Le Trio Fibonacci : Julie-Anne Derome, Steven Massicotte et Gabriel Prynn. CRÉDIT : COURTOISIE

Le Trio Fibonacci sera présent à l’Anglicane ce samedi 5 juin avec un programme de musique minimaliste.

C’est lors de leurs études en Angleterre que Gabriel Prynn (violoncelliste) et Julie-Anne Derome (violoniste) se sont rencontrés. Leur passion partagée pour les répertoires de trio à clavier leur a donné envie de créer, il y a plus de 20 ans, le Trio Fibonacci. Depuis quatre ans, le pianiste Steven Massicotte s’est joint à eux dans cette aventure musicale.

La formation de Montréal souhaite pousser les limites du répertoire qu’ils vont présenter aux spectateurs réunis à L’Anglicane samedi prochain. D’une vision commune, ils comptent offrir un programme avec des arrangements et des transcriptions originaux. Le tout, en proposant des œuvres moins connues ou qui ont été délaissées.

«La musique de chambre, c’est comme une conversation entre les membres du groupe. Il faut donc une grande complicité», confie le violoncelliste du groupe, Gabriel Prynn.

C’est donc en interprétant leur propre version de compositions de grands auteurs qu’ils créeront des dialogues entre piano et cordes mettant en valeur cette musique.

La musique minimaliste

Selon le violoncelliste, c’est un type de musique qui est inspirant autant pour les spectateurs que pour les musiciens. «Ça fait quelques années que l’on propose des musiques de ce genre-là et on voit que ça provoque beaucoup d’émotions chez le public», ajoute-t-il.

Une œuvre jouée avec peu d’instruments permet de faire ressortir certains aspects de la musique, certaines lignes mélodiques et offre une liberté dans son interprétation. M. Prynn explique que les instruments à cordes auront une sonorité plus chantante et lyrique alors que le piano est parfois plus percussif et permet de créer «un tapis sonore sur lequel les cordes vont planer».

Plutôt versatile, chaque concert de la formation varie. Ils font des programmes classiques, mais aussi des plus contemporains comme celui qui sera présenté.

«C’est intéressant la musique minimaliste. On a vécu, avec la pandémie, une période minimaliste. On doit se contenter de moins […]. En anglais, ils disent less is more. Ce sont des phrases musicales simples, des petits motifs rythmiques qui se répètent, mais il y a quand même beaucoup d’émotion qui s’en dégage. […] C’est une musique qui fait du bien.»

Pour en savoir plus sur ce spectacle, vous pouvez visiter le www.langlicane.com ou téléphoner au 418 838-6000.

Les plus lus

De Lévis à Paris

La comédienne Daphnée Côté-Hallé est présentement en France pour le tournage de la série Week-End Family de Disney+. La jeune femme, qui a passé son adolescence à Lévis, interprètera le personnage d’Emanuelle, l’une des protagonistes de l’émission.

District.Mao finaliste aux 73e Emmy Awards

C’est lors du dévoilement des nommés, le 13 juillet, que Marie-Odile Haince-LeBel ainsi que Caroline Lemieux, fondatrices de DM Productions, ont appris qu’elles étaient en nomination dans la catégorie des chorégraphies exceptionnelles pour les émissions de variété ou de téléréalité.

Programmation éclatée pour le retour de Festivent

C’est le 20 juillet que le Festivent de Lévis dévoilait sa programmation dans le cadre de Cet été, je parcours Lévis. L’événement se déroulera du 4 au 22 août prochain dans quatre différents sites à travers la ville.

Une Lévisienne primée à Village en Arts

C’est lors de la remise de prix virtuelle du 2 juillet dernier que l’artiste lévisienne, Louise Daigle, a appris qu’elle était récipiendaire de la troisième place du symposium Village en Arts de l’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas.

Critique - Braquage de banque au VBP

Le Vieux Bureau de Poste (VBP) de Saint-Romuald invite le public à prendre ça cool cet été alors que la pièce Bonnie et Claud sera présentée jusqu’au 7 août. Les finissants du Conservatoire d’art dramatique de Québec proposent à cette occasion une version haute en couleur de la comédie d’Yves Amyot.

L’art de la décroissance

Dans le cadre de sa programmation 2021-2023, Regart, le centre d’artistes en art actuel, invitait les artistes et commissaires à réfléchir à la décroissance. Ce seront donc 11 dossiers et 22 intervenants qui présenteront leurs pistes de réflexion sous différentes formes artistiques.

Les Mea Culpa : début d’une carrière solo

Le 18 juin dernier, Les Mea Culpa, le premier mini-album (EP) de Lily Tea, est sorti sur toutes les plateformes numériques. L’artiste lévisienne a fait une semaine de résidence de création au Vieux Bureau de Poste (VBP) de Saint-Romuald afin de préparer le lancement.

Du soutien pour 10 artistes lévisiens en émergence

La Ville de Lévis, en collaboration avec le gouvernement du Québec, a dévoilé le 17 juin dernier le nom des 10 artistes émergents qui se partagent une aide financière, à la hauteur de 61 000 $, afin de les soutenir dans leur démarche de professionnalisation et leurs projets qui favorisent les liens entre les arts et la collectivité.

L’Internationale d’art miniature de retour à Lévis

Le Centre d’exposition Louise-Carrier accueille les visiteurs pour la 11e édition de l’Internationale d’art miniature jusqu’au 5 septembre. Le vernissage de l’exposition a eu lieu le 27 juin dernier.

Village en Arts soutient de nouveau les jeunes artistes

La 24e édition du symposium Village en Arts accueille encore cette année les artistes de la relève pour sa deuxième année de mentorat, avec comme partenaire le Festivent.