Geneviève Dumont et Manon Bélanger enseignent ensemble dans une classe de 48 élèves à l’École Notre-Dame-d’Etchemin à Saint-Romuald. CRÉDIT : FRANCIS MARTEL - COLLABORATION SPÉCIALE

Alors que la tendance est plutôt de tenter de diminuer le nombre d’élèves par classe, deux enseignantes de l’École Notre-Dame-d’Etchemin de Saint-Romuald ont fait le pari de former un seul groupe de 48 étudiants.

Par Francis Martel - Collaboration spéciale

Et s’il faut en croire leur témoignage, la formule fonctionne.

«Il y a vraiment plusieurs avantages. Les enfants ne sont jamais seuls. Dans un groupe régulier, lorsqu’il y a un conflit à régler ou un élève qui ne va pas bien, on doit sortir de la classe et on n’est jamais certain que le groupe continue à bien travailler pendant ce temps-là. Là, maintenant, je n’ai qu’à faire un signe discret à ma collègue et elle continue à les faire travailler», donne en exemple Geneviève Dumont, coenseignante en 5e année avec Manon Bélanger.

Mme Bélanger y voit également un gros avantage au niveau de la gestion de classe.

«S’il y en a une qui est en animation, l’autre est en soutien, on peut intervenir s’il y a des comportements dérangeants. […] Aussi, si on voit qu’il y en a un qui ne suit pas du tout, on peut aller faire un petit coucou et donner un petit coup de main pendant que le cours se poursuit en avant», renchérit-elle.

En début d’année, elles admettent que les interventions étaient plus régulières, mais avec le temps, les élèves se sont adaptés de belle façon. 

Grande complicité

 Les deux enseignantes sont conscientes que leur grande complicité fait partie des éléments clés de la réussite d’une telle formule.

«On sait qu’il y a des collègues en coenseignement qui se séparent des matières. Manon et moi, ça ne nous tentait pas. Nous y allons au feeling chaque jour. Parfois, je pars le matin et je suis prête à enseigner les mathématiques. Pendant ce temps-là, Manon prend le soutien», confie Mme Dumont.

«Vraiment, ça coule tout seul, d’où l’importance d’avoir une grande complicité», ajoute Mme Bélanger.

Il faut dire qu’elles vivent jusqu’à un certain point une situation qui se rapproche d’une vie de couple.   

«On avait des affinités personnelles. On est devenue amies avant de se lancer dans ce projet-là. C’est important parce qu’on rentre beaucoup dans l’intimité de l’autre. Au quotidien, j’enseigne devant elle. Je discipline mes élèves devant elle. On fait tout l’une devant l’autre», fait remarquer Mme Dumont.

Les deux collègues insistent d’ailleurs pour dire qu’elles n’auraient pas «embarqué dans ce projet avec n’importe qui». 

L’adhésion des parents

 Au départ, elles ne cachent pas que certains parents étaient réticents. Ils craignaient que les besoins particuliers de leur enfant, ayant par exemple un déficit d’attention, ne soient pas bien répondu.

«Finalement, on a eu de beaux commentaires. On a déjà deux bulletins de passé. On a fait des rencontres de parents et plusieurs sont impressionnés de la façon dont ça se déroule. Même certains élèves ont eu de grosses améliorations. Parce qu’un élève qui a besoin de plus de soutien est à la bonne place. Il y a toujours une des deux qui va être disponible pour donner un coup de main», soutient Mme Bélanger.

Pour le moment, il s’agit de l’unique classe en coenseignement à cette école de Saint-Romuald. Devant l’expérience positive de cette année, elles ont l’intention de récidiver l’an prochain.

Les plus lus

COVID-19 : Lévis est la région la plus touchée de la Chaudière-Appalaches

Puisque le ministère de la Santé a donné son autorisation pour dévoiler cette donnée, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) peut maintenant dévoiler le nombre de cas confirmés par MRC. Selon le dernier bilan du CISSS-CA, avec 82 cas confirmés, Lévis est la région de la Chaudière-Appalaches la plus touchée par la pandémie.

Deux nouveaux cas de coronavirus en Chaudière-Appalaches

Dans son plus récent bilan du nombre de cas confirmés de la COVID-19 dans la province, publié à 15h dimanche, le gouvernement du Québec a dévoilé que deux nouvelles personnes souffrent du nouveau coronavirus en Chaudière-Appalaches.

Lévis et la grippe espagnole en octobre 1918

La ville de Lévis fut durement éprouvée par l’épidémie de grippe espagnole en 1918. Un parcours rapide des incontournables Dates Lévisiennes de Pierre-Georges Roy nous permet de mesurer l’ampleur du drame.

COVID-19 : l'état de la situation dans la région à 20h

Aucun nouveau cas confirmé n’a été comptabilisé en Chaudière-Appalaches, ce 17 mars. Dans la région, quatre personnes sont atteintes du Coronavirus. Le gouvernement du Québec a annoncé des mesures financières. À Lévis, de nouvelles consignes ont été données aux utilisateurs du transport en commun et par plusieurs organisations.

Coronavirus : c'est quoi l'isolement volontaire?

Le gouvernement du Québec recommande fortement à tous les voyageurs revenant dans la province de se placer en isolement volontaire de 14 jours pour éviter la propagation de la COVID-19. Mais qu'est-ce qu'on entend par isolement volontaire? Voici ce que les autorités provinciales et fédérales demandent concrètement aux voyageurs.

Une clinique de dépistage de la COVID-19 à Charny

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches a ouvert, ce matin, une clinique de dépistage à l'auto de la COVID-19 au Centre Paul-Gilbert, à Charny.

Des employés du CRDITSA inquiets

Des employés oeuvrant au siège social du Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et en troubles du spectre de l'autisme (CRDITSA) du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), situé dans le complexe du Collège de Lévis, vivent dans l'inquiétude depuis quelques jours en raison d'un cas de contamination à la COVID-19.

Coronavirus : la situation dans la région à 20h

L'annonce plus tôt aujourd'hui de la mise en place de certaines restrictions par le gouvernement du Québec, dont l'interdiction de tenir des événements à l'intérieur réunissant plus de 250 personnes, en lien avec la crise du coronavirus a provoqué plusieurs bouleversements dans la région. Voici un résumé de ce que vous devez savoir.

Une deuxième résidence pour aînés lévisienne fortement touchée par la COVID-19

Dans son plus récent bilan, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé qu'un foyer de contagion à la COVID-19 a été découvert dans une deuxième résidence pour aînés lévisienne, le Manoir de l'arbre argenté.

La grippe espagnole et les autres épidémies à Lévis

Dans un premier article publié en ligne le 29 mars, on a constaté que la petite ville de Lévis fut fortement touchée par la grippe espagnole en 1918 avec quelque 51 morts et 2 484 personnes infectées en deux semaines sur une population de seulement 10 057 habitants. Il s’agit d’un bilan très lourd qui s’apparente aux tribulations de plusieurs autres villes québécoises, canadiennes et américaines.