CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Christian Dubé, a annoncé, le 13 octobre, que la date d'entrée en vigueur de l'obligation pour les travailleurs de la santé d'être adéquatement vaccinés afin de pouvoir travailler est repoussée d'un mois. Pour le moment, les travailleurs qui n'ont pas reçu une dose d'un vaccin contre la COVID-19 ne seront pas suspendus sans solde jusqu'au 15 novembre.

«Nous avons pu convaincre plusieurs milliers de travailleurs de la santé de recevoir une première dose d'un vaccin contre la COVID-19 depuis la commission parlementaire sur la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé à la fin août. Par contre, on travaille depuis des semaines pour minimiser les impacts de la suspension sans solde des travailleurs non vaccinés et on se retrouve aujourd'hui à ajouter une pression trop forte sur le réseau de la santé. Ce serait de jouer aux dés avec la santé des Québécois et c'est pour cela que nous reportons notre échéancier de 30 jours», a déclaré M. Dubé, lors d'une conférence de presse à Montréal.

Si 96 % des travailleurs de la santé ont au moins reçu une première dose d'un vaccin contre la COVID-19, le ministre de la Santé a indiqué qu'environ 14 000 travailleurs de la santé allaient être suspendus sans solde si le décret sur la vaccination obligatoire dans ce secteur entrait en vigueur le 15 octobre.

La sous-ministre adjointe à la Direction générale des affaires universitaires, médicales, infirmières et pharmaceutiques, Dre Lucie Opatrny, a expliqué que plus de 600 lits de soins à courte durée et 35 salles d'opération allaient devoir être fermés à partir de vendredi en raison de la suspension sans solde de ces milliers de travailleurs de la santé. De plus, les services de la direction de la protection de la jeunesse (DPJ) ainsi que 35 % des CHSLD québécois allaient subir d'importantes réductions.

Christian Dubé se défend donc de concéder une victoire aux antivaccins, mais de vouloir protéger le réseau de la santé.

«Je sais que ce n'est pas une solution parfaite et que cette décision peut paraître très frustrante pour les travailleurs de la santé et les Québécois adéquatement vaccinés. Je veux faire appliquer le décret sur la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé, mais je ne le ferai pas au détriment de la qualité des soins de santé. (...) On arrivait à des endroits comme résidences privées pour aînés où la moitié des travailleurs n'était pas vaccinée. Dans cet exemple, on parlait tout simplement de fermeture de la ressource. Ce qui m'a donné le coup de grâce, c'était que des présidents-directeurs généraux de CISSS envisageaient de recourir davantage au temps supplémentaire obligatoire pour diminuer les bris de service», a expliqué le ministre de la Santé.

Un mois pour convaincre

Au cours des 30 prochains jours, le gouvernement misera sur la carotte et le bâton pour convaincre les travailleurs de la santé récalcitrants à se faire vacciner contre la COVID-19. Lors de son point de presse, Christian Dubé a lancé un nouvel appel à ces derniers pour qu'ils reçoivent leurs doses.

«Je veux donner une dernière chance aux travailleurs non-vaccinés. Nous vous tendons la main et nous espérons que vous la saisirez. S'il vous plaît, faites-le d'abord pour vous et vos proches. Par la suite, faite-le pour vos collègues. On peut changer d'idée. Et je tiens d'ailleurs à remercier les travailleurs de la santé qui ont pris un rendez-vous pour recevoir une dose au cours des derniers jours», a affirmé le ministre de la Santé.

Du même souffle, il a cependant indiqué que le personnel qui n'est pas adéquatement vacciné devra subir un minimum de trois tests de dépistage de la COVID-19 par semaine. Cette mesure était déjà en vigueur dans le réseau public, mais s'appliquera désormais dans le réseau privé.

