COLLABORATION SPÉCIALE - MÉLANIE LABRECQUE

SOCIÉTÉ. Le comédien Patrice Coquereau s’est lancé tout un défi, celui de sensibiliser les Québécois aux troubles anxieux. Pour y arriver, il a décidé d’entreprendre une grande marche de 570 km qui le mènera de Longueuil à Rimouski. Parti le 11 juillet dernier et avec 250 kilomètres franchis, il était de passage à Saint-Nicolas le 29 juillet et devrait arriver à Rimouski entre le 20 et le 25 août.

Depuis le début de son périple, les gens viennent naturellement s'ouvrir à lui. Il recueille et enregistre ces témoignages et il a été étonné par ce qu’il a entendu. «C’est fécond, c’est riche, c’est porteur. Ça va au-delà de ce que j’imaginais. […] Plein de gens s’arrêtent sur la route. Ils se confient spontanément. Ils sont de toutes les conditions sociales et économiques ainsi que de toutes professions. […] Quelques fois même, on me raconte des trucs bouleversants.»

D’ailleurs, toute cette aventure a changé le regard qu’il avait sur les autres. Ces rencontres lui ont rappelé que chaque personne est un livre dont on ne voit que la couverture. «On ne sait pas qui est devant soi et ce qu’il a vécu.»

L’idée de la marche Pas à pas est née spontanément. Pendant un an, le comédien a tenté de vendre, sans succès, aux diffuseurs le concept d’un documentaire sur les troubles anxieux. «Je me suis dit que j’allais faire un geste d’éclat pour que ce soit visible. Il fallait que je rencontre des gens sur le terrain et puis ça m’est venu spontanément il y a un mois et demi. Du moment que j’ai décidé ça, tout s’est mis en place.»

Il souhaite maintenant que tous puissent parler de ces problèmes librement, sans peur d’être jugé. «Le suicide, la dépression, le burn-out, ça existe. Arrêtons de nous voiler la face et de le minimiser.»

Engagement personnel

Lorsqu’il parle de la cause, Patrice Coquereau est passionné. Il faut dire qu’il sait de quoi il parle. Il a souffert d’anxiété sévère pendant plusieurs années. Un joint fumé un soir d’octobre 1983 a complètement bouleversé sa vie.

«Mon monde s’est effondré, mes repères initiaux se sont fragmentés. Il a fallu que je réapprenne à vivre au quotidien. Tout était compliqué. Cela a été un très long chemin pour retrouver l’équilibre. Il a fallu que j’aille dans les extrêmes. […] Mon métier m’a aidé à aller vers l’inconnu. Je me suis dirigé où ça me dérangeait le plus.»

Depuis, il a écrit un livre, Guérir à gorge déployée et donne des conférences sur la question. C’est ce qui lui a ouvert les yeux. «Les chiffres officiels vont jusqu’à 20 % de la population. Je pense que c’est plus, puisqu’il y en a une grande partie qui est occultée et cachée. […] Je réalise à quel point les gens ont besoin d’espace, d’être validé, épaulé, de pouvoir parler. En même temps, il y a cette crainte d’être stigmatisé parce qu’on vit dans un monde d’étiquettes.»

Fort de cette expérience, il invite ceux qui doivent composer avec ces difficultés à foncer. «Allez vers l’inconnu, même si c’est confrontant.»

Les jeunes aussi

Ce qui l’attriste le plus, c’est de voir que les plus jeunes, enfants et adolescents, sont aussi rattrapés par cette culture du paraître qui vient créer une grande détresse chez eux.

Certains qu’il a rencontrés lui ont parlé de leurs craintes de se sentir inadéquat, incapable de performer, d’avoir des échecs à l’école, des pensées suicidaires… «C’est très inquiétant et c’est mondial. Il y a une culture qui prévaut, il y a un modèle où ceux qui ne rentrent pas dans le moule sont mis de côté. Il y a quelque chose d’absolument épouvantable», se désole-t-il.

Il est possible de suivre Patrice Coquereau dans son aventure sur les réseaux sociaux ainsi que sur son site web www.patricecoquereau.com, où une campagne de sociofinancement a été lancée pour la cause. 

Les plus lus

Des bleuets pour la bonne cause

Dans le cadre d'une collecte de dons au profit de trois organismes communautaire, petits et grands pourront venir cueillir gratuitement des fruits à la Bleuetière DuRoy, à St-Étienne-de-Lauzon, les samedis 25 juillet, 1er et 8 août.

Lettre d'opinion - Un site qui a besoin d'amour

Il arrive parfois que l'ordre des choses établi soit bouleversé; dans une pièce avec un café, une plume s'éveille sur le tard, n'ayant ni crédit ni tribune pour se faire entendre. Incapable d'arrêter d'écrire, dans certain cas particulier, cela donna naissance, au début des années 1970, au phénomène du journalisme gonzo; le texte qui suit en est une tentative de ma part.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter en Chaudière-Appalaches

Dix personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de 28 personnes. C'est près de trois fois plus qu'au début du mois de juillet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 122 nouveaux cas.

COVID-19: un nouveau cas en Chaudière-Appalaches

Après près d’une semaine sans nouveau cas, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a recensé une infection supplémentaire à la COVID-19, à Lévis. Depuis le début de la crise, 523 personnes ont contracté la maladie en Chaudière-Appalaches.

COVID-19 : quatre nouveaux cas dans la région

La «disparition» du nouveau coronavirus en Chaudière-Appalaches n'aura duré que 24 heures. Selon les plus récentes données des autorités sanitaires, quatre résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient contracté la COVID-19.

Une nouvelle garderie à Saint-Jean-Chrysostome

Le Centre éducatif sous les arbres, une garderie privée subventionnée située sur l’avenue Taniata, ouvrira ses portes d’ici la fin septembre.

Une maison des aînés et alternative à Saint-Étienne-de-Lauzon

Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, accompagnée de Marc Picard, député des Chutes-de-la-Chaudière, a annoncé la création d’une maison des aînés et alternative dans le secteur Saint-Étienne-de-Lauzon au prolongement de l’avenue Albert-Rousseau, le 28 juillet.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter

Sept personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs continue d'augmenter. Au Québec, le dernier bilan fait état de 145 nouveaux cas.

COVID-19 : de nouveaux cas dans la région

Quatre nouveaux cas infectés de nouveau coronavirus ont été répertoriés sur le territoire de la Chaudière-Appalaches recensent les données des dernières 24 heures au Québec, ce 2 août. Au total, 141 cas ont été ajoutés au compteur dans l’ensemble de la province.