CRÉDIT : COURTOISIE

Les dernières semaines n’ont pas été de tout repos pour Sébastien Duclos et sa famille. Ils se remettent tous de la COVID-19 qu’ils auraient contractée, croit-il, au début du mois d’avril, peu avant Pâques. Après avoir vécu les «12 pires jours» de sa vie, il a lancé un cri du cœur sur les médias sociaux implorant ses proches de ne pas «baisser la garde» face au virus et de respecter les normes sanitaires.

Par Mélanie Labrecque - Collaboration spéciale

Ils n’ont rien vu venir, raconte le citoyen de Saint-Narcisse-de-Beaurivage. Asymptomatiques au début, quelques symptômes se sont manifestés dans les premières journées d’avril. Rien d’inquiétant, dit-il. Dans son cas, il a eu un mal de tête et de la congestion qu’il attribuait à des allergies. C’est au retour du congé de Pâques, le mardi, que tout a déboulé, sa conjointe et l’une de ses filles ont été les premières à ressentir les effets de la maladie. Elles sont allées se faire tester dans l’après-midi, lui en soirée.

Le lendemain, le résultat tombe : positifs à la COVID-19. Travailleur acharné, Sébastien Duclos consacre la majeure partie de son temps à son entreprise. À la maison, il se dédie à sa famille reconstituée de six enfants. Pourtant, c’est un sentiment d’impuissance qui l’a frappé lorsque la COVID-19 s’est invitée à la maison. «J’en mène large, je suis dans mon meilleur, je fais toute sorte de choses. Quand ça arrive, tu te sens vulnérable avec zéro pouvoir et zéro force.»

Dans les jours qui ont suivi le diagnostic, leur état de santé s’est dégradé. Cinq des six enfants ne l’ont pas eu facile, sa conjointe a dû être hospitalisée. La mère de ses enfants aussi. Pendant qu’il s’occupait de sa famille et faisait des allers-retours entre la maison et l’hôpital, lui aussi voyait son état se dégrader. Les sixième et septième jours ont été les pires pour lui : fièvre, mal de tête, fatigue et congestion ne l’ont pas épargné.

Baisser la garde

M. Duclos ne s’en cache pas, au cours des derniers mois, il avait baissé la garde concernant le port du masque et avait accueilli certains membres de sa famille chez lui, jamais longtemps ou à l’extérieur de sa résidence.

Ce sont ces petites dérogations aux consignes sanitaires qui, d’après lui, ont déclenché une chaîne d’événements qui ont mené à la contamination de sa famille immédiate, mais aussi à au moins une vingtaine de personnes de son entourage, membres de la famille, amis et connaissances. «Je me sens comme si j’avais bu, que j’avais pris ma voiture et que j’aurais frappé quelqu’un à une intersection. […] Je suis fâché après moi, je n’ai pas été assez brillant», lance-t-il avec force.

Au moment de faire l’entrevue, certains d’entre eux, dont l’une de ses tantes de 55 ans, se trouvaient même aux soins intensifs à se battre pour leur vie. «Elle [ma tante] est venue à Pâques. Même si elle n’est pas restée longtemps, on s’en veut. Si nous avions suivi les règles, nous aurions pu nous épargner tout ça», a-t-il analysé. C’est ce qui est arrivé à sa tante qui l’a poussé à lancer ce cri du cœur. «Il faut arrêter de prendre ça à la légère.»

Aujourd’hui, sa conjointe n’a toujours pas retrouvé le goût et l’odorat et n’a pas d’énergie, l’une de ses filles, une grande sportive, a aussi vu ses capacités physiques réduites, lui a éprouvé des difficultés à se concentrer pendant plusieurs jours et se fatigue rapidement. De plus, il s’inquiète des effets à long terme que la maladie aura dans leurs vies.

Les plus lus

Travaux sur le pont Laporte : des mesures d’atténuation bientôt en place

En raison des entraves majeures qui seront en place à certains moments cet été sur le pont Pierre-Laporte, le ministère des Transports du Québec (MTQ) a dévoilé, le 13 mai, les mesures d’atténuation en transport collectif qui seront en place pour faciliter les déplacements des citoyens.

Deuxième dose : les Québécois pourront devancer leur rendez-vous à partir du mois prochain

Lors d'une mêlée de presse à l'Assemblée nationale, le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, a fait une mise à jour jeudi sur la campagne de vaccination. À cette occasion, il a notamment annoncé que les Québécois pourront devancer leur rendez-vous afin d'obtenir une deuxième dose d'un vaccin contre la COVID-19 à partir de juin.

Les déchets ne seront ramassés qu'aux deux semaines cet été

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a confirmé, le 15 juin, que la collecte des déchets ne sera pas effectuée hebdomadairement cet été comme lors des dernières périodes estivales.

Dépistage massif à l'école primaire de Saint-Lambert-de-Lauzon

La Santé publique régionale mènera demain un dépistage massif auprès des élèves de 2e, 3e et 4e année de l'École du Bac, un établissement scolaire de Saint-Lambert-de-Lauzon.

Des rassemblements qui inquiètent à Saint-Rédempteur

Depuis le début de la pandémie, le parc Renaud-Maillette de Saint-Rédempteur est devenu un lieu très apprécié par les adolescents et les jeunes adultes de la région pour se rassembler. Toutefois, l’ampleur de ces fêtes improvisées commence à inquiéter certains utilisateurs de ces installations de la Ville de Lévis, dont l’Association de soccer Chaudière-Ouest (ASCO).

Lévis passera en zone orange le 31 mai

SANTÉ. L’amélioration de la situation sanitaire au Québec fait en sorte que le gouvernement pourra aller de l’avant avec les premières phases du déconfinement qui s’amorceront vendredi et lundi. C’est ce qu’a indiqué le premier ministre du Québec, François Legault, lors de son point de presse hebdomadaire sur l’état de situation de la pandémie de COVID-19 au Québec.

Lévis demande une nouvelle fois aux résidents de l'ouest d'utiliser judicieusement l'eau

Comme la semaine dernière, la Ville de Lévis a lancé un appel aux résidents des quartiers Breakeyville, Charny, Saint-Étienne-de-Lauzon, Saint-Nicolas et Saint-Rédempteur, le 10 juin, afin qu'ils fassent un usage judicieux de l’eau potable pour toute la période estivale. Sinon, la municipalité n'aura pas d'autre choix que de mettre en place des interdictions d'utilisation.

COVID-19 : Chaudière-Appalaches passera en zone jaune lundi

En raison de l'amélioration de la situation épidémiologique de la région, la Chaudière-Appalaches passera au palier jaune (niveau préalerte) à compter de lundi.

La collecte hebdomadaire des déchets retardée

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a annoncé, le 28 mai, que la reprise de la collecte hebdomadaire des déchets en période estivale n'aura finalement pas lieu le lundi 31 mai, comme initialement prévue.

Autres grèves à venir dans le réseau de l'éducation

En raison de l'impasse à la table de négociations, des syndicats représentant des travailleurs de l'éducation de la région seront en grève au cours des prochaines semaines.