Charles-Olivier Roy a modélisé une ébauche de ce à quoi la vue de chez lui pourrait ressembler si le projet de remplacement des Scies Mercier était réalisé. (Photo 1 : après. Photo 2 : avant.) - CRÉDIT : CHARLES-OLIVIER ROY

Un résident et voisin du vieux bâtiment des Scies Mercier situé dans le Vieux-Lévis s’oppose fortement à la démolition de cette bâtisse patrimoniale ainsi qu’au projet d’immeuble qui accueillera six unités résidentielles modernes prévu pour remplacer ce pan de l’histoire lévisienne. À quelques jours de la date limite des dépôts de demande d’appel de la décision du comité de démolition, Charles-Olivier Roy sollicite les citoyens à s’opposer à ce projet qui «changera le cœur du Vieux-Lévis».

Celui dont la famille possède depuis près de 150 ans les terrains voisins des Scies Mercier a modélisé, selon les barèmes établis par les promoteurs, ce à quoi pourrait ressembler l’immeuble si le projet se concrétisait. Pour Charles-Olivier Roy, qui a une expertise dans le domaine de la modélisation et qui modélisé la statue du chevalier de Lévis qui s’élève sur la terrasse située dans le Vieux-Lévis, le projet de remplacement des Scies Mercier cachera entièrement la vue des voisins et ne s’harmonisera pas au style du vieux quartier lévisien.

«Il y a, oui, notre intérêt personnel dans cet enjeu, mais il se conjugue très facilement avec l’intérêt de tous les citoyens de la ville de Lévis et tous ceux qui visitent le cœur du Vieux-Lévis pour profiter de ce secteur. Si on perd ce combat-là, tout le monde va perdre», expose-t-il.

Le Lévisien souligne que les propriétaires du terrain et du bâtiment qui abritaient autrefois les Scies Mercier ont laissé l’immeuble «tomber en ruines». Selon lui, les plans du projet qui ont été présentés à la Ville sont «trompe-l’œil», c’est ce qui l’a poussé à faire une modélisation de son cru du projet et l’a intégré dans les images satellites de Google Earth pour montrer une tout autre perspective.

Ajoutons que M. Roy comprend que la réfection du bâtiment serait onéreuse, mais il soutient qu’un projet de remplacement public comme un parc serait bien plus approprié.

Une adoption de règlement qui inquiète

Pour le voisin des Scies Mercier, une autre problématique ressort de ce dossier puisqu’un règlement a été adopté par le conseil municipal concernant le règlement sur les plans d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA) – volet patrimonial. Ce règlement en vigueur depuis mars 2020 indique que si un bâtiment de grande valeur patrimoniale est démoli en raison d’un sinistre ou d’une demande de démolition autorisée par la Ville, son terrain perd sa vocation de grande valeur patrimoniale et n’est donc plus soumis aux règlements entourant le volet patrimonial lors de la construction d’un projet de remplacement.

«La Ville ouvre grand la porte à un changement radical dans le Vieux-Lévis. On pourrait voir des choses incroyables apparaître à côté du couvent de Lévis, on pourrait voir des condos ultras modernes à côté de L’Anglicane et ainsi de suite», s’inquiète M. Roy.

La Ville suit les processus établis

Questionné à ce propos lors d’une mêlée de presse, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier a souligné qu’il était «un peu prématuré» pour le conseil municipal de prendre position puisqu’il n’a pas encore été «saisi du dossier» comme le comité désigné à ce projet y travaille toujours, conformément au processus à respecter.

De son côté, la direction des communications de la Ville de Lévis a mentionné dans un échange de courriels avec le Journal que «le comité de démolition doit, entre autres, évaluer le projet en fonction des critères énumérés à l’article 13 du règlement, dont l’harmonisation du bâtiment et de l’aménagement dans le voisinage ainsi que l’effet du bâtiment et de l’aménagement sur la qualité de vie du voisinage» et que «les élévations et des simulations visuelles ont été fournies par les requérants dans leur demande».

