CRÉDIT : ARCHIVES

Par voie de communiqué, le président de la Fédération de l’Union des producteurs agricoles (UPA) de la Chaudière-Appalaches, James Allen, a déploré, le 3 octobre, que certains candidats aux élections fédérales en Chaudière-Appalaches se fassent «du capital politique sur le dos d'une partie de leurs concitoyens», les agriculteurs. Sans les nommer, l'UPA semble s'en prendre aux candidats du Parti populaire du Canada (PPC), une formation qui veut abolir le système de gestion de l'offre dans le domaine agricole.

«Je ne comprends pas qu’on puisse autant mépriser et mal connaître tout un secteur économique dont la base est constituée de familles entrepreneuriales agricoles. Ces milliers d’entreprises, ce sont autant de fiers entrepreneurs qui investissent que de familles agricoles qui contribuent à la vitalité économique de nos municipalités rurales. D’ailleurs, le secteur agricole est l’un des plus grands fournisseurs d’emplois pour l’économie de la région», a lancé M. Allen, tout en rappelant que l’agriculture en Chaudière-Appalaches génère des ventes de l’ordre de 1,84 G$, et ce, annuellement.

Citant une étude de la Société Nielsen, le président des Producteurs de lait de Chaudière-Appalaches-Sud, Bruno Cyr, a pour sa part contesté l’idée selon laquelle les produits laitiers seraient plus chers au Canada.

«En 2018, un litre de lait respectant nos normes de qualité coûtait en moyenne 1,51 $ au Canada, 1,81 $ en Nouvelle-Zélande et 1,64 $ aux États-Unis.Il faut cesser de croire aux utopies libertariennes. Pour demeurer compétitifs sur les marchés mondiaux, l’Europe, les États-Unis, l’Australie et la Nouvelle-Zélande viennent en aide à leur industrie laitière. Ce n’est pas un réel libre marché. Je ne crois pas que les Canadiens souhaitent opter pour ce modèle. C’est pourquoi mettre fin à la gestion de l’offre serait répéter la même erreur que d’autres pays, où les petits producteurs sont de moins en moins nombreux et sont progressivement remplacés par quelques géants qui contrôlent toute la chaîne de production, du prix versé au producteur au prix payé par le consommateur», a argué M. Cyr.

«La gestion de l’offre est l’un des moyens dont s’est doté notre pays pour offrir un revenu juste et équitable aux producteurs agricoles, ainsi que des prix stables et accessibles aux consommateurs. Le tout est géré par deux organismes indépendants, la Régie des marchés agricoles du Québec et la Commission canadienne du lait, qui établissent les coûts à répartir entre tous les maillons de la chaîne, du producteur au consommateur, en passant par le transformateur et le distributeur. Voilà pourquoi l’agriculture rapporte à tous», a quant à lui renchéri M. Allen.

 

Les plus lus

Un nouvel acteur dans la vie politique municipale

Ils sont dans la vingtaine, possèdent déjà une expérience politique et veulent contribuer au développement de leur ville. Jonathan Tanguay, Carl Lavoie et Lysa Bergeron ont créé Repensons Lévis, un groupe de réflexion qui veut influencer les décideurs municipaux et proposer de nouvelles initiatives.

Mesures facilitantes et gratuites pour les terrasses à Lévis

La Ville de Lévis a laissé savoir par voie de communiqué, le 26 juin dernier, qu’elle autorise gratuitement l’occupation de son espace public pour l’installation ou l’agrandissement de terrasses pour l’été 2020. Certaines rues pourraient également être réservées aux piétons pendant la saison estivale.

PPU du Vieux-Lauzon : le conseil municipal adopte le projet de règlement

Lors de la séance ordinaire du conseil du 6 juillet, les échevins de Lévis ont adopté le projet de règlement du programme particulier d’urbanisme (PPU) du Vieux-Lauzon. Il s’agit du dernier PPU que l’administration Lehouillier désirait mettre en place dans certains quartiers historiques de Lévis.

1,1 M$ d’investissements routiers dans Bellechasse

La députée de Bellechasse, Stéphanie Lachance, a annoncé, au nom du ministre des Transports, François Bonnardel, un investissement de 1,1 M$ pour les projets routiers de trois municipalités de la circonscription de Bellechasse, le 10 juin. Elle a également souligné que les travaux routiers assurés par le ministère des Transports (MTQ) dans la région, dévoilés en février dernier, respecteront l’éch...

Le conseil en bref

Une nouvelle fois grâce à la technologie, les échevins de Lévis se sont réunis, le 8 juin, pour siéger. Voici un résumé des décisions qui ont été prises lors de cette séance ordinaire du conseil municipal.

Le conseil municipal du 22 juin en bref

Toujours par l’entremise de la technologie, les membres du conseil municipal de Lévis se sont réunis, le 22 juin, lors d’une séance ordinaire de l’instance. Voici un résumé des décisions prises par les échevins lors de leur deuxième réunion de juin.

COVID-19 : Legault dresse un premier bilan

En reprenant une analogie sportive, le premier ministre du Québec, François Legault, a dressé un premier bilan des actions du gouvernement provincial pour freiner la propagation de la COVID-19 depuis le début de la crise sanitaire, il y a trois mois.

Le premier ministre Legault dans la région aujourd'hui

Le premier ministre du Québec, François Legault, effectue aujourd'hui une visite en Chaudière-Appalaches.

COVID-19 : Québec oblige les masques dans les transports en commun

Dans le cadre d’une conférence de presse à Montréal, le 30 juin, le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé que le port du masque sera obligatoire dans les transports en commun à compter du 13 juillet. À partir du 27 juillet, les usagers de transports en commun sans masque se verront refuser l’accès.

COVID-19 : Legault demande le soutien de l’opposition pour le projet de loi 61

Le Québec a franchi le cap des 5 000 décès causés par la COVID-19, le premier ministre du Québec, François Legault, en a fait le constat lors de son point de presse quasi quotidien, ce 9 juin. Il a également demandé aux partis d’opposition de trouver un terrain d’entente afin d’adopter le projet de loi 61 qui vise à relancer l’économie en allégeant les procédures nécessaires afin d’accélérer les p...