De plus, les travailleurs qui ne sont pas adéquatement vaccinés ne recevront pas les différentes primes COVID ainsi que la prime de 15 000 $ aux infirmières. Ils ne toucheront leurs primes que s'ils se font doublement vacciner au cours des 30 prochains jours. Enfin, le ministre de la Santé et des Services sociaux a rappelé que les travailleurs de la santé qui seront suspendus sans solde quand la vaccination obligatoire entrera en vigueur perdront leur permis de pratique, comme l'ont annoncé certains ordres professionnels au cours des derniers jours.

Les plus lus

Dans l'œil de Michel - Chronique du 10 novembre 2021

Une campagne de sociofinancement GoFundMe a été lancée pour aider un garçon de 10 ans, Sanniel de Lévis (1re photo), atteint d’un cancer des os agressif et qui subit actuellement une chimiothérapie. Les dons permettront à la mère de rester à ses côtés pendant qu’il se concentre sur sa guérison. Pour les aider : www.gofundme.com/f/aider-sanniel-battre-le-cancer-des-os-10-ans.

Sanimax : Lévis voit ses demandes être acceptées par le gouvernement provincial

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis s'est réjouie, le 17 novembre, que le gouvernement du Québec a donné suite à ses demandes pour s'attaquer au problème d'odeurs de l'usine Sanimax, à Charny.

Dans l'œil de Michel - Chronique du 17 novembre 2021

C’est avec beaucoup d’émotion qu’Anne Fournier a lancé son tout premier livre : Mahikan (1re photo). Avocate depuis plus de vingt-cinq ans, elle exerce principalement en protection de la jeunesse en milieu autochtone. Sa carrière en droit a été précédée d’une première brève incursion à l’université dans un tout autre domaine, suivie d’une période de cinq années où elle pratique le métier de photog...

Alzheimer précoce : une Lévisienne partage son expérience dans un documentaire

La Lévisienne Sandra Demontigny, une femme souffrant d'Alzheimer précoce, sera la vedette d'un documentaire initié par le chef d’antenne du Téléjournal Québec, Bruno Savard. L'oubli en héritage sera diffusé dans le cadre de Doc-humanité sur ICI TÉLÉ, le samedi 13 novembre à 22h30, et il sera ensuite disponible sur ICI TOU.TV.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 24 novembre 2021

L’Association de soccer Chaudière-Ouest est fière d’annoncer l’arrivée de Michaël Doukhan au sein de son organisation (1re photo). C’est une figure bien connue de la région de Québec qui apportera désormais ses compétences auprès des éducateurs et des joueurs.

Conflit de travail : les CPE fermés pendant plusieurs jours la semaine prochaine

En raison de l'impasse toujours présente à la table de négociation, les syndicats de la Centrale des syndicats nationaux (CSN) représentant quelque 11 000 travailleuses de centres de la petite enfance (CPE) débrayeront de lundi à jeudi.

COVID-19 : augmentations enregistrées pour plusieurs indicateurs dans la région

Après quelques journées marquées par des signaux encourageants, plusieurs indicateurs de la situation épidémiologique de la Chaudière-Appalaches ont connu des augmentation, au cours des 24 dernières heures. Selon le plus récent bilan sur l'évolution de la pandémie préparé par le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), le nombre d'hospitalisations liées au...

Le jour du Souvenir honoré à Lévis

Dans le cadre du 100e anniversaire du jour du Souvenir, quelques activités se sont déroulées au cours des derniers jours sur le territoire lévisien afin de rendre hommage au sacrifice des militaires.

CPE : les syndiquées de la FIPEQ-CSQ vers la grève générale illimitée

91,2 % des membres de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) œuvrant dans les centres de la petite enfance (CPE) qui se sont exprimées ont voté en faveur du déclenchement d'une grève générale illimitée. Le syndicat en a fait l'annonce mercredi en fin de journée.

La situation épidémiologique de la Chaudière-Appalaches est stable

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé vendredi un bilan sur l'évolution de la pandémie en Chaudière-Appalaches similaire à celui de la veille.