Vestiges du Fort de Beaumont sous la neige, le 4 mars dernier. CRÉDIT : CLAUDE GENEST

Élément à part entière de la défense côtière de Québec lors de la Première Guerre mondiale (1914-1918), le Fort de Beaumont est, sans doute, le moins connu des six forts de la Rive-Sud de Québec.

Par Claude Genest - Collaboration spéciale

À l’été de 1914, les alliances européennes sont assemblées pour former les deux groupes qui s’opposeront lors de la Première Guerre mondiale (1914-1918).

D’un côté, on retrouve les Puissances centrales, composées de l’Autriche-Hongrie, de l’Allemagne et de la Turquie, alors que de l’autre ce sont les forces de l’Entente, avec la Grande-Bretagne, la France et la Russie. Entre les deux camps se sont accumulées des tensions et une guerre semble alors prévisible, voire inévitable.

Dans son ouvrage Août 1914, Barbara W. Tuchman mentionne que l’ancien chancelier allemand Otto von Bismarck (1815-1898) avait prédit des années auparavant que la prochaine guerre «sera déclenchée par une sacrée chose idiote qui se produira dans les Balkans».

Cette «sacrée chose idiote» se produit le 28 juin 1914 avec l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche, héritier de trône d’Autriche-Hongrie, par des nationalistes serbes. Cet événement enclenche une série d’ultimatums et l’historienne américaine Tuchman nous raconte qu’en juillet 1914, «la guerre se présentait à toutes les frontières».

Les événements se précipitent par la suite. Le 28 juillet, on annonce la fermeture des bourses de Montréal et de Toronto pour trois mois. Le 4 août, la Grande-Bretagne déclare officiellement la guerre à l’Allemagne, entraînant le Canada dans le conflit. La défense côtière est au sommet des priorités et Le Soleil du 5 août 1914 rapporte «que la défense de la côte et du fleuve Saint-Laurent est entièrement organisée».

La formulation «entièrement organisée» est nettement exagérée, mais en temps de guerre, la vérité est souvent partielle. Dans les faits, trois ports canadiens sont rapidement protégés, soit Halifax, Esquimalt et, bien sûr, Québec. Rapidement, on s’affaire à compléter les deux forts en chantier depuis 1907 à la Pointe-de-la-Martinière, à l’extrême est de Lévis, auxquels on ajoute deux autres, soit celui de Saint-Étienne-de-Beaumont et de Saint-Jean-de-l’Île d’Orléans.

Le Fort de Beaumont comprend deux bases de ciment sur lesquelles sont installées deux canons «6-inch B» de la compagnie Vickers et un semi-souterrain pour entreposer les munitions plusieurs mètres en retrait des canons. Ce sont donc quatre forts qui travaillent en collaboration pour sécuriser le chenal à l’est du port de Québec.

Construit à la hâte, le Fort de Beaumont est en opération dès l’automne 1914. Une lettre du commandant de la 5e division datée du 7 novembre 1914 nous permet de mieux mesurer les effectifs aux quatre forts. C’est ainsi que 14 hommes sont basés à celui de Saint-Jean-de-l’Île-d’Orléans, 27 au Fort de Beaumont, 216 au Fort d’en haut à la Martinière et 76 au Fort d’en bas toujours à la Martinière, pour un total de 333 hommes. Notons que l’ensemble de ce système défensif est actif, sauf en hiver.

L’année 1917 marque la fin du Fort de Beaumont. Comme pour ceux de la Pointe-de-la-Martinière, on protège les équipements avec l’arrivée de l’hiver et de la fin de la navigation le 21 novembre 1917. La menace allemande s’amenuisant, les forts de laRive-Sud ne seront pas actifs en 1918, dernière année de la guerre. Le Fort de Beaumont est définitivement désarmé en 1919-1920, puis abandonné depuis.

Les plus lus

Travaux sur le pont Laporte : des mesures d’atténuation bientôt en place

En raison des entraves majeures qui seront en place à certains moments cet été sur le pont Pierre-Laporte, le ministère des Transports du Québec (MTQ) a dévoilé, le 13 mai, les mesures d’atténuation en transport collectif qui seront en place pour faciliter les déplacements des citoyens.

Deuxième dose : les Québécois pourront devancer leur rendez-vous à partir du mois prochain

Lors d'une mêlée de presse à l'Assemblée nationale, le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, a fait une mise à jour jeudi sur la campagne de vaccination. À cette occasion, il a notamment annoncé que les Québécois pourront devancer leur rendez-vous afin d'obtenir une deuxième dose d'un vaccin contre la COVID-19 à partir de juin.

Les déchets ne seront ramassés qu'aux deux semaines cet été

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a confirmé, le 15 juin, que la collecte des déchets ne sera pas effectuée hebdomadairement cet été comme lors des dernières périodes estivales.

Dépistage massif à l'école primaire de Saint-Lambert-de-Lauzon

La Santé publique régionale mènera demain un dépistage massif auprès des élèves de 2e, 3e et 4e année de l'École du Bac, un établissement scolaire de Saint-Lambert-de-Lauzon.

Des rassemblements qui inquiètent à Saint-Rédempteur

Depuis le début de la pandémie, le parc Renaud-Maillette de Saint-Rédempteur est devenu un lieu très apprécié par les adolescents et les jeunes adultes de la région pour se rassembler. Toutefois, l’ampleur de ces fêtes improvisées commence à inquiéter certains utilisateurs de ces installations de la Ville de Lévis, dont l’Association de soccer Chaudière-Ouest (ASCO).

Lévis passera en zone orange le 31 mai

SANTÉ. L’amélioration de la situation sanitaire au Québec fait en sorte que le gouvernement pourra aller de l’avant avec les premières phases du déconfinement qui s’amorceront vendredi et lundi. C’est ce qu’a indiqué le premier ministre du Québec, François Legault, lors de son point de presse hebdomadaire sur l’état de situation de la pandémie de COVID-19 au Québec.

Lévis demande une nouvelle fois aux résidents de l'ouest d'utiliser judicieusement l'eau

Comme la semaine dernière, la Ville de Lévis a lancé un appel aux résidents des quartiers Breakeyville, Charny, Saint-Étienne-de-Lauzon, Saint-Nicolas et Saint-Rédempteur, le 10 juin, afin qu'ils fassent un usage judicieux de l’eau potable pour toute la période estivale. Sinon, la municipalité n'aura pas d'autre choix que de mettre en place des interdictions d'utilisation.

COVID-19 : Chaudière-Appalaches passera en zone jaune lundi

En raison de l'amélioration de la situation épidémiologique de la région, la Chaudière-Appalaches passera au palier jaune (niveau préalerte) à compter de lundi.

La collecte hebdomadaire des déchets retardée

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a annoncé, le 28 mai, que la reprise de la collecte hebdomadaire des déchets en période estivale n'aura finalement pas lieu le lundi 31 mai, comme initialement prévue.

Autres grèves à venir dans le réseau de l'éducation

En raison de l'impasse à la table de négociations, des syndicats représentant des travailleurs de l'éducation de la région seront en grève au cours des prochaines semaines.