

C’est avec beaucoup d’émotion qu’Anne Fournier a lancé son tout premier livre : Mahikan (1re photo). Avocate depuis plus de vingt-cinq ans, elle exerce principalement en protection de la jeunesse en milieu autochtone. Sa carrière en droit a été précédée d’une première brève incursion à l’université dans un tout autre domaine, suivie d’une période de cinq années où elle pratique le métier de photog...