Le périple entraîne le public de Londres à Anvers en passant par Paris, Bagdad et Montréal. CRÉDIT : COURTOISIE

Présentée le 10 octobre, la pièce Warda de l’auteur Sébastien Harrisson sera la première de la série Théâtre 2019-2020 (lire aussi p.35) à L’Anglicane.

C’est l’histoire de Jasmin, un jeune as de la finance qui calcule tout en terme d’argent et vit détaché de ses émotions jusqu’au jour où il pose les yeux sur un tapis bien banal qui va pourtant le fasciner. Cet objet de convoitise l’entraîne dans une quête identitaire.

«La pièce réfléchit à ce qu’il se passe quand l’objet qu’on convoite n’a pas de prix. Ça remet toute sa conscience du monde en perspective. Ça le pousse vers le désir de l’autre, vers une quête identitaire», présente Mireille Pouliot, coordonnatrice aux arts de la scène.

«C’est un personnage qui pense toutes les sphères de sa vie en terme de rentabilité et d’efficacité. Jasmin limite ses contacts humains à des tractations. À cause de cette rencontre inopinée à Londres, il est obligé de revoir sa façon d’envisager les relations avec les gens et avec sa famille», partage l’auteur de Warda, Sébastien Harrisson.

À contre courant de la frénésie commerciale, il montre un rapport sensible aux choses. «On vit à une époque où toute chose est considérée comme ayant un prix, une valeur marchande. Même notre vie privée est exposée à tout ça avec les médias sociaux, les likes, cette façon d’essayer d’avoir du succès avec sa propre vie. C’est comme si on la marchandait», observe Sébastien Harrisson.

Préoccupé par cette réalité, il se demande «comment on peut revoir notre grille de valeur au contact des autres». Les personnages qui apparaissent tour à tour questionnent le personnage principal, le confrontent puis discutent avec lui dans leurs propres langues qui donnent beaucoup de texture à cette toile multiculturelle.

Le périple entraîne le public de Londres à Anvers en passant par Paris, Bagdad et Montréal. Dans cette collaboration internationale, le dépaysement est à l’image du parcours suivi par le personnage et de ses rencontres. «Ça vient enrichir et colorer l’histoire, un conte fantastique aux airs de thriller», illustre Mireille Pouliot.

«On est à la fois dans quelque chose de très actuel, des enjeux géopolitiques, des gens qui voyagent, des rencontres entre les cultures. C’est très contemporain. En même temps, ça relève du conte, car il y a une part de fantastique, de mystère et une dimension initiatique puisqu’on suit un personnage, Jasmin, qui se retrouve pris dans une aventure, une quête», poursuit Sébastien Harrisson.

Quant au tapis à l’origine de la quête de Jasmin, «c’est un objet fascinant, confie l’auteur. Tout en étant un objet du quotidien, un objet décoratif, il est fait par des artisans à la main, de moins en moins toutefois, car il y a une industrialisation des processus».

S’il peut se retrouver dans n’importe quelle maison, «pour les cultures perse ou arabe qui ont développé cet art, le tapis représentait un jardin qui lui même représente le monde par analogie. C’est comme un morceau de monde pour moi», ajoute celui qui les collectionne.

Finalement, le tapis représente aussi l’idée du tissage. Les trames qui s’entremêlent et s’entrecroisent créent des motifs. Un métissage voulu par l’auteur qui ne cache pas son «plaisir de faire s’entremêler les fils des cultures» dans cette pièce très actuelle.

Réservations  au 418 838-6000 ou au billetterie.langlicane.com.

Les plus lus

The Young Cast de retour sur NBC le 23 juin

La troupe du studio de danse lévisien District.Mao s'est qualifiée grâce à sa performance présentée le 9 juin dernier à l'émission américaine World of Dance sur NBC. The Young Cast reviendra le 23 juin devant les juges pour défendre sa place dans cette quatrième saison de la compétition.

Une programmation musicale en ligne

Les Événements Jeunesse Venite Adoremus (ÉJVA) et l'Opéra de Lévis ont annoncé, le 1er juin, que le reste de leur saison artistique se fera virtuellement. Les événements de la programmation 2020 seront disponibles sur leur site Web. La première présentation aura lieu ce vendredi 5 juin.

Un concert à la maison comme si on y était

Le Vieux Bureau de Poste (VBP), avec 17 autres diffuseurs de Réseau Centre dont fait partie la salle lévisienne, diffuseront une série de cinq spectacles en ligne. Malgré une scène bien vivante, l’horizon reste flou pour le déconfinement des salles de spectacles.

Les finissants en arts visuels exposent virtuellement

Les 16 finissants du programme d’Arts visuels du Cégep de Lévis-Lauzon présentent au public leurs œuvres de fin d’études dans des galeries en ligne. Les expositions se tiennent habituellement à Regart, centre d’artistes en art actuel, et au Centre d’exposition Louise-Carrier.

Cartographies imaginaires en vitrine

Composée de 16 gravures rehaussées au crayon de couleur, Nous ne contrôlons pas le soleil est une installation de Marie-Claude Drolet. L’œuvre est exposée dans la vitrine de Regart jusqu’au au 26 juin.

Un tableau offert à une employée d’épicerie

Membre de l’Association des artistes de la Rive-Sud (AARS), la peintre Michèle Paris a offert l’un de ses tableaux au magasin Avril, situé à Saint-Romuald.

Le comic book de Ça fout la chienne prend forme

Dans les cartons du Lévisien Luca Jalbert depuis quelques mois, le comic book annuel qui remplacera le magazine trimestriel Ça fout la chienne a littéralement pris son envol en raison de la crise du coronavirus.

Exposition : Louis-Fréchette et Moi à découvrir cet été

La Maison natale de Louis Fréchette a rassemblé 15 artistes qui évoquent dans leurs créations la mémoire de l’écrivain lévisien et son œuvre littéraire. L’exposition d’arts visuels est présentée du 24 juin au 1er septembre.

Nicolas Dussault donnera des concerts en ligne cet été

Le pianiste lévisien Nicolas Dussault présente une série de cinq concerts instrumentaux en ligne. Les prestations seront commentées et chacune des soirées musicales se déroulera sous un thème différent.

Du rap québécois virtuel

Le 12 juin dernier, le groupe de rap lévisien Taktika a présenté un concert virtuel de rap québécois. Le spectacle a été tourné en direct de L’Anti Bar et Spectacles à Québec et était disponible sur le Web.