Avec Bottes et sabots, Caroline Vallières veut offrir un service d’accompagnement misant sur l’intervention en contexte de nature et d’aventure. Photo : Courtoisie

Éducatrice spécialisée depuis quelques années, la Lévisienne Caroline Vallières lancera bientôt son projet de rêve. Grâce à un partenariat noué avec la Ferme Origine de Pintendre, elle ouvrira cet été les portes de son entreprise qui offrira des services d’accompagnement spécialisé dans la nature : Bottes et sabots.

Décrocheuse à l’âge de 16 ans, Caroline Vallières a eu des problèmes de consommation avant de reprendre sa vie en main. Après avoir été esthéticienne à son compte pendant quelques années, la Lévisienne a décidé d’obtenir sa technique en éducation spécialisée, ce qu’elle a réussi en 2020. Avec ses quelques expériences dans ce domaine, Caroline Vallières a constaté qu’il y avait de la place pour des services d’accompagnement misant sur une approche différente.

«J’ai pu voir que pour certains aspects, il y avait des lacunes et que certains services offerts ne répondent pas à certains besoins des gens. Je me suis donc inscrit l’automne dernier au programme Lancement d’entreprise du Centre de formation professionnelle Gabriel-Rousseau en vue de bâtir mon projet», se rappelle l’éducatrice spécialisée et femme d’affaires.

Forte de son étude de marché, Caroline Vallières s’est ensuite mise à la recherche d’un lieu qui lui permettrait d’utiliser l’approche qu’elle veut privilégier dans le cadre des activités de Bottes et sabots, l’intervention en contexte de nature et d’aventure (INA).

«C’est important pour moi de bâtir un projet solide parce que je veux bâtir un projet de vie avec Bottes et sabots. Après quelques recherches, j’ai pu rencontrer Renée Lortie, la copropriétaire de la Ferme Origine. Sa fille de 24 ans est autiste et elle a déjà pu constater les effets positifs chez elle des activités de la ferme», a expliqué Mme Vallières.

Une nature thérapeutique

Grâce au partenariat noué avec la Ferme Origine, Caroline Vallières pourra offrir les différentes activités de Bottes et sabots sur ce site. Avec des randonnées, des activités de la ferme (récolte des œufs, soin des animaux, etc.) et du yoga adapté, l’éducatrice spécialisée veut contribuer à l’amélioration du bien-être général des personnes dans les sphères physique, émotive et psychologique.

Par son offre de services, Caroline Vallières veut autant aider les personnes qui souffrent de problèmes de santé mentale, comme l’anxiété et la dépression, les personnes aux prises avec certains troubles, comme l’autisme et le syndrome de Gilles de la Tourette, et les personnes qui désirent améliorer certains aspects de leur comportement, soit la gestion du stress ou les capacités d’adaptation.

«Je voulais offrir quelque chose de ludique et une approche différente d’intervention. L’institutionnel comble un besoin, mais je veux amener autre chose. Je crois beaucoup à l’INA. Être à l’extérieur amène une toute autre dynamique à l’intervention plutôt que celle notamment qui mise beaucoup sur les outils technologiques», a indiqué Mme Vallières.

À la recherche de soutien

Si elle a entamé des démarches de financement auprès d’institutions financières, Caroline Vallières a également lancé une campagne de sociofinancement, par l’entremise de la plateforme de La Ruche, afin de démontrer l’intérêt de la population envers son projet aux institutions financières ainsi qu’amasser des sous pour concrétiser certains investissements qu’elle désire réaliser.

Si elle atteint son objectif de 10 000 $, Caroline Vallières aimerait acquérir une yourte Snoezelen, un équipement qui propose «des expériences sensorielles variées, dans une atmosphère de confiance et de détente, favorisant la stimulation des sens primaires». De plus, les sommes accordées par le public serviront à acquérir les vêtements de protection qui seront utilisés par les personnes accompagnées par Caroline Vallières.

Les personnes intéressées à participer à la campagne de sociofinancement de Bottes et sabots, en cours du 4 mai au 15 juin, peuvent visiter le laruchequebec.com/bottesetsabots.

Les plus lus

Un visage bien connu de la Traverse disparaît

Bien connu des usagers de la traverse Québec-Lévis et des visiteurs réguliers du Vieux-Lévis et du secteur de la Traverse, Marcel Aubin est décédé le 21 juillet dernier à l'âge de 85 ans.

La situation ne s’améliore pas à l’urgence de l’Hôtel-Dieu

Comme depuis plusieurs mois, l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis continue d’être bondée et sa capacité est dépassée, même pendant les semaines estivales. Plusieurs éléments expliquent cette tempête parfaite qui donne un nouveau coup dur aux soignants de l’établissement lévisien.

De Lévis au Bic avec Bruno Blanchet

Le comédien et auteur, Bruno Blanchet, entamait un parcours à pied de la gare fluviale de Lévis au parc national du Bic près de Rimouski, le 9 juillet dernier.

Sensibiliser les jeunes au transport actif

Kinésiologue et passionné de cyclisme, Jean-Gabriel Turgeon a créé le programme Vert une vie active, dont l’objectif est d’initier les participants au vélo et de les sensibiliser à l’environnement. À Lévis, les jeunes du Camp de jour Rive-Sud et du Patro vont profiter de cette initiative.

Chronique historique - La quarantaine des bestiaux de la Pointe-Lévis

Des documents enfouis dans les dédales administratifs contiennent des informations parfois surprenantes sur des éléments de l’histoire des localités. À preuve, un rapport du ministère de l’Agriculture du Canada, daté du 31 octobre 1901, nous brosse une esquisse historique intéressante de la quarantaine des bestiaux de la Pointe-Lévis.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 13 juillet 2022

Les membres du Chœur du Cégep de Lévis remercient chaleureusement les généreux donateurs et les spectateurs du concert-bénéfice pour l’Ukraine, tenu sous la direction de Carole Legaré. Un montant de 4 500 $ a été remis à la Fondation Canada-Ukraine. Au moins 450 personnes ont assisté à cet événement mémorable.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 20 juillet 2022

L’entreprise lévisienne Transit a offert au Comptoir alimentaire Le Grenier un ordinateur portable d’une valeur de 1 400 $. Rappelons que Transit est en activité depuis 1971 et est la plus importante entreprise de distribution de pièces automobiles dans l’est du Canada. Sur la première photo, de gauche à droite, on peut voir Rachel Leblanc, directrice des ressources humaines chez Transit, Stéphane...

Projet immobilier à Saint-Lambert : la municipalité rassure les citoyens

Une assemblée publique de consultation sur le projet de résolution 145-22 a eu lieu le 19 juillet au Centre municipal de Saint-Lambert. Lors de cet événement, les porte-parole de la municipalité ont tenu à répondre à plusieurs questions qu'avaient les citoyens.

Violence conjugale : une nouvelle ressource déployée au SPVL

Comme les autres corps de police à travers la province, le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a récemment pu profiter d’une aide financière du ministère de la Sécurité publique du Québec pour concrétiser un projet pour lutter contre la violence conjugale et prévenir les féminicides. Le corps policier lévisien a désormais son agent pivot en violence conjugale afin d’atteindre ces objecti...

Un nouveau livre pour découvrir l’histoire de Beaumont

Dans le cadre des célébrations du 350e anniversaire de la municipalité bellechassoise, l’auteur Jean-Claude Tardif a officiellement lancé son nouveau livre, Beaumont, la mémoire des anciens, le 12 juillet dernier. Ouvrage faisant partie de la collection 100 ans noir sur blanc des Éditions GID, le livre retrace l’histoire de la municipalité grâce à 200 photos d’époque.