Âgé de 72 ans, Simon Larochelle est toujours fidèle au poste afin de vendre des produits GM à ses clients. CRÉDIT : COURTOISIE - MATHIEU PLANTE

Le Lévisien Simon Larochelle a célébré la semaine dernière ses 50 ans de carrière dans la vente automobile à Lévis. Pendant toutes ces années, le travailleur, qui aura bientôt 73 ans, a servi les gens de la région au sein de diverses bannières lévisiennes vendant des produits de General Motors (GM).

C’est en 1971 qu’une conjoncture d’événements a mené Simon Larochelle dans la carrière qui allait finalement occuper 50 ans de sa vie. Désirant devenir enseignant et remplaçant à l’école secondaire de Charny, le Lévisien a alors appris que le gouvernement exigerait désormais que tout enseignant ait une formation universitaire.

Voyant malheureusement les portes de sa vocation se fermer, Simon Larochelle a alors consulté un journal pour trouver un nouvel emploi.

«Dans les annonces classées, j’ai vu une offre d’emploi de Gilles Bédard Auto, qui cherchait un travailleur pour son département des pièces. Je suis allé les rencontrer et j’ai obtenu l’emploi. Je pensais que ça allait durer quelques mois, mais j’ai finalement occupé à peu près tous les postes aux pièces et en 1984, on m’a offert de devenir conseiller aux ventes. Je pense que j’avais déjà un petit don puisque j’étais rendu à vendre environ 65 véhicules par année alors que je travaillais aux pièces», s’est rappelé en riant M. Larochelle.

Après son passage chez Gilles Bédard Auto, Simon Larochelle a également oeuvré chez Rond Point Pontiac Buick GMC et Cloutier Pontiac Buick GMC. Désormais, il est conseiller chez Citadelle Chevrolet Cadillac Buick GMC.

Une nouvelle vocation

Pendant sa carrière, il a ainsi vendu des milliers de véhicules à des gens de la région, particulièrement de la défunte marque Pontiac. Le domaine de l’automobile est devenu une véritable vocation pour Simon Larochelle.

«Ça m’allume toujours d’aider mes clients à trouver leur nouveau véhicule. Ce qui est intéressant dans le domaine de l’automobile, c’est qu’il y a toujours du nouveau, ce n’est jamais statique. Le marché est en constante évolution en ce qui a trait aux modèles. En plus, il y a de grandes évolutions. Maintenant, on parle beaucoup de voitures électriques, par exemple», a-t-il partagé.

Cette passion qui transpire de Simon Larochelle lui a d’ailleurs permis d’obtenir la confiance de clients depuis ses débuts et d’enfants de ses clients.

«Encore aujourd’hui, à 72 ans, il se lève tous les matins avec la passion d’être au service de sa clientèle ultra fidèle. Il ne parle pas encore de retraite, bien qu’il est conscient qu’un jour il devra passer le flambeau au terme d’une carrière qui tire à sa fin. Il est très humain, généreux de son temps, serviable et fiable. Il a toujours des anecdotes à raconter, il connaît des détails sur tous ses clients. Je l’adore, tout le monde aime Simon et son sens de l’humour», a notamment témoigné Mathieu Plante, le beau-fils de M. Larochelle.

Forger d’autres souvenirs

Le parcours d’un demi-siècle de Simon Larochelle dans le milieu de l’automobile lui aura également permis de vivre aux premières loges l’évolution de cette industrie. Que ce soit de ses débuts jusqu’à aujourd’hui, l’homme originaire de Charny a vécu de grands changements.

«L’électronique a beaucoup changé de choses dans mon domaine. Quand j’ai commencé aux pièces ou lorsque je suis devenu conseiller aux ventes, on devait tout le temps écrire à la main. Par exemple, ça pouvait me prendre une heure remplir un contrat de vente, alors que maintenant ça se fait en quelques clics de souris sur l’ordinateur. Aussi, je ne pensais jamais vendre de voitures par téléphone, comme je le fais depuis le début de la pandémie. Seulement aujourd’hui, j’ai vendu une voiture Cadillac après un coup de fil d’un client. Je n’ai eu qu’à envoyer une photo du véhicule qu’il recherchait et la vente s’est conclue après avoir réalisé les différentes étapes au bout du fil», a illustré le travailleur de 72 ans.