Concernant la modification à la règlementation, la direction des communications soutient qu’un terrain vacant ne possède pas de valeur patrimoniale en fonction de ce règlement. «Donc, si un bâtiment disparait en fonction d’un sinistre (incendie, effondrement, etc.) ou d’une démolition autorisée, il n’y a plus de valeur patrimoniale puisqu’il n’y a plus de bâtiment. Une valeur patrimoniale d’un bâtiment n’est pas transférable à son terrain», a spécifié la Ville. Cette dernière indique finalement qu’«un terrain peut évidemment avoir une valeur paysagère, une valeur de localisation, une valeur historique et archéologique», mais qu’il ne faut pas le confondre ces éléments avec ceux reliés à la valeur patrimoniale d’un bâtiment.

Les plus lus

Revitalisation des vieux quartiers : la Ville dévoile des investissements pour le Vieux-Lauzon

C’est en compagnie des conseillères municipales Amélie Landry (Bienville) et Fleur Paradis (Lauzon) ainsi que du directeur général de l’Office municipal d’habitation de Lévis, François Roberge, que le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a annoncé que la ville allait investir 4 M$ pour revitaliser le secteur de la rue Saint-Joseph, à Lauzon. Comme précédemment annoncé, cet effort municipal sera axé...

Le conseil municipal du 28 juin en bref

Les échevins de Lévis se sont réunis virtuellement le 28 juin, lors d’une séance ordinaire du conseil municipal de Lévis. Voici un résumé des décisions importantes qui ont été prises ainsi que des points majeurs qui ont été discutés.

Conseil en bref : des avancements dans le dossier des poules urbaines

En l’absence du maire de Lévis Gilles Lehouillier, Guy Dumoulin, maire suppléant, et les conseillers municipaux se sont rassemblés virtuellement lors d’une séance ordinaire du conseil, le 6 juillet dernier. Voici un résumé des principaux points abordés ou adoptés au cours de cette rencontre.

La Ville investira 4,1 M$ pour poursuivre la revitalisation de Charny

C’est en compagnie des conseillers municipaux représentant ce quartier, Karine Lavertu et Michel Turner, que le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a annoncé, le 30 juin, que son administration allait investir prochainement 4,1 M$ à Charny. Cette somme permettra à la municipalité de concrétiser des travaux pour revitaliser certaines parties du Vieux-Charny.

Steven Blaney ne sollicitera pas de nouveau mandat

Le député fédéral de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, Steven Blaney, a annoncé cet après-midi qu'il ne sollicitera pas un autre mandat lors des prochaines élections fédérales, qui devraient être déclenchées d'ici la fin de l'été.

Deux nouvelles conventions collectives officiellement entérinées à la Ville

Les échevins de Lévis ont officiellement approuvé les deux ententes intervenues entre la Ville et les syndicats représentant les cols bleus et les professionnels de la municipalité, lors d’une séance ordinaire du conseil municipal le 12 juillet. Par erickdeschenes@journaldelevis.com

Le Collectif Virage veut plus d’ambition pour la mobilité durable

Si le Collectif Virage voit d’un bon œil l’adoption d’une première politique environnementale par la Ville de Lévis, le groupe de citoyens qui militent pour un transport plus vert aimerait que la municipalité mette rapidement en place un plan de mobilité durable alors que les projets d’infrastructure dans ce domaine sont au cœur de l’actualité régionale.

Représenter la jeunesse et le Québec à Ottawa

C’est le 17 juin dernier que le Bloc québécois a tenu son assemblée d’investiture dans la circonscription de Lévis-Lotbinière. Samuel Lamarche, un jeune Lévisien de 23 ans, a alors été officiellement investi candidat de la formation dirigée par Yves-François Blanchet en vue des prochaines élections fédérales.

Le conseil municipal du 12 juillet en bref

Les élus municipaux de Lévis se sont réunis virtuellement le 12 juillet, lors d’une séance ordinaire du conseil municipal. Voici un résumé des points importants abordés ou adoptés lors de la réunion des échevins, la dernière rencontre prévue à l’horaire avant les vacances estivales.

Le chef du SPVL quitte pour la retraite

La Ville de Lévis a annoncé, le 13 juillet, le départ à la retraite, le 4 septembre prochain, du directeur du Service de police de la Ville de Lévis, Michel Desgagné.