CRÉDIT : ARCHIVES

Par voie de communiqué, le président de la Fédération de l’Union des producteurs agricoles (UPA) de la Chaudière-Appalaches, James Allen, a déploré, le 3 octobre, que certains candidats aux élections fédérales en Chaudière-Appalaches se fassent «du capital politique sur le dos d'une partie de leurs concitoyens», les agriculteurs. Sans les nommer, l'UPA semble s'en prendre aux candidats du Parti populaire du Canada (PPC), une formation qui veut abolir le système de gestion de l'offre dans le domaine agricole.

«Je ne comprends pas qu’on puisse autant mépriser et mal connaître tout un secteur économique dont la base est constituée de familles entrepreneuriales agricoles. Ces milliers d’entreprises, ce sont autant de fiers entrepreneurs qui investissent que de familles agricoles qui contribuent à la vitalité économique de nos municipalités rurales. D’ailleurs, le secteur agricole est l’un des plus grands fournisseurs d’emplois pour l’économie de la région», a lancé M. Allen, tout en rappelant que l’agriculture en Chaudière-Appalaches génère des ventes de l’ordre de 1,84 G$, et ce, annuellement.

Citant une étude de la Société Nielsen, le président des Producteurs de lait de Chaudière-Appalaches-Sud, Bruno Cyr, a pour sa part contesté l’idée selon laquelle les produits laitiers seraient plus chers au Canada.

«En 2018, un litre de lait respectant nos normes de qualité coûtait en moyenne 1,51 $ au Canada, 1,81 $ en Nouvelle-Zélande et 1,64 $ aux États-Unis.Il faut cesser de croire aux utopies libertariennes. Pour demeurer compétitifs sur les marchés mondiaux, l’Europe, les États-Unis, l’Australie et la Nouvelle-Zélande viennent en aide à leur industrie laitière. Ce n’est pas un réel libre marché. Je ne crois pas que les Canadiens souhaitent opter pour ce modèle. C’est pourquoi mettre fin à la gestion de l’offre serait répéter la même erreur que d’autres pays, où les petits producteurs sont de moins en moins nombreux et sont progressivement remplacés par quelques géants qui contrôlent toute la chaîne de production, du prix versé au producteur au prix payé par le consommateur», a argué M. Cyr.

«La gestion de l’offre est l’un des moyens dont s’est doté notre pays pour offrir un revenu juste et équitable aux producteurs agricoles, ainsi que des prix stables et accessibles aux consommateurs. Le tout est géré par deux organismes indépendants, la Régie des marchés agricoles du Québec et la Commission canadienne du lait, qui établissent les coûts à répartir entre tous les maillons de la chaîne, du producteur au consommateur, en passant par le transformateur et le distributeur. Voilà pourquoi l’agriculture rapporte à tous», a quant à lui renchéri M. Allen.

 

Les plus lus

Logement social : où sont les investissements?

Le regroupement Concertation Logement Lévis lance un cri d’alarme face à la situation du logement social et communautaire à Lévis. Ses membres s’inquiètent de l’absence de nouveaux investissements ces dernières années.

La FPMQ demande l’équité au sein des corps policiers

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FMPQ) a demandé à la ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault, de mettre fin à l’iniquité dans le financement des services policiers entre les corps de police municipaux et les municipalités desservies par la Sûreté du Québec (SQ), le 27 octobre dernier.

Écolivres cherche son équilibre

Depuis l’ouverture de sa seconde succursale en mars 2018 à Saint-Romuald, Écolivres rencontre des difficultés financières. Une subvention de 20 000 $ accordée par la Ville devrait permettre à l’organisme de passer le cap puisque ses activités sont en forte croissance.

Les jeunes aussi ont voté à Lévis

Même s’ils ne sont pas en âge de voter, des élèves du primaire et du secondaire ont participé à une simulation de vote dans leur école. Les jeunes pouvaient donner leur voix à l’un des candidats officiels qui se présentaient aux élections fédérales de 2019 dans Bellechasse-Les Etchemins-Lévis et Lévis-Lotbinière.

Élections fédérales : les vainqueurs et les défaits réagissent

Les députés du Parti conservateur du Canada Steven Blaney, dans Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, et Jacques Gourde, dans Lévis-Lotbinière, ont remporté pour une cinquième fois consécutive leurs élections, le 21 octobre dernier.

La jeunesse consultée par le Québec

L’adjoint parlementaire du premier ministre pour le volet jeunesse, Samuel Poulin, était de passage à Lévis, le 11 octobre. Première de cinq, cette consultation mènera à l’élaboration du Plan jeunesse 2021-2026 du gouvernement québécois, qui sera lancé en décembre prochain.

Conseil en bref : les commerçants de la rue Saint-Laurent peuvent demander une aide

Une séance du conseil municipal s’est tenue le 28 octobre à l'hôtel de ville de Lévis. Voici en résumé les principaux points adoptés ou abordés lors de la séance par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux.

La Ville de Lévis présente ses investissements majeurs à venir

Projet phare du nouveau programme triennal d’immobilisations, une centrale incluant le poste de police, la cour municipale et les services juridiques sera construite pour un coût total de 53 M$. Dans ce PTI 2020-2021-2022, la Ville de Lévis consacre aussi près d’un tiers des 401,2 M$ d’investissements inscrits aux infrastructures municipales, dont 71,3 M$ pour le réseau d’aqueduc et d’égouts ainsi...

Melançon en veut davantage pour aider les médias

À la suite d’une visite du Journal dans le cadre de la Semaine nationale des journaux le 9 octobre, la porte-parole de l’opposition officielle en matière de culture et de communications, Isabelle Melançon, a profité de l’occasion pour demander au gouvernement provincial un plan d’aide plus ambitieux pour les médias. La députée libérale de Verdun déplore notamment que Québec n’ait pas mis en place ...

Les élus municipaux ajustent leur salaire

À la suite de la mise en place d’une imposition fédérale sur l’allocation de dépenses des élus municipaux, le conseil municipal a demandé la modification de la rémunération des élus municipaux afin de compenser cette perte.