CRÉDIT : CLAUDE MATHIEU

À la suite d’une visite du Journal dans le cadre de la Semaine nationale des journaux le 9 octobre, la porte-parole de l’opposition officielle en matière de culture et de communications, Isabelle Melançon, a profité de l’occasion pour demander au gouvernement provincial un plan d’aide plus ambitieux pour les médias. La députée libérale de Verdun déplore notamment que Québec n’ait pas mis en place des mesures pour imposer les revenus des géants du Web (Google, Apple, Facebook, Apple et Microsoft).

«Les mesures annoncées au début d’octobre pour les médias écrits (crédit d’impôt sur les salaires des travailleurs créateurs de contenus, allègement des coûts pour le recyclage du papier et aide financière pour la transition numérique) sont un premier pas. On essaie de traiter une maladie en ne s’attaquant pas au vrai problème. Le vrai problème, ce sont les géants du Web. Il y a une concurrence déloyale entre eux, qui ne paient pas d’impôts et de taxes ici, et les médias, qui en paient», a d’emblée lancé Mme Melançon.

Selon la porte-parole de l’opposition officielle en matière de culture et de communications, Québec devrait s’inspirer de la France et de la Norvège qui imposent les revenus de ces entreprises américaines. 

En y ajoutant les sous récoltés grâce à la perception de la taxe de vente du Québec (TVQ) par les entreprises numériques étrangères (62 M$ depuis le 1er janvier 2019), ces nouveaux revenus obtenus par le gouvernement provincial lui permettraient de créer un fonds dédié. Ce dernier financerait les mesures d’aide à tous les médias et les productions culturelles qui sont touchés par la crise des revenus provoquée par les géants du Web.

«Nous n’avons pas à être à la remorque d’Ottawa. […] Selon mes calculs, en réunissant l’argent obtenu par la perception de la TVQ, en allant chercher la TPS qui est actuellement laissée sur la table par le gouvernement fédéral ainsi qu’en imposant à la hauteur de 3 % les revenus des géants du Web, j’étais rendue à 120 M$. Présentement, le crédit d’impôt accordé aux responsables de contenus de médias écrits est payé par les contribuables. Plutôt que de faire payer les citoyens, ce serait payé par des entreprises de Californie. Les géants du Web pourraient ainsi payer leur juste part. Avec cet argent, on pourrait assurer la survie de nos médias et de l’information régionale», a expliqué Isabelle Melançon.

Passer à l’action

 Également, la députée libérale de Verdun déplore que le programme d’aide actuel crée deux classes de journalistes : ceux des médias écrits qui ont reçu du support gouvernemental et ceux des autres médias (radio et télévision) qui n’ont rien reçu. Selon Isabelle Melançon, l’aide devrait être uniforme. 

De plus, elle ne comprend toujours pas pourquoi le gouvernement provincial ne montre pas l’exemple en modifiant ses politiques d’achat de publicités afin de soutenir les médias québécois.

«C’est une immense déception pour moi. En mai, j’ai déposé une motion qui a été adoptée à l’unanimité demandant au gouvernement de montrer l’exemple à ce niveau. Je croyais qu’au lendemain de l’adoption de cette motion, la ministre de la Culture (Nathalie Roy) allait rédiger une directive demandant à tous les ministères et les sociétés d’État d’agir en ce sens. Six mois plus tard, il n’y a toujours rien de fait. Chaque jour qu’on perd, c’est une journée de moins pour permettre aux médias d’obtenir ces revenus. C’est ridicule. Le gouvernement caquiste est d’une lenteur», a-t-elle critiqué.

En plus du gouvernement provincial, Isabelle Melançon estime que les municipalités ont «un rôle à jouer pour permettre aux médias de survivre». Toutefois, elle ne renie pas l’adoption par le précédent gouvernement libéral de la loi 22. Cette pièce législative a permis aux municipalités d’arrêter la publication de leurs avis publics dans les médias, une décision décriée par plusieurs journaux. 

Les plus lus

Un troisième lien reliant les deux centres-villes?

Selon ce qu'a dévoilé le FM93, le gouvernement provincial privilégierait un nouveau tracé pour le projet de troisième lien routier interrives entre Lévis et Québec. Plutôt que de passer près de l'île d'Orléans, l'infrastructure désirée par plusieurs dans la région relierait l'autoroute 20, à la hauteur de la route Monseigneur-Bourget à Lauzon, à l'autoroute Laurentienne, près du Stade Canac à Québ...

Conseil en bref : la Ville met fin au projet Rabaska

Voici le résumé des éléments marquants du conseil municipal tenu par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux, le 27 janvier dernier.

Politique : Babu songe à se présenter… et dans Bellechasse

À une époque où de plus en plus de personnalités publiques font le saut en politique ou tentent de le faire, certains hésitent à se lancer ou préfèrent le moment opportun pour le faire. L’animateur Dany «Babu» Bernier, bien connu à Lévis pour son émission sur les ondes de CJMD, n’a jamais caché son intérêt pour le sujet, mais ne sait pas encore dans quelle catégorie il se situe. S’il devait se la...

Un Lévisien dans les coulisses de l’Assemblée nationale

Originaire de Saint-Nicolas, Jean-Christophe Anderson est l’un des cinq stagiaires qui participent au stage de la Fondation Jean-Charles-Bonenfant depuis le mois de septembre dernier. Ce stage, qui se terminera en juin, lui permet de découvrir les coulisses de l’Assemblée nationale en étant jumelé à un député du parti au pouvoir et un député d’un parti de l’opposition, il participera également à u...

Le développement au cœur de la vision du maire Lehouillier

Exercice annuel livré par le maire de la Ville devant la communauté d’affaires lévisienne, le dîner-conférence de la Chambre de commerce de Lévis (CCL) du 4 février a donné l’occasion à Gilles Lehouillier de rappeler sa vision d’avenir du «Lévis de demain». L’accent a été mis sur l'impact des nouvelles infrastructures et constructions sur le territoire.

311, portail Web et heures de glace : de nouveaux services

Horaires élargis des équipements sportifs pour le public et amélioration du service client de la Ville de Lévis, Gilles Lehouillier a annoncé, lors de sa conférence annuelle devant la communauté d’affaires, que la municipalité compte mettre en service de nouveaux outils.

Voyer tente de nouveau sa chance

Lors d’une entrevue à l’émission Les sales des nouvelles de CJMD 96,9, André Voyer a annoncé, le 23 janvier, qu’il sera candidat indépendant à la mairie de Lévis lors des prochaines élections municipales de 2021.

Maison des aînés et alternatives : 185 nouvelles places dans la région

De passage le 28 janvier à Disraeli pour une tournée avec François Jacques, député de Mégantic, la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais (sur la photo), a profité de l'occasion pour annoncer que 156 places en maison des aînés et 29 places en maison alternative seront créées en Chaudière-Appalaches.

Développement culturel : 167 500 $ de plus pour Lévis

Le gouvernement du Québec a bonifié de 444 135 $ les sept ententes de développement culturel (EDC) en Chaudière-Appalaches. La ministre déléguée au Développement économique régional et responsable de la région, Marie-Eve Proulx, en a fait l’annonce dans un communiqué le 24 janvier.

Gourde appuie MacKay

Lors d'une conférence de presse à La Boîte à Malt, à Saint-Nicolas, le 17 février, le député conservateur de Lévis-Lotbinière, Jacques Gourde, a donné son appui à Peter MacKay, candidat à la course à la direction du Parti conservateur du Canada (PCC).