L’artiste-peintre de Lévis, Candy Pelletier, dessine des visages et des portraits d’animaux. CRÉDIT : COURTOISIE

Jusqu’au 31 mai, l’artiste lévisienne Candy Pelletier expose ses œuvres à la galerie Chez Alfred Pellan, à Québec. L’artiste, qui présente des visages et des portraits d’animaux, se distingue par un style réaliste et des toiles en noir et blanc.

Ce sont leurs yeux qui captent toute l’attention du visiteur, la puissance de leur regard. Humain ou animal, ces portraits sont imprégnés d’émotion, celle du sujet à travers laquelle transparait aussi celle de l’artiste.

C’est Chez Alfred Pellan, à Québec, qu’on découvre les toiles de la Lévisienne Candy Pelletier. Dans l’attente de la réouverture du lieu d’exposition, qui a dû temporairement fermer ses portes en raison des mesures sanitaire, l’exposition est en ligne sur le site Internet de la galerie.

Utilisant la peinture acrylique, l’huile ou l’aquarelle, l’artiste réalise des portraits de gens ou d’animaux dans un style réaliste en noir et blanc, avec parfois une petite touche plus colorée.

«J’aime ce style et ça se marie bien avec tous les décors. Le noir et blanc amène de la douceur. Les couleurs ont plus de symbolique, comme le rouge évoque la colère ou le bleu le calme. Le noir et blanc laisse plus de place à l’expression du sujet, partage-t-elle. Des fois, je rajoute quelques couleurs. Ça dépend comment je me sens à ce moment-là.»

Ce que Candy Pelletier aime, c’est montrer les expressions et les yeux des sujets qu’elle peint. «Je mets vraiment l’emphase sur les yeux. Les yeux parlent beaucoup. On voit bien l’expression des animaux dans leurs yeux, c’est ça que je vais chercher», illustre l’artiste, qui cherche à faire ressortir les émotions, ce qui agit aussi comme une thérapie pour elle.

Et, représenter les visages est un défi à chaque toile pour l’artiste. «Il faut que tout soit parfaitement placé, sinon ça change la perspective de la personne. Quand je le relève, je suis contente.»

Pour trouver ses sujets, elle suit son instinct. «Je fais des recherches de photos. Je choisis celles qui m’inspirent. Je commence par un croquis sur papier pour la placer et après je fais mon dessin sur la toile, puis je peins.» Elle travaille ainsi le matin et le soir. «Mais si ce n’était que moi, je pendrais tout le temps!», lance-t-elle.

Si au début, le but de Candy Pelletier était de travailler sa technique de dessin pour être capable de refaire ce qu’elle voyait, c’est ensuite son coup de pinceau bien à elle que la peintre a trouvé.

«Quand on est artiste, on cherche beaucoup son style. Pour ma part, je commence à trouver le mien. Et, on apprend en faisant, explique-t-elle. Maintenant, j’ai choisi de suivre la réalité. C’est ce style qui me représente, c’est ce qui marche pour moi dans ma création. Le réalisme, c’est par ça que je me reconnais dans mes œuvres.»

Quand elle était plus jeune, déjà elle dessinait beaucoup. «J’ai pris des cours de dessin et j’avais dit que je serai artiste-peintre. Mais il n’y avait pas beaucoup de possibilités pour suivre cette voie, alors j’ai fait d’autres choses. En voyant d’autres peintres sur les réseaux sociaux, ça m’a donné le goût de m’y remettre et la passion est revenue. J’ai pris des cours à l’École des Beaux-Arts de Lévis et maintenant j’y enseigne depuis deux ans.»

Les plus lus

Un grand nom à la tête de Diffusion culturelle de Lévis

Par voie de communiqué, la présidente du conseil d’administration de Diffusion culturelle de Lévis (DCL), Marie-Hélène Guité, a annoncé l’arrivée de Jacques Leblanc, figure du milieu théâtral bien connue dans la région de Québec, au poste de directeur général et artistique dès le 12 juillet prochain.

Chokola : la quête des racines

À la fin de sa première année de cégep, Phara Thibault a rédigé un texte qui a été salué par ses pairs. Lauréate du concours d’écriture dramatique Égrégore, Chokola, la première pièce de la jeune Lévisienne de 20 ans, doit déjà être jouée dans des festivals et théâtres.

Un collectif à saveur lévisienne

C’est le 24 mai dernier qu’un collectif d’auteurs a publié le livre Ce jour-là. Ce sont exactement 70 auteurs et 103 histoires qui composent l’ouvrage. Principalement à saveurs lévisienne et bellechassoise, l’ouvrage réunit 30 personnes originaires de Lévis, 20 de Bellechasse et 20 autres d’un peu partout au Québec, dont de la Beauce, la Côte-de-Beaupré, Québec et Montréal.

Diane Blanchette tire sa révérence

Pendant ses 23 années à Diffusion culturelle de Lévis, dont 12 à la direction de l’organisme, Diane Blanchette s’est dédiée corps et âme à créer des rencontres uniques entre les artistes et les publics avec passion, audace et une immense conviction dans les bienfaits des arts vivants.

Métyvié revient sur la pandémie en caricatures

Le célèbre caricaturiste lévisien Métyvié, surnom de Serge Métivier, a récemment fait un retour dans les librairies après une longue absence. Avec À vos masques! Sortez!, le résident de Saint-Jean-Chrysostome propose aux amateurs québécois de caricatures une petite histoire humoristique de la pandémie.

L’Anglicane reçoit le Trio Fibonacci

Le Trio Fibonacci sera présent à l’Anglicane ce samedi 5 juin avec un programme de musique minimaliste.

Un été riche en culture à L’Anglicane

C’est avec l’arrivée du beau temps et l’allègement des mesures sanitaires que L’Anglicane de Lévis dévoile sa programmation estivale qui accueillera Laurence Jalbert, porte-parole du Réseau des organisations de spectacles de l’est du Québec (ROSEQ).

Briser l’isolement à l’aide de la musique

En collaboration avec l’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS), l’Orchestre sym-phonique de Lévis (OSLévis) a mis sur pied un projet de cinq capsules vidéo pour aider à briser l’isolement et présenter l’impact positif de la musique : La musique qui fait du bien.

Théâtre d’été : deux comédies plutôt qu’une au VBP

Pour une 17e année, le Vieux Bureau de Poste (VBP) de Saint-Romuald offrira du théâtre d’été. Cette année, ce ne sera pas une comédie, mais deux qui seront proposées par les finissants du Conservatoire d’art dramatique de Québec des cohortes 2020 et 2021.

Les aventures de Beaver le castor se poursuivent

Une troisième bande dessinée vient compléter la trilogie du duo lévisien Claude Jalbert et Steeve Cadorette. Intitulée Beaver et l’apocalypse, l’histoire sortira officiellement en juin prochain.