S’il sait que sa retraite s’approche, Simon Larochelle entend bien continuer d’œuvrer chez Citadelle Chevrolet Cadillac Buick GMC au moins jusqu’à la fin de cette année. Le temps de forger de nouveaux souvenirs d’une profession qu’il aura embrassé pendant 50 ans.

«Je prends toujours ça année après année. Quand on est vendeur dans l’automobile, en raison des horaires exigeants, on n’a pas vraiment le temps de développer d’autres passions, comme le golf ou le tennis. Alors, quand je vais prendre ma retraite, je n’aurai rien pour m’occuper. Mais je suis bien conscient que je vais devoir bientôt passer le flambeau», a-t-il conclu.

Les plus lus

L’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis bondée

Comme dans d’autres hôpitaux du Québec, l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis est présentement victime de débordement, ce qui met ce service sous haute pression.

Le Regroupement des traversiers annule la journée de grève prévue à la traverse Québec-Lévis

Les syndicats membres du Regroupement des traversiers affiliés à la FEESP-CSN ont annoncé, le 1er juillet, l’annulation des journées de grève prévues les 2 et 3 juillet prochains aux traverses de Québec-Lévis, Matane-Baie-Comeau-Godbout et Sorel-Tracy-Saint-Ignace-de-Loyola.

COVID-19 : trois nouveaux cas découverts au cours des trois derniers jours

Le ciel continue d'être clair en Chaudière-Appalaches en ce qui a trait à la pandémie de COVID-19. Au cours des trois derniers jours, seulement trois nouveaux cas ont été découverts pour l'ensemble du territoire.

COVID-19 : assouplissement des mesures en zone verte

Selon le plus récent bilan sur l'évolution de la pandémie dans la région préparé par le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), deux résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le coronavirus. Aussi, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) annonce de nouveaux assouplissem...

COVID-19 : deux nouveaux cas découverts dans la région

Le nombre de nouvelles infections au coronavirus continue d'être faible en Chaudière-Appalaches. Selon le plus récent bilan sur l'évolution de la pandémie préparé par le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), seulement deux citoyens de la région ont appris au cours des 48 dernières heures qu'ils avaient contracté la COVID-19.

Le GIRAM dénonce un déboisement à Beaumont

Le Groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu (GIRAM) a fait une sortie, le 15 juillet, pour dénoncer le déboisement mené par le promoteur dans le cadre du projet immobilier Domaine du Saint-Laurent. L’organisme régional estime que ce dernier a tout simplement fait «décaper» le cap Saint-Claude, où se trouvent les vestiges du fort de Beaumont, cité comme lieu patrimonial par la Mun...

Saint-Vallier remontera de nouveau dans le temps

Le comité organisateur du spectacle théâtral Sur les traces de La Corrivaux présentera, pour une huitième année, une panoplie d’activités à saveur d’antan, les 27, 28, 29 août prochains.

Le passeport vaccinal pourra être exigé dès cet automne

Les Québécois devront présenter leur preuve vaccinale (code QR), démontrant qu'ils ont bel et bien reçu deux doses d'un vaccin contre la COVID-19, à partir du 1er septembre si la situation épidémiologique de leur région se détériore.

Le parc de la Rivière-Etchemin aura son pavillon

La construction du bâtiment qui accueillera les usagers à longueur d’année a débuté en mai dernier. Ce sont 3 M$ qui ont été investi dans le projet, soit 1,9 M$ du gouvernement du Québec ainsi que 1,2 M$ de la Ville de Lévis.

La Cycloroute dans la mire des motoneigistes

Les motoneigistes pourraient bientôt pouvoir emprunter la Cycloroute de Bellechasse, en hiver, pour pouvoir circuler de Lévis à Saint-Anselme. La MRC de Bellechasse a adopté une résolution permettant cette possibilité lors de l’une des plus récentes séances du conseil des maires.